Cameroun – Succession Noutchogouin…Acte 2:Me Régine Dooh Collins soupçonnée de manigances!

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

De nombreux actes posés par les responsables des tribunaux seraient a l’origine de la non compréhension de certains fils Noutchogouin. La compétence des juridictions, la précipitation ainsi que des accointances avec certains membres de la famille laisse présager d’un enlisement certain de la situation. Le rôle joué par Me Dooh Collins,notaire testamentaire devenu sequestre inquiète plus d’un.

Le dossier de la succession de Jean Samuel Noutchogouin fait l’objet de commentaires dans les chaumières. Au delà des membres de la famille désormais divisé en deux clans, il y a que la force des décisions judicaires est sujette à débat en ce sens que certains juges seraient passés au dessus de leur territorialité pour agir.

Les entreprises de feu Jean Samuel Noutchogouin (Njs)domiciliées à Bafoussam, Bonaberi et Douala viennent d’être mis sous séquestre sans délai auprès de l’étude Me Regine Dooh Collins. Elle devra alors en attendant la désignation du nouvel administrateur des biens encore sans précision de délais en remplacement de Fils Philippe Noutchogouin décédé. Me Régine Dooh devra aussi le moment venu dépouiller comme il est de tradition le testament du milliardaire de Bandjoun dont le contenu jusque là, n’a pas encore été dévoilé. Seulement une serie de questionnements s’impose pour bien comprendre les batailles et les appetits des uns et des autres.

Régine Dooh Collins en tant que notaire testamentaire du feu Jean Samuel Noutchogouin est elle qualifiée pour être séquestre des biens de cette succession ? N’y a-t-il pas conflit d’intérêt et délit d’initier ?Qu’est-ce qui fait courir les magistrats? Un magistrat du tribunal de Bonanjo sont-il compétents pour des affaires d’héritage dont la succession est ouverte à Bandjoun?

Un magistrat de Douala- Bonandjo a-t-il le droit d’ordonner un séquestre sur une société qui se trouve à Bonaberi sachant que c’est le tribunal de Bonassama qui est territorialement compétent?Un juge du tribunal de Bonanjo a-t-il le pouvoir de signer un séquestre sur une société se trouvant à Bafoussam ??? Difficile de le savoir.

Toujours est il que le rôle du Notaire qui est sensé conseiller et accompagner la famille dans un happy end n’est pas très clair. Alors que la patrimoine mérite d’être conserver et susciter l’adhesiin de nouveaux partenaires, surtout mettre en confiance ceux qui ont cru aux différents projets de feu Noutchogouin.

Entre temps certains experts diront qu’il doit avoir un abus de pouvoir et de fonction dans le simple but de contenter l’une des parties en conflit. Une autre opinion estime que le simple fait pour une entreprise d’avoir un démembrement dans la capitale économique, celle-ci de facto doit être soumise aux règles en vigueur dans ce territoire.

Seulement et malgré le refus catégorique des certains fils Noutchogouin, la justice semble instrumentalisée au point de ne plus être juste. Comment avec autant d’affaires a gérer au Tribunal de Première Instance de Douala-Bonanjo, un magistrat saisi le 18 janvier 2021 a délivré le même jour l’ordonnance n°-048 désignant Me Dooh Collins née Ngong Ekollo Regine Evelyne, notaire à Douala , sequestre des «actions detenues par feu Noutchogouin Jean Samuel dans la société Belgocam…» alors qu’il est attendu d’elle la lecture du testament du de (NJS) depuis deux ans.

A en croire le document en question, le Président du Tribunal s’appuie sur les dispositions des «articles 1955 et 1961 du code civil permettant de prendre par désignation d’un séquestre, des mesures conservatoires relatives à la propriété de la possession des biens qui est litigieuse».

Malgré les assurances de la reglémentation en matière de séquestre du fait que ce dernier « sera soumis aux obligations légales qui pèsent sur un séquestre notamment la conservation des biens qui lui sont confiés en bon père de famille et qu’il devra intégralement les présenter à chaque requisition judicaire et les restituer au terme de son office», certains ayants-droits craignent une spoliation des biens et probablement une falsification du testament et du coup tordre le cou à la volonté du natif de Mbo par Bandjoun aujourd’hui outre-tombe mais qui doit se retourner dans cette tombe au regard de l’actualité ambiante.

Ce même 18 Janvier, le Tribunal de Première instance a aussi désigné Marcel Tchangongom, Expert-comptable, séquestre de Financial Risk International suivant le mode opératoire indiqué chez Me Dooh Collins.

C’est finalement en mai dernier que les sociétés Belgocam, Agrocam, la Société de Provenderies du Cameroun, la société de Provenderies du centre, Camavet sont passées sous séquestre de l’étude Dooh Collins en dépit d’une concertation familliale.

C’est à ce niveau que la pilule a du mal à être avalé car des voix s’élèvent pour contester les «sequestres» qui pourraient ne pas être neutres. Il faut éviter une sortie de piste au lieu d’arriver dans les tribunaux, les héritiers a t-on appris redoute de la sincérité de ceux qui vont converser les biens de leur défunt père et souhaite que la justice disent le droit dans les règles de l’art et non faire la loi.

L’on a aussi appris qu’il y aurait quelques billets de banques pour huiler la machine afin que dans les milieux judiciaires il n’y ait pas de blocages.

Par Dimitri AMBA

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available