les Bucks, champions en titre, envoient du bois d’entrée de saison

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Milwaukee, porté par Giannis Antetokounmpo, a battu Brooklyn (127-104), étrennant parfaitement son titre de champion NBA en ouverture de la saison mardi, lors d’une soirée qui a vu Golden State doucher d’entrée les Lakers à Los Angeles (121-114).

Quatre mois après l’épique demi-finale de conférence Est des derniers play-offs (4-3), le remake a de nouveau acté la supériorité des Bucks sur des Nets privés de Kyrie Irving. Ce dernier est en effet écarté de l’équipe, car il refuse de se faire vacciner contre le Covid-19, ce qui l’empêche, selon un décret de la ville de New York, de jouer les matches à domicile.

Il aurait pu débuter le championnat dans le Wisconsin, mais ses dirigeants n’acceptent pas qu’il ne soit disponible que partiellement.

Avec lui, les Nets n’auraient pas forcément gagné non plus, car les Bucks se sont imposés de façon autoritaire, juste après avoir reçu leur bague de champion, ornée de plusieurs centaines de petits diamants et avec « Fear the Deer » (craignez le cerf) inscrit dessus.

C’est surtout Antetokounmpo qu’il fallait craindre en l’occurrence pour Brooklyn, qui n’a pas pu faire grand chose pour le stopper, puisqu’il s’est fendu de 32 points, 14 rebonds, 7 passes, 2 contres.

« C’était dur de basculer dans le match après la cérémonie des bagues, la levée de bannière de champion au plafond… Il a fallu laisser derrière nous l’émotion, l’excitation. Au final, on a fait un très bon match, on a respecté le plan de bataille, on a joué dur et ensemble », s’est félicité le double MVP en 2019 et 2020.

– Durant prolifique –

Au-delà des chiffres, c’est lui qui a imprimé le rythme d’un match maîtrisé par son équipe, car c’est lorsqu’il était sur le parquet que l’écart au score s’est creusé ou maintenu, après s’être réduit pendant qu’il se reposait.

Khris Middleton a été un efficace relais (20 pts, 9 rbds), tout comme Pat Connaughton (20 pts) et Jordan Nwora (15 pts) en sorties de banc. Seule ombre au tableau, la contusion au talon droit reçue par Jrue Holiday (12 pts).

En face, Kevin Durant a été prolifique (32 pts, 11 rbds, 4 passes, 2 contres) mais un peu trop seul, James Harden se montrant maladroit quoique complet (20 pts à 6/16, 8 passes, 8 rbds).

Revenus à cinq points avant la pause, les Nets n’ont pu s’approcher plus près dans le deuxième acte, malgré Patty Mills, auteur d’un 7/7 derrière l’arc (21 pts), sous les yeux de Tony Parker, dont il fut longtemps la doublure à San Antonio et qui était présent au Fiserv Forum, en compagnie des pilotes de F1, le Français Pierre Gasly et le Monégasque Charles Leclerc, qui disputeront le Grand Prix des Etats-Unis dimanche à Austin.

– Prometteurs Warriors –

L’autre affiche de la soirée a vu les Lakers de LeBron James, pourtant à la hauteur (34 pts, 11 rbds, 5 passes), s’incliner face à Golden State. Ce revers est le septième de rang en incluant les six consécutifs en amicaux de pré-saison.

Les Warriors, menés durant trois quart-temps, ont fini en trombe la rencontre, infligeant un 38-29 dans les douze dernières minutes. Le tout sans que Stephen Curry n’explose les compteurs. Bien muselé (5/20 aux tirs), il s’est contenté de 20 points, mais aussi 10 rebonds et 10 passes, réalisant le premier triple-double de la saison, son premier depuis… 2016.

Jordan Poole a ajouté 20 points et le banc 55, démontrant que le collectif mis en place par Steve Kerr (30 passes décisives) était bien plus au point que celui des Lakers, au sein desquels seul Anthony Davis (33 pts, 11 rbds) a été dans le coup avec James. Sous les yeux de Jack Nicholson qui retrouvait son fauteuil « courtside » au Staples Center, après deux ans d’impossibilité de s’y rendre durant la pandémie.

L’armada de vétérans montée autour du duo est encore loin d’avoir trouvé le bon rythme, à l’image de Russell Westbrook qui a à peu près manqué tout ce qu’il a entrepris (8 pts, 4/13 aux tirs, 4 balles perdues), et de Carmelo Anthony (9 pts), incapable de lâcher son ballon sur un lancer franc, gratifiant le « Shaqtin’ a Fool », le bêtisier concocté chaque semaine par l’ex-star Shaquille O’Neal, d’une de ses premières séquences pour 2021-2022.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available