Une cyberattaque entrave le lancement du passeport COVID-19 aux Pays-Bas

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une cyberattaque a entravé le lancement du passeport néerlandais COVID-19.

En conséquence, il était parfois difficile de télécharger le code QR requis tard samedi, a déclaré dimanche le ministère de la Santé à La Haye.

Les attaques, qui bloquaient les capacités des serveurs, avaient été évitées.

Les titulaires du passeport peuvent prouver qu’ils bénéficient d’une protection vaccinale complète contre le COVID-19 ou qu’ils se sont rétablis de la maladie. Il peut également fournir la preuve d’un test négatif.

Depuis samedi, le certificat doit être présenté par les personnes âgées de 13 ans et plus qui souhaitent participer à des restaurants ou à des événements culturels ou sportifs aux Pays-Bas, mais c’est un sujet controversé.

Le Premier ministre Mark Rutte a limogé samedi la secrétaire d’État aux Affaires économiques Mona Keijzer à la suite de sa critique de l’introduction du passeport COVID-19 dans une interview au journal De Telegraaf.

La critique n’était pas compatible avec le cours du gouvernement, a déclaré Rutte.

Samedi, il y a eu plusieurs manifestations contre l’utilisation du passeport.

Après environ 18 mois, les Pays-Bas ont levé les règles de distanciation sociale. Il n’y a plus de restriction sur le nombre de visiteurs dans les stades, les pubs ou les magasins lorsque le passeport COVID-19 est présenté.

Ceux qui ne sont pas vaccinés ou qui ne se sont pas remis du COVID-19 peuvent être testés gratuitement. Le port du masque reste obligatoire dans les bus et les trains.

Environ 82 % des adultes sont complètement vaccinés aux Pays-Bas.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available