Laminute.info: site d'actualité générale

France : un Imam limogé pour des versets récités pendant les prières de l’Aïd

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un imam d’une mosquée de la région de la Loire en France a été licencié après que des versets et des hadiths qu’il a récités lors de son sermon de prière de l’Aïd al-Adha ont été considérés comme « contraires aux valeurs de la République » par le ministre de l’Intérieur Gerald Darmain.

Mmadi Ahamada, l’imam de la Grande Mosquée de Saint-Chamond, d’origine comorienne, a partagé un hadith et des versets de la sourate Ahzab s’adressant aux épouses du prophète Mahomet dans son sermon.

Après qu’Isabelle Surply, membre du Conseil municipal du Parti républicain, ait partagé en ligne une vidéo du sermon, Darmanin a demandé à la Préfecture de la Loire de limoger l’imam et de veiller à ce que son titre de séjour ne soit pas renouvelé, au motif qu' »il trouve ces déclarations inacceptables » et « les voit contre l’égalité des sexes ».

S’adressant au site Web Le Progres, Ahamada a déclaré que certaines des déclarations et des versets du sermon avaient été pris et utilisés hors de leur contexte.

« Nos filles ne sont pas obligées de rester à la maison, elles deviennent médecins, ingénieurs ou pilotes », a-t-il ajouté.

Dans un message sur les réseaux sociaux, l’administration de la mosquée a annoncé que l’imam avait été limogé.

Le gouvernorat de la Loire a indiqué qu’il travaillait au non-renouvellement du titre de séjour de l’imam.

Un autre imam limogé dans les Hauts-de-Seine

L’imam Mahdi, dont la critique du style vestimentaire de certaines femmes musulmanes dans un sermon qu’il a prononcé le 4 juin à la mosquée de Gennevilliers dans la province des Hauts-de-Seine a également été levé par ordre de Darmanin.

Le ministre de l’Intérieur a également demandé au gouverneur d’intervenir et de suspendre les activités de la mosquée si un sermon similaire est répété, en utilisant les nouveaux outils autorisés par une loi « pour renforcer le respect des principes de la République », qui, selon des groupes de défense des droits, risquent de faire l’objet de discrimination.

Après une réunion du gouvernorat des Hauts-de-Seine la semaine dernière, l’imam a été démis de ses fonctions.

« Imams licenciés à ma demande »

Darmanin a annoncé vendredi la fin des fonctions des imams.

« Sur ma demande, deux imams qui prononçaient des sermons inacceptables dans les Hauts-de-Seine et la Loire ont été licenciés. Nous lutterons sans relâche contre ceux qui s’opposent aux règles et aux valeurs de la République », a-t-il déclaré sur Twitter.

Selon le journal Le Figaro, le ministère de l’Intérieur a ciblé la mosquée de Roubaix, qui aurait interdit les femmes depuis le début de la pandémie de COVID-19.

L’administration de la province nord attendait une explication de l’administration de la mosquée sur le sujet, selon le journal.

Haine envers l’Islam

Vendredi soir, l’avocat Sefen Guez, un défenseur des droits humains, a critiqué le ministre français de l’Intérieur pour avoir ciblé les imams et pour avoir demandé au gouverneur de limoger l’imam.

« La mosquée Saint-Chamond a confirmé ce que tout le monde savait : les imams sont nommés par les gouverneurs en France », a-t-il déclaré sur Twitter.

L’expert des médias Sylvain Tirreau a accusé Darmanin d’avoir de la haine envers l’islam et a déclaré que le ministre de l’Intérieur n’avait pas abandonné ses tentatives contre les musulmans.

Parallèlement, une campagne de pétition a été lancée en France pour soutenir Mmadi Ahamada.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus