de Helsinki à Doha, une année complète avant un Mondial atypique

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Après la qualification au Mondial-2022, préparation atypique en vue pour les Bleus: en prévision du tournoi organisé en hiver, sans vrai stage préalable, l’équipe de France aborde une année aux contours inédits, avec une dizaine de matches en forme de galops d’essai permanents.

La prochaine Coupe du monde, décalée du 21 novembre au 18 décembre 2022 pour éviter les fortes chaleurs estivales du Qatar, bouscule le cadre habituel sur lequel les sélectionneurs, et en premier lieu Didier Deschamps, ont l’habitude d’asseoir leur organisation.

Les champions du monde en titre ont refermé l’année 2021 mardi à Helsinki avec une victoire (2-0) signée Karim Benzema et Kylian Mbappé, trois jours après un récital contre le Kazakhstan (8-0) les envoyant à Doha. Les voilà entrés dans une période d’hibernation longue de quatre mois, avant d’aborder une dernière ligne droite à cheval sur deux saisons sportives.

« Je vais les mettre dans des glaçons pour qu’ils soient au frais », a plaisanté mardi soir Deschamps à propos de ses deux attaquants vedettes, une nouvelle fois décisifs et parfaitement complémentaires.

– Au Qatar en mars? –

Leurs retrouvailles devraient survenir fin mars au Qatar, déjà, où les Bleus sont invités à disputer des rencontres amicales pouvant prendre la forme d’un mini-tournoi ramassé. C’est en tout cas la piste privilégiée par le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët.

« C’est toujours une bonne chose pour les joueurs, le staff, de se faire une idée de ce qui nous attend », a anticipé Hugo Lloris, gardien et capitaine des récents vainqueurs de la Ligue des nations.

A l’été 2013, les Français avaient réalisé une tournée amicale en Amérique du Sud, à Montevideo puis Porto Alegre (deux défaites) pour prendre quelques repères avant la Coupe du monde 2014 au Brésil. Avant l’édition suivante, en Russie, les futurs champions du monde avaient également visité Saint-Pétersbourg, fin mars 2018, avec une victoire à la clé.

Le déplacement à Doha ne pouvait cette fois intervenir qu’en mars prochain, toutes les autres fenêtres internationales étant déjà quasiment occupées par la Ligue des nations (quatre matches en juin, deux autres en septembre).

A titre exceptionnel, le mois d’octobre ne comprend aucun créneau pour les sélections qui, en outre, ne devraient récupérer leurs internationaux qu’une semaine seulement avant le coup d’envoi de la Coupe du monde qatarie.

« La France, en accord avec la Ligue de football, aurait pu faire en sorte de terminer quinze jours avant, mais ça ne servait à rien à partir du moment où les autres grands championnats européens se terminent une semaine avant le début du Mondial », a regretté Le Graët la semaine passée dans un entretien au quotidien Le Parisien.

– Récupération sans préparation –

L’habituel stage de préparation? « Il n’y en aura pas », a constaté Deschamps. Le rassemblement d’avant-Mondial sera axé sur « uniquement de la récupération », avec « probablement pas de match amical », mais « on va s’adapter », a poursuivi le Basque.

Dans cette configuration, la liste de septembre 2022 pourrait épouser en très grande partie voire totalement les contours de celle annoncée deux mois plus tard, sauf blessure ou temps de jeu réduit à néant entre temps.

« Il y a un groupe sur plusieurs rassemblements qui peut concerner une bonne trentaine de joueurs susceptibles d’être appelés, de jouer, peu, beaucoup, ou parfois même pas du tout, tout en étant là », a exposé Deschamps en novembre. « Tous ces éléments rentrent dans l’analyse qu’on a avec mon staff pour faire une liste avant une grande compétition, ce qui n’exclut pas un appel heureux de dernière minute ».

Cependant, a-t-il pris soin d’ajouter, « c’est bien d’avoir déjà des données par rapport aux joueurs déjà venus à un moment, pour pouvoir comparer dans la concurrence, poste par poste, et choisir ceux qui offriront le plus de garanties ».

A l’Euro, le patron des Bleus a convoqué le néophyte Jules Koundé sans même l’avoir jamais appelé auparavant. Mais il a pu observer son comportement et évaluer son niveau de jeu durant la préparation à Clairefontaine et à l’occasion de l’amical contre le pays de Galles (3-0), dont il a disputé la seconde période.

Avant le Mondial l’hiver prochain, ce stage d’intégration express n’existera pas.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available