A Bagdad, une mosquée de l’ère Saddam cristallise les divisions

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La monumentale mosquée inachevée en béton gris, en plein coeur de la capitale irakienne, était un des derniers projets phares de Saddam Hussein et devait rivaliser avec le Taj Mahal. Elle est aujourd’hui un enjeu de lutte entre différentes factions politico-religieuses.

Prévue pour accueillir 15.000 fidèles, la mosquée Al-Rahmane devait être une des plus grandes du Moyen-Orient. Lancée à la fin des années 1990 en plein embargo occidental, sa construction était un pied-de-nez à Washington. Elle ne sera jamais achevée et le dictateur sera renversé en 2003 par l’invasion américaine.

Aujourd’hui, un trou béant s’ouvre vers le ciel, à l’endroit où le dôme central de céramique orné d’or, haut de 84 mètres, devait couvrir le lieu de culte.

En revanche, les huit dômes secondaires, hauts de 28 mètres et abritant eux-mêmes huit petits dômes de 14 mètres, sont quasi terminés. Plusieurs grues sont toujours immobilisées autour du bâtiment, dans un des quartiers aisés de la capitale.

« Malheureusement nous avons négligé le patrimoine du pays. Ces projets appartiennent à tous les Irakiens, il faut exploiter cet héritage, en faire des sites culturels et touristiques », plaide l’architecte et universitaire Mohamed Qassem Abdel Ghaffour.

« Tout ça, c’est l’argent de l’Irak et l’Etat doit en tirer profit », insiste-t-il.

Initialement de rite sunnite, la mosquée est tombée sous la coupe des religieux chiites après 2003. Elle est aujourd’hui au coeur de dissensions internes au sein de cette communauté, qui domine le pouvoir central de Bagdad après des décennies de marginalisation.

« Depuis la chute de l’ancien régime, la mosquée est contrôlée par le Parti de la vertu islamique », indique à l’AFP un haut responsable gouvernemental s’exprimant sous anonymat. « Le parti n’a jamais pu finir la construction, car les besoins (financiers) sont énormes. »

– « Partis armés » –

Ce parti a été un « obstacle » face aux projets du gouvernement, qui aurait pu transformer le bâtiment en université ou en musée, assure le responsable.

Saddam Hussein « voulait une mosquée plus grande encore que le Taj Mahal », reconnaît-il.

Officiellement le parti nie avoir fait main basse sur la mosquée. Même si, chaque vendredi, ses partisans s’y rendent pour la traditionnelle prière de la mi-journée, sous un des dômes secondaires.

Et quelque 150 familles affiliées au parti vivent depuis des années dans des habitations informelles érigées sur des terrains vagues autour de la mosquée.

Saisi par le Waqf chiite — une institution religieuse gérant les biens de la communauté chiite –, un tribunal avait reconnu en janvier 2020 que la propriété de la mosquée revenait à cette institution qui gère les biens religieux de la communauté.

Le verdict obligeait le Parti de la vertu islamique à payer 200 millions de dollars (176,5 millions d’euros) de compensations, selon un communiqué du Waqf.

Le Waqf accusait le parti de s’être accaparé le site « pendant plus de 16 ans », l’administrant « sans aucune légitimité légale ou religieuse ».

La décision de justice n’a jamais été appliquée.

« A plusieurs reprises, l’armée et la police sont intervenues. Mais face aux armes de l’Etat, il y a les armes des partis », résume le militant Subeih al-Kachtini. « La construction ne pourra pas reprendre tant que la mosquée continuera à être l’objet de conflits partisans. »

– « Récupération de la religion » –

Le site, assure le Waqf chiite, pourrait permettre la création de 20.000 emplois, grâce à des investissements visant à ériger des centres commerciaux ou des complexes résidentiels sur les terrains jouxtant la mosquée.

Mais en attendant, c’est le statu quo.

Pour Caecilia Pieri, chercheuse associée à l’Institut français du Proche-Orient, la mosquée s’inscrit dans la « politique de symbolique architecturale » menée sous l’ancien régime.

Saddam Hussein érige alors d’immenses monuments à Bagdad, et son action dans les années 1990 se fait sous le signe de « la récupération de la religion: je mets Allah Akbar sur le drapeau et je construis des mosquées », indique cette spécialiste de l’architecture de Bagdad au XXe siècle.

L’architecte Mazen al-Aloussi, un des responsables de la conception du projet sous l’ancien régime, vante lui une initiative « unique en son genre ».

Ayant quitté l’Irak en 2005 pour fuir les violences confessionnelles qui déchiraient le pays, il assure que les financements nécessaires pour achever l’édification de la mosquée ne devraient pas être si élevés que cela.

« Il faudrait en faire une mosquée unifiée, où tant les chiites que les sunnites vont prier. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available