La France a arrêté l’armée malienne pour autoriser le terrorisme à Kidal (PM Maiga)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La France a empêché l’armée malienne d’entrer dans la province contestée de Kidal mais a autorisé l’accès du groupe terroriste Daesh, a déclaré le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maiga dans une interview publiée lundi.

« Lorsque le gouvernement malien a exigé une intervention française, son objectif était d’éliminer le terrorisme et d’aider l’État malien à retrouver son intégrité territoriale », a-t-il déclaré.

« Mais lorsqu’il s’agissait de Kidal (un bastion des rebelles touaregs), l’armée française a empêché nos forces étatiques de reprendre la ville », a ajouté le Premier ministre.

« Je n’accuse pas, je donne juste les faits. »

Maiga a également réitéré son affirmation selon laquelle la France désertait le pays d’Afrique de l’Ouest.

Choguel Kokalla Maiga a également confirmé qu’il était peu probable que la junte au pouvoir au Mali organise des élections présidentielles et législatives comme promis d’ici le 27 février 2022, malgré les avertissements de la communauté internationale.

Les allégations de Maiga d’un « abandon en plein vol » ont rendu furieux le président Emmanuel Macron, qui a annoncé son intention de réduire le nombre de troupes stationnées au Mali depuis 2013 dans le cadre de la campagne antiterroriste du pays, l’opération Barkhane.

« Près de neuf ans plus tard, que voyons-nous ? Le terrorisme qui se limitait à Kidal s’est étendu à 80% de notre territoire », a déclaré Maiga au quotidien français Le Monde, faisant référence à une ville du nord du Mali.

Les forces françaises doivent désormais se concentrer sur l’est du Mali, bastion des terroristes de Daech.

Maiga a également noté que le Mali considère une filiale locale du groupe terroriste al-Qaida comme la plus grande menace.

« Alors qu’al-Qaida multiplie ses attaques, notre principal allié, ou que l’on croyait l’être, décide de quitter sa zone d’influence pour la région des trois frontières », près du Niger et du Burkina Faso, a-t-il dit.

« N’est-ce pas un abandon en plein vol ? Nous cherchons des solutions », a-t-il déclaré.

Cependant, il a qualifié de « rumeurs » les informations selon lesquelles le gouvernement malien cherche à embaucher des centaines de paramilitaires russes du groupe Wagner.

La France a averti qu’une telle décision l’obligerait à envisager un retrait complet du Mali. Paris l’a également exhorté à organiser des élections comme prévu pour rétablir le régime civil après deux coups d’État en un peu plus d’un an.

« Quelques semaines ou quelques mois de retard ne sont pas la fin du monde pour un pays en crise depuis 10 ans », a déclaré Maiga.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available