La Chine libère deux Canadiens du tac au tac à la suite de l’accord avec Huawei

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Quelques heures après que la dirigeante de Huawei, Meng Wanzhou, ait conclu un accord avec les procureurs américains pour mettre fin à l’affaire contre elle, lui permettant de renvoyer Shenzhen de Vancouver samedi, la Chine a rendu la pareille en annonçant qu’elle libérait deux diplomates canadiens qui avaient été arrêtés peu de temps après la détention de Wanzhou il y a trois ans. au Canada.

Michael Spavor et Michael Kovrig, arrêtés en 2018 et accusés d’espionnage en Chine, ont été libérés des dures conditions de détention et rentrent chez eux samedi, mettant fin à une amère querelle diplomatique de trois ans.

Michael Spavor

Michael Spavor est un coréen qui parle couramment le coréen et dont les relations à Pyongyang sont au top.

Il s’est concentré sur l’introduction d’entreprises étrangères en Corée du Nord – qui est soumise à de multiples sanctions pour ses programmes d’armes nucléaires et de missiles balistiques – et fait partie d’une poignée d’Occidentaux qui ont rencontré Kim Jong Un après que le leader a hérité du pouvoir en 2011.

Spavor a été photographié assis à côté de Kim, partageant des cigarettes et des cocktails, à bord du yacht privé du leader nord-coréen.

Pendant des années, Spavor, maintenant dans la quarantaine, était basé dans la ville chinoise de Dandong, à la frontière avec la Corée du Nord.

Il a été arrêté en 2018, et les procureurs chinois l’ont par la suite inculpé d' »espionnage et de fourniture illégale de secrets d’État (à des tiers) ».

Il a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) avant son arrestation qu’il recevait des demandes d’investisseurs intéressés par des études de marché et « une mise en relation face à face avec des ministères potentiels de la RPDC et de futurs partenaires » pour savoir quand les sanctions seront levées.

Originaire de Calgary, en Alberta, Spavor a d’abord été intrigué par la Corée du Nord lors d’un court séjour à Séoul à la fin des années 1990. Il a également vécu à Pyongyang en 2005 alors qu’il travaillait pour une ONG canadienne.

Il parle maintenant couramment le coréen – avec un accent nordique distinct.

Le frère de Michael Spavor, Paul, a déclaré aux journalistes lors d’une marche de sensibilisation au Canada qu’en prison, son frère « passe beaucoup de son temps à lire, à méditer, à faire du yoga ».

Après avoir été condamné à 11 ans en août, Spavor a transmis un bref message au monde extérieur par l’intermédiaire des responsables de l’ambassade qu’il était « de bonne humeur ».

« Je veux rentrer à la maison », a-t-il déclaré.

Michel Kovrig

Michael Kovrig est un ancien diplomate canadien qui travaillait comme conseiller principal pour le groupe de réflexion International Crisis Group lorsqu’il a été arrêté avec Spavor en décembre 2018.

Il a été accusé d’espionnage en mai 2019, mais aucun verdict n’a été annoncé après son procès à huis clos en mars

L’employeur de Kovrig a déclaré qu’il était basé à Hong Kong, qu’il était régulièrement invité sur le continent par des responsables chinois et qu’il ne pouvait pas être considéré comme hostile à la Chine.

Dans un premier temps, il a été détenu dans une cellule avec une vingtaine de détenus à Pékin, a indiqué à l’AFP un autre ancien diplomate canadien en Chine. Il n’était autorisé à sortir que 15 minutes par jour.

Son épouse Vina Nadjibulla a déclaré à l’AFP en décembre de l’année dernière que des chansons et des livres l’avaient soutenu pendant la dure détention.

Elle a déclaré qu’il continuait à être « fort mentalement et physiquement et qu’il faisait tout ce qu’il pouvait pour maintenir son état d’esprit positif ».

Dans les premières semaines qui ont suivi l’arrestation de Kovrig, même des livres ont été refusés et, à un moment donné, ses lunettes de lecture ont été saisies.

Kovrig a depuis envoyé des demandes de livres sur la philosophie, a déclaré sa femme, ainsi que « des biographies d’autres personnes qui ont vécu ce genre d’expériences ».

Lors d’une visite consulaire virtuelle avec des responsables canadiens, le patron de Kovrig, Robert Malley, a déclaré aux médias canadiens qu’il s’était dit impassible de déposer un rapport en retard.

Fan de Leonard Cohen et Sisters of Mercy, il a également chanté pour aider à passer le temps.

« C’est un grand fan de musique et il connaît beaucoup de paroles par cœur et je pense que cela l’aide », a déclaré Nadjibulla à l’époque.

Selon elle, il a essayé de faire un peu d’exercice en marchant 7 000 pas par jour autour de sa cellule, qui ne mesurait que trois mètres sur trois.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available