Les talibans annonceront « bientôt » un cadre pour l’éducation des filles (ONU)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Après quatre semaines pendant lesquelles les filles afghanes ont été exclues de l’enseignement secondaire, les talibans se préparent enfin à annoncer leur cadre pour la scolarisation des femmes et des filles en Afghanistan, a annoncé samedi un haut responsable des Nations Unies.

« Le ministre de l’Éducation de facto nous a dit qu’ils travaillaient sur un cadre, qu’ils annonceront bientôt, qui permettra à toutes les filles d’aller à l’école secondaire, et nous nous attendons à ce que cela se produise très bientôt », a déclaré le directeur exécutif adjoint de l’UNICEF, Omar. Abdi a déclaré vendredi aux Nations Unies à New York.

Depuis des semaines, les talibans disent qu’ils permettront aux filles de retourner à l’école dès que possible.

Le groupe militant, connu pour son régime brutal et oppressif de 1996 à 2001, a fait face à la fureur internationale après avoir effectivement exclu les femmes et les filles des écoles et du travail à travers le pays, tout en privant progressivement les libertés des Afghans.

Les talibans ont autorisé les filles à fréquenter l’école primaire dès le début, mais ont maintenu que ni les filles ni leurs enseignantes ne pouvaient encore retourner à l’école secondaire.

Les responsables talibans ont déclaré que cela ne pouvait se produire qu’une fois que la sécurité des filles et la stricte ségrégation entre les sexes pouvaient être assurées en vertu de l’interprétation restrictive de la charia par le groupe, ajoutant qu’il fallait plus de temps pour mettre ce cadre en place.

Abdi a noté que, pendant qu’il parlait, « des millions de filles en âge d’aller à l’école secondaire ne sont pas scolarisées pour le 27e jour consécutif ».

Il a déclaré que l’ONU a exhorté les autorités talibanes qui gouvernent actuellement l’Afghanistan « à ne pas attendre » l’éducation des filles.

Abdi a déclaré qu’il s’était rendu en Afghanistan la semaine précédente et avait rencontré les autorités talibanes.

« Dans toutes mes réunions, l’éducation des filles a été la première question que j’ai soulevée.

Il a déclaré avoir reçu des « affirmations » des engagements des talibans à permettre aux filles d’aller à l’école primaire.

Quant aux écoles secondaires, il a déclaré qu’elles n’étaient autorisées « que dans cinq provinces », mais a ajouté que l’ONU fait pression pour que le droit soit mis en œuvre dans tout le pays.

Une jeune fille de 14 ans identifiée comme Asma cette semaine a exprimé à la fois sa frustration face à la situation et sa détermination à poursuivre des études.

« Est-ce que je pourrai aller à l’école ou pas ? C’est ma plus grande préoccupation. Je veux tout apprendre, des matières les plus faciles aux plus difficiles. Je veux être astronaute, ou ingénieur ou architecte… C’est mon rêve », a-t-elle déclaré à Amnesty International.

« L’éducation n’est pas un crime », a-t-elle ajouté. « Si les talibans annoncent que l’éducation est un crime, alors nous commettrons ce crime. Nous n’abandonnerons pas.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available