Faire basculer les moulins à vent : la lutte des Samis de Norvège contre les parcs éoliens

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le monde pousse vers une énergie plus verte, les effets du changement climatique devenant de plus en plus graves. Cependant, l’herbe n’est pas toujours plus verte de l’autre côté et même des énergies plus « vertes » comme l’énergie générée par les éoliennes pourraient affecter l’environnement de manière négative. Exemple : les peuples autochtones du cercle arctique et leurs luttes contre les éoliennes.

Sur une crête montagneuse en rafales, les frères Jama se faufilent entre des éoliennes qui s’étendent à perte de vue, sur ce qui était autrefois le pâturage d’hiver de leurs animaux. Urgence climatique ou pas, pour ces éleveurs de rennes, les turbines doivent s’arrêter.

« Avant, la région était parfaite pour nos rennes. L’endroit était vierge, préservé de toute activité humaine. Maintenant, tout est gâché pour les années à venir », se lamente Leif Arne, le cadet des frères, au volant de son 4×4.

Des deux côtés du cercle polaire arctique, les membres de la minorité sami d’Europe du Nord s’opposent avec véhémence aux parcs éoliens à grande échelle et à d’autres projets d’infrastructures « vertes », qui, selon eux, menacent leurs moyens de subsistance et empiètent sur leurs traditions ancestrales.

Éoliennes du parc éolien de Storheia, l’un des plus grands parcs éoliens terrestres d’Europe, dans la municipalité d’Afjord, en Norvège, le 7 décembre 2021. (Photo AFP)

Un conte classique de David et Goliath – et les Sami pourraient finir par gagner.

Dans un verdict révolutionnaire en octobre, la Cour suprême de Norvège a statué que deux parcs éoliens érigés sur la péninsule de Fosen, dans l’ouest de la Norvège, violaient les droits de six familles sâmes – dont les Jamas – à pratiquer leur culture, enfreignant le Pacte international relatif aux Droits civils et politiques.

Avec quatre installations voisines plus petites, les deux parcs éoliens – Storheia et Roan – constituent le plus grand parc éolien terrestre d’Europe, avec une capacité totale de 1 057 mégawatts, soit suffisamment d’énergie pour alimenter plus de 170 000 foyers.

Alors que les 11 juges de la Cour suprême ont unanimement déclaré invalides les permis d’exploitation et les autorisations d’expropriation qui ont ouvert la voie à la construction des 151 éoliennes, ils n’ont rien dit sur ce qu’il adviendrait désormais des structures.

Pour les frères Jama, dont la famille est éleveur de rennes depuis des générations, cela ne fait aucun doute. « Ces turbines doivent être démantelées », insistent-ils.

Selon eux, le parc éolien de Storheia, achevé en 2020, les prive du meilleur de leurs trois pâturages d’hiver, qu’ils utilisent en alternance.

Les rennes sont des nomades qui errent, selon la saison, pour trouver le lichen, leur principale source de nourriture, surtout en hiver. S’ils sont dérangés par les éoliennes, ils iront voir ailleurs.

Sissel Stormo Holtan pose devant sa maison à Namdalseid, dans le comté de Troendelag, en Norvège, le 7 décembre 2021. (Photo AFP)

Une aurore boréale, également connue sous le nom d'aurores boréales, illumine le ciel nocturne au-dessus d'Yllas Fell à Kolari, en Laponie finlandaise, le 15 janvier 2022. (Photo AFP)

Pas un renne en vue

Avec son lasso attaché à son épaule, le frère aîné John Kristian scrute le vaste horizon couvert de neige avec ses jumelles. Pas un renne en vue.

« C’est impossible pour les rennes de venir ici maintenant, avec toutes les perturbations énormes causées par les rotations et rotations des turbines, qui leur font peur. Et ils font tellement de bruit », dit-il.

« Il y a aussi des parkings, des routes, des passages à niveau… La nature a été complètement détruite ici. Il ne reste plus que des rochers et des cailloux », ajoute-t-il.

Avant la décision de la Cour suprême, une juridiction inférieure avait recommandé que la perte des terres soit indemnisée financièrement, afin de permettre aux éleveurs d’acheter du fourrage pour leurs animaux. Ils ont carrément rejeté cette option.

« Les rennes doivent trouver leur propre nourriture. Si nous leur donnons de la nourriture, ce n’est plus l’élevage traditionnel », explique Leif Arne.

Si rien n’est fait, le manque de pâturages signifie que les Jamas devront réduire la taille de leur troupeau – dont ils ne divulguent pas le nombre publiquement car « ce serait comme diffuser combien d’argent vous avez en banque ».

