Washington menace Moscou de sanctions à « impact élevé » en cas d’agression de l’Ukraine

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a assuré mercredi avoir des « preuves » que Moscou envisageait une invasion en Ukraine et mis en garde la Russie, dressant la perspective de sanctions économiques douloureuses si elle passait à l’acte.

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a réclamé des « accords concrets » empêchant l’élargissement de l’Otan vers l’Est et le déploiement de ses systèmes d’armement près des frontières russes, proposant de lancer des « négociations de fond » sur ce sujet.

Au terme d’une réunion de l’Otan à Riga, M. Blinken a accusé Moscou de réunir « des dizaines de milliers (de soldats) supplémentaires » près de la frontière avec l’Ukraine, à la veille d’une rencontre avec son homologue russe Sergeï Lavrov en Suède.

« Nous sommes profondément préoccupés par les preuves que la Russie a des plans pour des actions agressives significatives contre l’Ukraine, plans (qui) incluent des efforts en vue de déstabiliser l’Ukraine de l’intérieur ainsi que des opérations militaires à grande échelle », a déclaré M. Blinken.

« Nous ne savons pas si le président Poutine a pris la décision d’une invasion. Nous savons qu’il est en train de mettre en place la capacité de le faire rapidement, s’il le décide », a dit M. Blinken.

Il a insisté sur le fait que la diplomatie était « la seule manière responsable de régler cette crise potentielle ».

« Nous avons clairement dit au Kremlin que nous riposterions, notamment par une série de mesures économiques à impact élevé que nous nous sommes retenus d’utiliser par le passé », a prévenu M. Blinken.

Les alliés occidentaux de Kiev tirent la sonnette d’alarme depuis le mois dernier concernant un nouveau renforcement des troupes russes aux frontières de l’Ukraine et une éventuelle invasion.

Moscou, qui s’est emparé de la Crimée en 2014 et est accusé de soutenir les séparatistes qui combattent Kiev, nie préparer une attaque et reproche en retour à l’Otan d’attiser les tensions.

– Kiev veut des « négociations directes » –

Mercredi, Moscou a riposté en accusant à son tour l’Ukraine de masser des dizaines de milliers de soldats dans l’est du pays.

Vladimir Poutine a lui appelé à des négociations avec l’Occident en vue d’obtenir des « garanties juridiques » contre l’extension de l’Otan à l’est et le déploiement de systèmes d’armement « qui nous menacent à une proximité immédiate du territoire russe ».

« Nous proposons d’entamer des négociations de fond sur ce sujet », a-t-il ajouté durant une cérémonie au Kremlin.

Des allégations formulées au moment où le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé à des pourparlers directs avec Moscou sur le conflit avec les séparatistes pro-russes, dans l’est de l’Ukraine.

« Nous ne pourrons pas arrêter la guerre sans négociations directes avec la Russie », a déclaré M. Zelensky devant le parlement à Kiev.

Plus de 13.000 personnes ont été tuées dans cette guerre débutée en 2014 dans l’est de l’Ukraine, dont une partie échappe depuis à Kiev.

Mais à Moscou, le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a repoussé cette idée, réaffirmant que la guerre était un problème interne à l’Ukraine.

« Nous avons connaissance de tentatives visant à présenter la Russie comme une partie à ce conflit. Ce n’est pas le cas », a déclaré M. Peskov aux journalistes, évoquant une guerre ne pouvant « être arrêtée que par des négociations entre Ukrainiens ».

Victoria Nuland, la sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques, a elle appelé à un « cessez-le-feu complet » pour la période de Noël.

– « Lignes rouges » du Kremlin –

M. Poutine a mis en garde l’Occident et Kiev contre le franchissement de « lignes rouges » concernant l’organisation d’exercices militaires et le renforcement de l’armement en Ukraine.

À Riga, M. Blinken a souligné que les alliés de l’Otan veillaient « à ce que l’Ukraine ait des moyens de se défendre ».

L’alliance « examinera ce qu’elle doit faire en cas de nouvelle agression russe, pour renforcer ses propres défenses », a-t-il ajouté.

M. Blinken a estimé que la Russie utilisait le même « mode d’emploi » que lorsqu’elle a pris le contrôle de la péninsule ukrainienne de Crimée en 2014, notamment en intensifiant la « désinformation » pour présenter Kiev comme l' »agresseur ».

Le ministre ukrainien des affaires étrangères a lui exhorté l’alliance à Riga à mettre en place un « ensemble de mesures de dissuasion » pour arrêter la Russie.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a de son côté estimé qu’il fallait rendre « clair que toute agression contre l’Ukraine serait suivie d’une réponse ferme ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available