Castex rencontre le pape, en pleine tempête pour l’Eglise de France

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Premier ministre Jean Castex a été reçu lundi matin au Vatican par le pape François, avec qui il a évoqué l’épineuse « conciliation » entre la dénonciation de faits criminels et le « secret de la confession » après les révélations retentissantes sur les abus sexuels dans l’Église catholique en France.

M. Castex, accompagné de son épouse, est arrivé peu avant 10H00 au Vatican où il a été reçu en audience privée par le souverain pontife.

« On a évoqué évidemment la situation de l’Eglise en France, le rapport Sauvé. Son discours consiste à dire que c’est courageux de la part de l’Eglise de France d’avoir fait son travail. Il fait confiance à l’Eglise de France pour tirer les conclusions. Il se réjouit qu’il n’y ait pas de déni », a déclaré M. Castex à la presse, à l’issue de l’audience au cours de laquelle les deux hommes ont échangé en espagnol.

« Ce n’est pas un scoop: l’Eglise ne reviendra pas sur le dogme du secret de la confession. Mais il faut à tout prix trouver les voies et moyens pour concilier cela avec le droit pénal, le droit des victimes. C’est un travail au long cours », a-t-il ajouté. « Et, je crois qu’il y a possibilité de trouver conciliation, l’essentiel est que justice soit rendue », a insisté M. Castex.

La visite du Premier ministre français, prévue de longue date, afin de célébrer le centenaire du rétablissement des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège, a été bousculée par l’actualité après la publication le 5 octobre des conclusions de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase).

– « Notre-Dame de Paris » –

Le rapport Sauvé dresse un état des lieux « accablant » en estimant à quelque 216.000 le nombre de mineurs victimes de prêtres, diacres et religieux depuis 1950 en France. Le pape François a exprimé sa « honte » et sa « douleur » après la publication de ce rapport.

En France, le débat s’est aussi noué autour du secret de la confession, que le président de la Conférence des évêques de France (CEF) Eric de Moulins-Beaufort avait jugé « supérieur aux lois de la République », avant de rétropédaler en évoquant une « formulation maladroite ».

Le Vatican lui-même marche sur des œufs: d’un côté, un formulaire de signalement de délit a été mis à disposition de tout ecclésiastique en juillet 2020; de l’autre, le Saint-Siège a confirmé la primauté du secret de la confession, le confesseur étant simplement encouragé à « tenter de convaincre le pénitent » d’alerter des personnes en mesure, elles, de saisir la justice.

Jean Castex, qui a indiqué avoir invité François en France, lui a offert un maillot signé de Lionel Messi, le compatriote du pape argentin qui évolue désormais au PSG, ainsi qu’une première édition illustrée par Tony Johannot de « Notre-Dame de Paris », le roman de Victor Hugo, datant de 1836.

Avant de recevoir, des mains du pape, une mosaïque représentant des vignerons avec l’inscription « Que le fruit des vignes et du travail de l’homme devienne pour nous le breuvage du salut ».

M. Castex a ensuite visité la Chapelle Sixtine et la basilique Saint-Pierre en compagnie du ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin et du chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian.

– Immigration avec Draghi –

Dans l’après-midi, M. Castex a été reçu une heure durant par le chef du gouvernement et ancien patron de la Banque centrale européenne Mario Draghi.

L’occasion d’incarner davantage le réchauffement des relations entre France et Italie, marquées par des épisodes de tension, notamment sur la question migratoire quand le leader d’extrême droite Matteo Salvini était ministre de l’Intérieur.

Le sujet s’est évidemment invité lundi à la table des discussions, alors que la France exercera à partir du 1er janvier la présidence tournante de l’Union européenne. M. Darmanin doit d’ailleurs revenir « d’ici 15 jours » à la rencontre de son homologue italienne Luciana Lamorgese pour avancer sur de nouvelles pistes communes.

D’ores et déjà, « nous avons envisagé que les coopérations bilatérales en matière de contrôle des flux migratoires se renforcent », a résumé M. Castex, en pointant la « pérénisation » voire le « développement » des brigades mixtes franco-italiennes qui patrouillent à la frontière pour lutter contre l’immigration clandestine et les réseaux de passeurs.

M. Castex a également évoqué la mise en place de camps d’enregistrements sécurisés aux principales portes d’entrée sur le continent, dont l’Italie, en contrepartie de l’attribution de fonds –objet de négociations serrées à Bruxelles–.

Enfin, MM. Castex et Draghi ont affirmé leur volonté de voir aboutir avant la fin de l’année le projet de traité du Quirinal, initié en 2017 pour donner « un cadre plus stable et ambitieux » à la coopération franco-italienne, sur le modèle du traité de l’Elysée entre France et Allemagne.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available