Verstappen vainqueur et « en bonne voie » vers le titre

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

« C’est en bonne voie mais tout peut changer très rapidement »: Max Verstappen (Red Bull) a augmenté son avance en tête du Championnat du monde de F1, de 12 à 19 points, en gagnant dimanche au Mexique.

Avec quatre manches encore à disputer (dont la prochaine au Brésil la semaine prochaine, qui lui est favorable sur le papier), le Néerlandais pose une ou deux phalanges de plus sur son premier trophée dans la catégorie-reine du sport automobile.

Cet écart, toutefois, ne le met pas à l’abri d’une course blanche et son adversaire britannique Lewis Hamilton (Mercedes), deuxième et visiblement touché par sa défaite, n’est pas du genre à rendre les armes. D’où la prudence du pilote de 24 ans.

Pour Verstappen, troisième sur la grille derrière le poleman Valtteri Bottas (Mercedes) et Hamilton, tout s’est joué au départ.

Profitant de l’aspiration offerte par ses devanciers pour se porter à leur niveau au bout de la première ligne droite, le Néerlandais a retardé au maximum son freinage et pris les commandes dès le premier virage.

« C’est ce qui a fait ma course, commente-t-il. Ensuite j’ai pu me concentrer sur moi-même et prendre de l’avance car on avait un très bon rythme. Ca a été une course assez simple. »

Ce fut autrement plus compliqué pour Hamilton. A onze tours de l’arrivée, Sergio Pérez (Red Bull), troisième, est revenu dans ses roues, espérant lui prendre la deuxième place et de précieux points au championnat. Mais le Mexicain « n’a pas eu l’occasion de dépasser ».

« J’ai tout donné mais on n’avait tout simplement pas le rythme », a lâché d’une voix blanche le septuple champion du monde à la radio, à destination de son équipe.

– Hamilton ne pouvait « rien faire » –

Red Bull était « largement supérieure ce week-end, a-t-il détaillé ensuite. Il n’y a rien que je pouvais faire (…) C’est déjà bien de sauver la deuxième place. »

Autre consolation, son équipier Bottas, 15e après avoir été percuté au premier virage par l’Australien Daniel Ricciardo (McLaren), a privé Verstappen du point du meilleur tour en course.

La surprenante forme des Mercedes en qualifications a peut-être fait douter Red Bull un instant, mais l’écurie autrichienne a finalement tenu son statut de favorite sur le circuit des Frères Rodriguez, à Mexico.

A 2200 mètres d’altitude, sa monoplace est la plus performante et les résultats des saisons précédentes le montraient déjà (victoires de Verstappen en 2017 et 2018, pole de Ricciardo en 2018, meilleur temps des qualifications pour Verstappen en 2019 avant une pénalité sur la grille).

Derrière Pérez, premier Mexicain à monter sur le podium à domicile, le Français Pierre Gasly (AlphaTauri) et le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) complètent le Top 5.

L’Espagnol Carlos Sainz Jr (Ferrari) s’est classé 6e, devant l’Allemand Sebastian Vettel (Aston Martin), le Finlandais Kimi Räikkönen (Alfa Romeo), l’Espagnol Fernando Alonso (Alpine) et le Britannique Lando Norris (McLaren), qui ferme le Top 10.

L’Allemand Mick Schumacher (Haas) et le Japonais Yuki Tsunoda (AlphaTauri) ont été contraints à l’abandon dès le premier tour après s’être accrochés avec le Français Esteban Ocon (Alpine), qui termine 13e.

Annulé l’an dernier pour cause de pandémie de coronavirus, le GP du Mexique a fait son retour à guichets fermés. Comme au bon vieux temps.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available