Kevin Rolland revenu de si loin

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Star et pionnier du ski halfpipe, Kevin Rolland a mesuré tout le danger d’une discipline qui ne pardonne aucune erreur en frôlant la mort après une grave chute fin avril 2019 mais a pu s’en relever et sera porte-drapeau français aux Jeux de Pékin.

La carrière de Kevin Rolland pourrait être adaptée au cinéma, dans un blockbuster à Hollywood, lui qui a construit une grande partie de sa renommée outre-Atlantique, notamment dans le Colorado où il est venu donner la leçon sur leurs terres aux Américains à partir de la fin des années 2000.

À 29 ans, la vie du natif de Bourg-Saint-Maurice a basculé le 30 avril 2019: deux mois après sa médaille d’argent aux Mondiaux à Park City (Utah), la quatrième de sa carrière, il tente le record du monde de hauteur en quarterpipe, une sorte de tremplin en forme quart de tube, dans sa station de La Plagne.

Pour effacer des tablettes l’Américain Simon Dumont, l’une des légendes du halfpipe, il doit s’élever à près de 11 mètres.

Dans sa tentative, il perd l’équilibre, tombe de plus de dix mètres et atterrit sur le haut du mur, le « coping ». Victime d’un traumatisme crânien, il se fracture le bassin, et est touché aux poumons, aux côtes, au foie, à la rate, et aux reins.

Hospitalisé à Grenoble dans un état grave, il est placé dans le coma plusieurs jours et est opéré du bassin.

Depuis sa chambre d’hôpital, il apprend la naissance de son premier fils Rio une dizaine de jours plus tard (avec sa compagne Roma Perrier, ils ont eu un second fils, Dali, en avril 2021).

La blessure faisant partie du métier de skieur halfpipe, il envisage très rapidement de remonter sur les skis, ce qu’il fait dès octobre 2019.

– De retour à Aspen –

Comme un clin d’oeil de l’histoire, c’est sur le site de Buttermilk à Aspen (Colorado), où il a construit sa légende aux X-Games, que « Mitch », son surnom en référence à Mitch Buchannon dans Alerte à Malibu, a effectué ce retour à la compétition, pour les Mondiaux-2021 (8e place).

En 2008 et à seulement 18 ans, il est sélectionné pour participer à « la Ligue des champions des sports extrêmes », alors que sa discipline n’est pas encore olympique. « C’était incroyable. Je me rappelle en avoir pleuré. C’était mon rêve, les X-Games », se souvient-il.

Les larmes de joie se transforment en larmes de douleur: troisième des qualifications, il se blesse en finale (rupture des ligaments croisés du genou droit). Deux ans plus tard, et après une 8e place en 2009, c’est la consécration: il remporte le premier de ses trois titres aux X-Games avec 2011 et 2016 (il gagne aussi les X-Games Europe en 2010 et 2011).

Son histoire avec l’olympisme ne commence à s’écrire qu’en 2014 au moment de l’entrée de la discipline aux Jeux. Présent à Sotchi pour l’or, il rentre de Russie avec le bronze, derrière l’Américain David Wise et le Canadien Mike Riddle.

Affaibli par une grosse entorse à l’épaule avant les Jeux de Pyeongchang en 2018, il quitte la Corée du Sud avec une huitième place.

Kevin Rolland, grand fan d’apnée en dehors de sa passion pour le ski, se rendra en Chine pour sa troisième et dernière aventure olympique qui débutera donc dès le 4 février au Nid d’Oiseau de Pékin, pour emmener la délégation française aux côtés de Tessa Worley.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available