2 pompiers blessés, 2 arrestations

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Deux pompiers ont été blessés et deux personnes interpellées lundi en Guadeloupe pendant la première journée, émaillée d’incidents, d’une grève générale illimitée contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire, a-t-on appris de source syndicale et auprès du parquet.

Des échauffourées ont opposé pompiers grévistes et gendarmes, lesquels ont chargé avant d’être visés par des jets de lances à eau manipulées par des pompiers.

« Deux pompiers ont été blessés » au cours de cet affrontement, a indiqué Jocelyn Zou, représentant syndical FO du corps de métier.

D’autres incidents entre grévistes et forces de l’ordre ont donné lieu à deux mises en garde-à-vue pour « des faits de menaces réitérées sur agent de la force publique », a indiqué le parquet de Pointe-à-Pitre.

Maïté Hubert M’Toumo, secrétaire générale de l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG), syndicat très influent de l’île, a qualifié ces arrestations de « provocation ».

Elle a dénoncé dans un communiqué « une atteinte grave à une liberté fondamentale qu’est le droit de faire grève » et a appelé « tous les adhérents et militants à renforcer les piquets de grève ».

A l’appel du syndicat, des salariés de plusieurs établissements du secteur médico-social sont entrés en grève, a précisé l’UGTG dans un second communiqué, de même que des salariés de nombreux hôtels alors que la saison touristique est en cours.

Tout au long de la journée, des barrages plus ou moins éphémères ont été érigés. « Ca va monter crescendo », a affirmé à l’AFP Jocelyn Zou.

« Nous sommes entre 70 et 75% de non vaccinés. Sauf que pour assurer le service minimum, nous sommes réquisitionnés par des assignations. On ne comprend pas pourquoi là, ne pas être vacciné ne pose pas de problème », a-t-il ironisé.

Plusieurs stations-service ont été fermées par des manifestants, et de nombreux automobilistes ont pris d’assaut celles restées ouvertes de peur que la grève n’ait un impact sur l’approvisionnement en carburant.

L’appel à la grève générale illimitée a été lancé par un collectif d’organisations syndicales et citoyennes de Guadeloupe pour protester contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale des soignants contre le Covid-19.

« La petite minorité qui essaye d’instrumentaliser cette situation augmente la pression et face à ça, il faut être très ferme », a prévenu mardi sur France Inter le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

« On n’acceptera pas qu’on empêche des personnes d’aller se faire soigner à l’hôpital, on n’acceptera pas qu’il y ait de la pression qui soit mise sur des personnes qui ont fait le choix ou qui vont faire le choix de se faire vacciner », a-t-il mis en garde.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available