Une frappe aérienne tue 82 personnes dans une prison dirigée par les Houthis alors que la guerre au Yémen s’intensifie

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une frappe aérienne de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen a frappé un centre de détention géré par des rebelles houthis, tuant au moins 82 personnes et marquant un autre signe de l’escalade et de la propagation du conflit.

La frappe aérienne dans la province septentrionale de Saada vendredi faisait partie d’une intense offensive aérienne et terrestre qui a marqué une escalade dans la longue guerre civile au Yémen. Le conflit oppose le gouvernement internationalement reconnu, aidé par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, aux rebelles soutenus par l’Iran.

L’accès à Internet dans le pays le plus pauvre du monde arabe est quant à lui resté largement en panne alors que la coalition poursuivait ses frappes aériennes sur la capitale Sanaa et ailleurs.

L’escalade survient après que les Houthis ont revendiqué une attaque de drones et de missiles qui a frappé à l’intérieur de la capitale des Émirats arabes unis (EAU), Abou Dhabi, plus tôt dans la semaine. Cela survient également alors que les forces gouvernementales, aidées par les troupes soutenues par les Émirats arabes unis et les frappes aériennes de la coalition, ont repris toute la province de Shabwa aux Houthis et ont fait pression sur eux dans la province centrale de Marib. Les Houthis tentent depuis un an de prendre le contrôle de sa capitale provinciale.

Ahmed Mahat, chef de Médecins sans frontières (MSF), une mission caritative au Yémen, a déclaré à l’Associated Press (AP) qu’ils avaient dénombré au moins 82 morts et plus de 265 blessés dans la frappe aérienne.

Le bureau des médias des Houthis a déclaré que les sauveteurs recherchaient toujours des survivants et des corps dans les décombres du site de la prison dans la province de Saada, à la frontière avec l’Arabie saoudite.

Le porte-parole de la coalition saoudienne Brig. Le général Turki al-Malki a affirmé que les Houthis n’avaient pas signalé le site comme ayant besoin d’être protégé contre les frappes aériennes à l’ONU ou au Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Il a affirmé que l’échec des Houthis à le faire représentait « l’approche trompeuse habituelle » de la milice dans le conflit.

Les Houthis ont utilisé le complexe pénitentiaire pour détenir des migrants détenus, principalement des Africains qui tentaient de traverser le pays déchiré par la guerre vers l’Arabie saoudite, selon l’organisation humanitaire Save the Children.

Mais Mahat, de Médecins sans frontières, a déclaré que la frappe aérienne avait touché une autre partie de l’établissement abritant d’autres types de détenus. « Les migrants là-bas sont en sécurité », a-t-il déclaré.

Al-Malki a déclaré que les informations selon lesquelles la coalition visait la prison étaient inexactes et que la coalition communiquerait « des faits et des détails » à l’ONU et au CICR, selon la télévision d’État saoudienne.

Les sauveteurs récupèrent le corps d'un homme sous le toit en béton effondré d'un centre de détention touché par des frappes aériennes à Saada, au Yémen, le 21 janvier 2022. (Photo Reuters)

L’attaque de Saada fait suite à une autre frappe aérienne de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite vendredi dans la ville portuaire de Hodeida, sur la mer Rouge, qui a touché un centre de télécommunications clé pour la connexion du Yémen à Internet. L’accès à Internet est resté « largement indisponible pendant plus de 24 heures » dans le pays, a déclaré samedi le groupe de défense NetBlocks.

L’attaque aérienne de Saada, l’une des plus meurtrières de la guerre, n’a pas été la première à frapper une prison dirigée par les Houthis. En septembre 2019, une frappe aérienne a frappé un centre de détention dans la province du sud-ouest de Dhamar, tuant plus de 100 personnes et en blessant des dizaines.

Des groupes de défense des droits ont déjà documenté que les Houthis utilisent des détenus civils comme boucliers humains en les plaçant dans des centres de détention à côté de casernes militaires sous la menace constante de frappes aériennes.

Les frappes aériennes de vendredi à Saada et Hodeida ont renouvelé les critiques de la coalition de la part des Nations Unies et des groupes internationaux d’aide et de défense des droits.

L’Iran a également condamné samedi les récentes frappes sur les zones tenues par les rebelles du Yémen, avertissant qu’elles rendent « plus difficile » la réalisation de la paix dans ce pays déchiré par la guerre.

« La poursuite des attaques militaires de la coalition contre le Yémen avec le silence et l’indifférence de la communauté internationale et la vente incontrôlée d’armes aux agresseurs (…) ont rendu encore plus difficile la voie vers une paix juste dans le pays », a déclaré le ministère des Affaires étrangères. a déclaré le porte-parole Saeed Khatibzadeh dans un communiqué.

Khatibzadeh a déclaré qu’il y avait un manque de « détermination sérieuse pour faire avancer le règlement politique de la crise yéménite », avertissant que cela conduirait à « la destruction du pays et à l’instabilité dans la région ».

« Les pays qui fournissent à la coalition des bombes et des armes de destruction massive sont complices de ces crimes et doivent être tenus pour responsables », a ajouté Khatibzadeh.