A 55 ans, Leif Arne a déjà du mal à joindre les deux bouts. Il a déclaré aux tribunaux que son entreprise avait réalisé un bénéfice de moins de 300 000 couronnes (34 000 $) en 2018. Réduire son troupeau menacerait la viabilité de son exploitation. Pendant ce temps, les turbines continuent de tourner, malgré la décision de justice.

« Nous prenons très au sérieux la décision de la Cour suprême… Nous voulons bien sûr rectifier la situation », insiste Torbjorn Steen, porte-parole de Fosen Vind, le consortium qui exploite la majeure partie du parc éolien.

« La prochaine étape consiste à définir des conditions d’exploitation qui garantissent que nous puissions faire fonctionner les éoliennes sans violer les droits des éleveurs ni menacer leur élevage. Ce que nous priorisons maintenant, c’est d’avoir un dialogue avec les éleveurs », dit-il.

Éoliennes du parc éolien de Storheia, l'un des plus grands parcs éoliens terrestres d'Europe, dans la municipalité d'Afjord, en Norvège, le 7 décembre 2021. (Photo AFP)

Sissel Stormo Holtan pose à côté d'un renne devant sa maison à Namdalseid, dans le comté de Troendelag, en Norvège, le 7 décembre 2021. (Photo AFP)

Dilemme dantesque

L’État norvégien – principal actionnaire du projet critiqué par l’intermédiaire du groupe énergétique public Statkraft – se retrouve désormais dans une impasse.

Comment respecte-t-il la décision de justice et protège-t-il les droits des Samis, sans compromettre ses énormes intérêts économiques – les six parcs éoliens de Fosen ont coûté au total plus d’un milliard d’euros (1,13 milliard de dollars) – ou ralentir une transition verte déjà lente ?

Storheia et Roan représentaient à elles seules plus de 20 % de l’énergie éolienne produite en Norvège en 2020, selon Fosen Vind. Pour l’instant, le ministère du Pétrole et de l’Énergie, qui a accordé les concessions depuis déclarées invalides, a déclaré qu’une plus grande expertise était nécessaire.

« Nous n’avons pas décidé si les installations peuvent rester en place en partie ou en totalité », a déclaré la ministre Marte Mjos Persen à l’Agence France-Presse (AFP).

Cela a frustré les Sami, qui voient le retard comme une manœuvre de blocage qui permet aux turbines de continuer à fonctionner, ou pire, un moyen de contourner la décision de justice.

« L’État doit reconnaître que de graves erreurs ont été commises au cours des 20 dernières années, et il peut le faire en présentant des excuses », a déclaré Silje Karine Muotka, présidente du Sameting, le parlement sâme de Norvège.

« Et des actions concrètes doivent suivre: le permis d’exploitation doit être annulé, les turbines doivent être entièrement démantelées et la zone doit être restaurée, replantée et rendue aux éleveurs », a-t-elle déclaré à l’AFP.

Chaque jour qui passe, Sissel Stormo Holtan, un berger de 40 ans, perd un peu plus confiance dans le système judiciaire. Elle s’est battue contre le parc éolien de Roan et a gagné – du moins le pensait-elle.

« Eh bien, rien ne s’est passé même si nous avons gagné. C’est un peu bizarre de recommencer un nouveau combat et c’est… injuste », dit-elle, alors qu’elle donne à manger à un jeune renne orphelin des poignées de lichen. domestiqué.

Souriante mais agacée à la fois, elle dit en avoir marre d’entendre les autorités parler d’un « processus » chronophage.

« Plus tôt ils les démonteront, plus vite nous pourrons utiliser à nouveau la zone », dit-elle, avant d’ajouter rapidement : « Je ne me vois pas utiliser la zone. Peut-être que ma fille ou mes petits-enfants pourront l’utiliser. »

Sissel Stormo Holtan pose devant sa maison à Namdalseid, dans le comté de Troendelag, en Norvège, le 7 décembre 2021. (Photo AFP)

Les éleveurs de rennes Leif Arne Jama (à droite) et son frère John Kristian Jama visitent le parc éolien de Storheia, l'un des plus grands parcs éoliens terrestres d'Europe, dans la municipalité d'Afjord, en Norvège, le 7 décembre 2021. (Photo AFP)

Droit de véto ?

Les Sami – anciennement appelés Lapons, terme désormais considéré comme péjoratif – sont une minorité indigène d’environ 100 000 personnes qui ont traditionnellement vécu de l’élevage et de la pêche des rennes.

Répartie dans le nord de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et de la Russie, la communauté a un passé douloureux. Ils ont été soumis à des efforts d’assimilation brutaux au XXe siècle, et la terre sur laquelle ils se sont appuyés pendant des générations est aujourd’hui grêlée par des projets énergétiques, miniers et touristiques. Avant Storheia et Roan, d’autres parcs éoliens ont été érigés sur « leur » terrain et certains sont en construction ou en construction.

