Les talibans admettent le meurtre brutal du comique afghan Khasha Zwan

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les talibans afghans ont assumé la responsabilité cette semaine du meurtre d’un comique dans le sud du pays, faisant planer le spectre de meurtres par vengeance alors que les États-Unis et l’OTAN mettaient la dernière main à leur départ.

Une vidéo de deux hommes giflant et maltraitant Nazar Mohammad, mieux connu sous le nom de Khasha Zwan, s’est largement répandue sur les réseaux sociaux. Il a ensuite été tué, abattu à plusieurs reprises. Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a reconnu que les deux hommes étaient des talibans.

Les hommes ont été arrêtés et seront jugés, a déclaré Mujahid. Il a allégué que le comique, originaire du sud de la province de Kandahar, était également membre de la police nationale afghane et avait été impliqué dans la torture et le meurtre de talibans.

Mujahid a déclaré que les talibans auraient dû arrêter le comique et le traduire devant un tribunal taliban, au lieu de le tuer. La brutalité du meurtre a accru les craintes d’attaques de vengeance. Cela a également sapé les assurances des talibans selon lesquelles aucun mal ne serait causé aux personnes qui travaillaient pour le gouvernement, avec l’armée américaine ou avec des organisations américaines.

Des centaines de personnes seraient détenues par les talibans dans les zones qu’ils ont envahies. Des écoles ont été incendiées et des rapports ont fait état de restrictions imposées aux femmes, semblables à celles imposées lorsque les insurgés gouvernaient l’Afghanistan pour la dernière fois.

À l’époque, ils avaient refusé aux filles l’accès à l’école et interdit aux femmes de travailler. Dans une interview accordée la semaine dernière à l’Associated Press (AP), le porte-parole des talibans Suhail Shaheen a déclaré que les commandants du groupe avaient l’ordre de ne pas interférer avec les civils ou d’imposer des restrictions dans les zones nouvellement capturées. Il a dit que lorsque des plaintes d’actes répréhensibles surviennent, elles font l’objet d’une enquête. Cependant, Patricia Gossman de Human Rights Watch affirme que des meurtres par vengeance ont été commis par toutes les parties pendant les décennies de guerre en Afghanistan.

« La guerre – toutes les 43 années qu’elle a duré – a une dynamique de vengeance », a-t-elle déclaré dans une interview mardi. « La vengeance pour les torts passés, y compris les atrocités terribles, commises par un côté ou l’autre a été un facteur de mobilisation pour tous les différentes forces armées. »

Par exemple, en 2001, lorsque la coalition dirigée par les États-Unis a renversé les talibans et que beaucoup se sont rendus, des centaines de personnes ont été entassées dans des conteneurs par des troupes fidèles au chef de guerre Rashid Dostum, des dizaines suffoquant sous le soleil brutalement brûlant.

D’autres qui sont rentrés chez eux après la défaite des talibans ont souvent été victimes d’extorsion de la part des responsables gouvernementaux. Depuis, des rapports ont également fait état de chefs de guerre alliés aux États-Unis appelant à des frappes aériennes américaines sur des cibles supposées des talibans ou d’al-Qaida qui se sont avérées impliquer des vendettas personnelles, et non des extrémistes.

« Chaque nouvelle horreur – c’est compréhensible – apporte une nouvelle indignation », a déclaré Gossman. « Sans espoir d’un autre type de justice, cela va probablement continuer … et chaque partie est bien trop aveugle au fait que ce sentiment d’indignation et d’horreur face aux torts commis est partagé. »

La peur de la vengeance a poussé jusqu’à 18 000 Afghans qui travaillaient pour l’armée américaine à demander des visas d’immigration spéciaux aux États-Unis. A Washington et dans les capitales de l’OTAN, il y a une demande croissante d’évacuation des Afghans qui ont travaillé avec l’armée. Les États-Unis ont promis de traiter rapidement des milliers de demandes de visas spéciaux. Gossman a demandé des enquêtes sur les atrocités présumées.

« L’ONU devrait être beaucoup plus engagée dans les enquêtes sur ces atrocités, comme l’ont demandé des groupes afghans et internationaux de défense des droits de l’homme, et cela s’est produit dans d’autres pays », a-t-elle déclaré.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available