trois policiers tués dans une attaque près du Burkina Faso

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Au moins trois policiers nigériens ont été tués et plusieurs blessés dans la nuit de dimanche à lundi, lors d’une attaque de jihadistes présumés contre un poste de police dans la zone dite des trois frontières, près du Burkina Faso, ont rapporté lundi à l’AFP des sources locales.

« Il y a eu une attaque du poste (de contrôle frontalier) de Petelkole dimanche (dans la) nuit. Deux policiers ont été tués et sept blessés », a précisé un élu du département de Téra, situé dans la région de Tillabéri dans l’ouest du Niger.

« Nous revenons à l’instant de Petelkole, un troisième corps de policier a été retrouvé », a de son côté affirmé un membre d’une délégation officielle de Téra qui s’est rendue sur les lieux de l’attaque.

Situé dans le département de Téra, Petelkole est un poste de contrôle frontalier situé à 10 km de la frontière avec le Burkina, pays voisin également visé par les jihadistes.

Des véhicules appartenant à des particuliers ont été également « incendiés » et « des armes ont disparu », a ajouté l’élu.

Selon une source municipale, des « hommes armés à motos » avaient déjà « tenté samedi après-midi d’attaquer le poste », avant d’être « repoussés par les policiers ».

En mai 2017, deux policiers nigériens et un civil avaient été tués dans une attaque contre le même poste Petelkole. Les assaillants avaient emporté des armes et endommagés des véhicules.

Cette nouvelle attaque survient au moment où le président nigérien Mohamed Bazoum, séjourne depuis dimanche au Burkina Faso pour discuter avec son homologue Roch Marc Christian Kaboré « de la mutualisation » des forces des deux pays située dans la zone des trois frontières, aux confins du Burkina, du Niger et du Mali, après l’annonce par la France de la réduction des effectifs de sa force anti-jihadiste Barkhane au Sahel, a expliqué la présidence du Niger.

Depuis le début de l’année, des jihadistes présumés multiplient les assauts sanglants, surtout contre des civils dans la région de Tillabéri au Niger, située dans cette zone.

L’immense et instable région de Tillabéri (100.000 km2) est le théâtre depuis 2017 d’actions sanglantes de groupes jihadistes liés à Al Qaïda et à l’État islamique (EI).

Début octobre, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) a prévenu dans un rapport qu' »une crise alimentaire d’envergure » était à redouter dans cette région de Tillabéri, où près de 600.000 personnes sont déjà exposées à l’insécurité alimentaire.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available