Comme les Don Quichotte des temps modernes, les Samis se dressent désormais contre les moulins à vent. Le Conseil parlementaire sami, organe de coopération réunissant les parlements communautaires de Norvège, Suède et Finlande, revendique une forme de droit de veto pour les projets futurs.

Tout projet de parc éolien doit être approuvé par les populations sâmes locales et leurs élus, ou être suspendu, a-t-il déclaré dans une déclaration adoptée en janvier de l’année dernière.

S’il « reconnaît que le changement climatique est un problème grave qui affecte la société sâme », le Conseil a souligné que « les mesures prises pour limiter le changement climatique ne doivent pas avoir d’impact négatif sur la culture et les conditions de vie des peuples autochtones ».

Sissel Stormo Holtan nourrit un renne devant sa maison à Namdalseid, dans le comté de Troendelag, en Norvège, le 7 décembre 2021. (Photo AFP)

Sissel Stormo Holtan nourrit un renne devant sa maison à Namdalseid, dans le comté de Troendelag, en Norvège, le 7 décembre 2021. (Photo AFP)

Selon de nombreux observateurs, la décision de la Cour suprême norvégienne pourrait constituer un précédent juridique susceptible d’affecter d’autres projets d’infrastructure sur des terres peuplées de Samis en Norvège et dans les pays voisins.

« D’autres entreprises devront réfléchir à deux fois avant de démarrer un projet sans faire d’abord vérifier sa légalité devant les tribunaux », a prédit Susanne Normann, chercheuse au Centre pour le développement et l’environnement de l’université d’Oslo.

La question est problématique dans toute la région nordique. En Finlande, qui ambitionne de devenir un leader mondial de la production de batteries électriques, les projets miniers sèment l’angoisse chez les Samis.

Ils visent actuellement deux permis de prospection accordés dans la toundra près du village nord-ouest d’Enontekiô, une région connue pour ses panoramas à couper le souffle et qui abriterait de vastes gisements minéraux.

Alarmés par les dommages environnementaux que les activités minières ont causés dans d’autres parties de la Finlande, les Samis ont recueilli plus de 37 000 signatures pour une pétition de 2020 protestant contre l’incapacité des autorités à consulter les habitants locaux ou à mener des études d’impact sur la manière dont les projets affecteraient l’élevage des rennes.

Sissel Stormo Holtan nourrit un renne devant sa maison à Namdalseid, dans le comté de Troendelag, en Norvège, le 7 décembre 2021. (Photo AFP)

Une aurore boréale, également connue sous le nom d'aurores boréales, illumine le ciel nocturne au-dessus de Kellostapuli Fell à Kolari, en Laponie finlandaise, le 15 janvier 2022. (Photo AFP)

« Double peine »

Vivant principalement dans l’Arctique, une région qui se réchauffe trois fois plus vite que le reste de la planète, les Samis sont les témoins directs du changement climatique.

« Pour ceux d’entre nous qui ont vécu et travaillé ici toute notre vie, nous voyons comment la végétation change, la limite des arbres se déplace, le pergélisol dégèle, nous voyons de nouvelles espèces d’insectes et d’autres plantes », déclare Matti Blind Berg. , un éleveur de rennes près de Kiruna, dans le nord de la Suède.

Les températures fluctuent énormément de nos jours, avec une alternance de périodes de froid et de dégel qui forment parfois d’épaisses couches de glace au sol, empêchant les rennes d’atteindre le lichen qu’ils déterrent habituellement sous la neige avec leurs sabots. Cela a également alimenté une concurrence féroce entre les éleveurs pour les pâturages.

Dans ce contexte parfois explosif, les parcs éoliens, les gisements de cuivre et les minerais de terres rares – tous très prisés alors que l’économie mondiale se tourne vers l’énergie électrique – ainsi que les forêts plantées pour les biocarburants exercent une pression supplémentaire sur l’utilisation des terres.

« Je comprends parfaitement qu’on ait besoin d’une transition verte, je suis le premier à m’y engager », insiste Blind Berg.

« Mais je trouve pour le moins étrange qu’une transition verte se fasse au détriment de la nature. »

Pour Susanne Normann, du Centre pour le développement et l’environnement, le changement climatique est « une double peine pour les peuples autochtones ».

« Non seulement ils font partie des personnes les plus exposées au changement climatique, mais ils doivent aussi en payer le prix sous la forme de parcs éoliens et de barrages hydroélectriques construits sur leurs territoires au nom de la lutte contre le réchauffement climatique », a-t-elle déclaré.

« Où est la justice, quand on sait qu’ils contribuent très peu au problème ? »

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available