Les frappes aériennes de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite ont frappé des écoles, des hôpitaux et des mariages, tuant des milliers de civils. Entre-temps, les Houthis ont utilisé des enfants soldats et posé des mines terrestres sans discernement dans tout le pays. Ils ont également lancé des attaques transfrontalières à l’aide de missiles balistiques et de drones chargés d’explosifs sur l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

La coalition a poursuivi ses frappes aériennes sur Sanaa et ailleurs samedi, ciblant une installation militaire tenue par les Houthis et un siège abandonné de la télévision d’État yéménite dans la capitale. La coalition a déclaré que des frappes aériennes visaient également les Houthis dans le district contesté de Harib à Marib.

Les Brigades des Géants soutenues par les Émirats arabes unis ont déclaré avoir abattu trois drones transportant des explosifs lancés par les Houthis sur des zones contrôlées par le gouvernement dans les provinces de Marib et Shabwa.

Des partisans houthis descendent dans les rues de la capitale yéménite Sanaa, lors d'une manifestation à la suite d'une attaque aérienne signalée par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite contre une prison dans le nord du pays tenu par les rebelles, Sanaa, Yémen, le 21 janvier 2022. (AFP Photo )

Des partisans houthis descendent dans les rues de la capitale yéménite Sanaa, lors d’une manifestation à la suite d’une attaque aérienne signalée par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite contre une prison dans le nord du pays tenu par les rebelles, Sanaa, Yémen, le 21 janvier 2022. (AFP Photo )

Les rebelles, quant à eux, ont organisé un cortège funèbre à Sanaa pour un haut responsable militaire tué avec des membres de sa famille lors d’une frappe aérienne de la coalition la semaine dernière. Des centaines de partisans houthis ont assisté aux funérailles militaires du général Abdalla Kassem al-Junaid, qui dirigeait l’Académie de l’air, selon un vidéojournaliste de l’AP.

Le secrétaire d’État américain Antony J. Blinken a exhorté les parties belligérantes à mettre fin à l’escalade des combats et des attaques à travers le Yémen. « Nous exhortons toutes les parties à s’engager en faveur d’une solution pacifique et diplomatique pour mettre fin au conflit. Le peuple yéménite mérite de vivre en paix et de déterminer son propre avenir », a-t-il écrit sur Twitter.

La dernière escalade survient près d’un an après que l’administration du président Joe Biden a annoncé la fin du soutien américain à la coalition et supprimé la désignation des Houthis comme groupe terroriste dans le cadre des efforts américains pour mettre fin à la guerre acharnée.

L’attaque revendiquée par les Houthis contre les Émirats arabes unis lundi a incité Biden à dire que son administration envisagerait de rétablir le statut des rebelles soutenus par l’Iran en tant que terroristes.

La Ligue arabe tiendra également une réunion d’urgence au niveau des délégués permanents dimanche pour discuter de l’attaque contre les Émirats arabes unis. La réunion se tiendra à la demande des Émirats arabes unis et d’autres pays arabes, a déclaré l’ambassadeur Ahmed al-Bakr, délégué koweïtien auprès de la ligue basée au Caire, dans des déclarations citées par l’agence de presse d’État KUNA.

Al-Bakr, dont le pays est l’actuel président de l’organe panarabe, a déclaré que la réunion discutera de l’attaque terroriste Houthi de cette semaine contre Abu Dhabi.

Vendredi, le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné à l’unanimité l’attaque des Houthis contre les Émirats arabes unis et a demandé que les auteurs soient traduits en justice. Mais la présidence norvégienne du Conseil a également dénoncé les frappes au Yémen.

Dans une déclaration ultérieure, le chef de l’ONU Antonio Guterres « a rappelé à toutes les parties que les attaques dirigées contre des civils et des infrastructures civiles sont interdites par le droit international humanitaire ».

La dernière escalade des combats a été la plus intense depuis la bataille de 2018 pour Hodeida et survient après un an d’efforts diplomatiques américains et onusiens qui n’ont pas réussi à amener les deux parties à la table des négociations.

Les rebelles ont à plusieurs reprises repoussé les appels de l’ONU et des États-Unis à mettre fin à l’offensive sur la province riche en pétrole de Marib. Les Houthis tentent depuis un an de prendre Marib pour achever leur contrôle de la moitié nord du Yémen. Cela leur donnerait probablement le dessus dans toutes les négociations futures.

« La coalition a tout mis en œuvre pour éviter un effondrement à Marib et faire basculer le conflit vers un équilibre militaire », a déclaré Peter Salisbury, expert yéménite à l’International Crisis Group.

Le conflit dans le pays le plus pauvre du monde arabe a commencé en 2014, lorsque les Houthis ont pris Sanaa et une grande partie du nord du Yémen, forçant le gouvernement à fuir vers le sud, puis à s’exiler en Arabie saoudite. La coalition dirigée par l’Arabie saoudite, soutenue à l’époque par les États-Unis, est entrée en guerre des mois plus tard pour tenter de rétablir le gouvernement au pouvoir.

Le conflit est depuis devenu une guerre régionale par procuration qui a tué des dizaines de milliers de civils et de combattants. La guerre a également créé la pire crise humanitaire au monde, laissant des millions de personnes souffrir de pénuries de nourriture et de soins médicaux et poussant le pays au bord de la famine.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available