in ,

Un regard vers l’Est: Coopération géopolitique entre l’Iran et la Russie

Selon des informations obtenues au sein du régime et des médias d’État pro-gouvernementaux, les analystes du régime iranien, et en particulier le Guide suprême, estiment qu’après l’effondrement de l’Union soviétique et l’unipolarité du monde, les États-Unis tentent d’établir des gouvernements occidentaux ici et là.

De son côté, le régime iranien faisait face à de nouveaux défis existentiels. L’un des aspects de l’anti-occidentalisme et de l’anti-américanisme du régime iranien était le suivant : Issue des dogmes religieux médiévaux, la théocratie iranienne, imposée au monde contemporain par un événement historique, ne saurait s’adapter au monde moderne. En revanche, elle pourrait couvrir son incapacité à répondre aux besoins économiques et culturels du peuple iranien d’antiaméricanisme.

Mais après la polarisation du monde et à ce jour, nous sommes confrontés à trois changements :

  1. Depuis sa création, la République islamique a perpétré des actes terroristes et des attentats à la bombe à Al-Khobar en Arabie saoudite, des contacts avec Al-Qaïda, suivis de l’explosion des tours jumelles à New York le 11 septembre, ainsi que du culte et de la propagation des forces fondamentalistes offrant une image d’un soi-disant gouvernement islamique. Adoptant une répression interne sans précédent et une politique hostile, ce régime cherche à imposer sa présence dans la région dans un équilibre précaire en démontrant sa puissance régionale et en exportant le terrorisme à l’échelle mondiale. Le résultat de cette politique est que le régime continue d’attaquer les pétroliers et la voie navigable des navires, malgré les politiques d’apaisement occidentales à ce jour.
  2. En établissant des relations économiques étendues avec l’Occident depuis environ 2000, la Chine est devenue la deuxième plus grande économie mondiale, et à la suite de ce boom économique, elle a réalisé de grands progrès militaires.
  3. Malgré l’effondrement de l’Union soviétique, la Russie reste une puissance militaire dotée d’armes nucléaires. L’occupation de la Crimée a, en quelque sorte, démontré cette puissance militaire.

La théocratie iranienne croit qu’en formant une alliance, ou du moins en se rapprochant de la Russie et de la Chine, elle peut former un pôle contre les États-Unis. La conclusion de contrats de 25 ans avec la Chine et le pillage du pétrole iranien au profit de la Chine, ainsi qu’un accord avec la Russie pour ne pas extraire les droits gaziers iraniens de la mer Caspienne et ne pas permettre au gaz iranien d’affluer vers le marché européen, s’inscrivent dans cette vision orientale. L’Iran possède les deuxièmes plus grandes ressources de gaz au monde. Alors que le régime iranien est dans l’isolement mondial, il veut que ces deux pays empêchent un consensus au Conseil de sécurité et l’utilisation du mécanisme de déclenchement des négociations nucléaires contre lui.

La guerre en Ukraine et la position du régime iranien

De hauts responsables de la République islamique d’Iran ont pris position dès les premières heures de l’invasion russe de l’Ukraine. Dans leur position, ils ont considéré les provocations de l’OTAN comme la raison de l’agression de la Russie contre l’Ukraine, alors qu’ils n’ont jamais utilisé le mot « agression » dans leurs déclarations officielles.

Dans un discours prononcé le 1er mars, le Guide suprême de la République islamique d’Iran, sans mentionner l’attaque militaire russe contre l’Ukraine, a accusé les États-Unis d’être responsables de la situation actuelle dans le pays et a déclaré : « L’Ukraine est une victime de la politique de crise des États Unis. » Se référant à la situation actuelle en Ukraine et en Afghanistan, Ali Khamenei a qualifié de « mirage » le soutien des gouvernements occidentaux à leurs « gouvernements fantoches » et a déclaré : « Ceux qui comptent sur les États-Unis devraient apprendre et comprendre cette leçon ».

À cet égard, les présidents de la République islamique d’Iran et de la Fédération de Russie se sont entretenus par téléphone des développements internationaux et des négociations nucléaires. Au cours de la conversation, le président iranien Ebrahim Raisi a souligné que « l’expansion de l’OTAN vers l’est est tendue » : l’expansion de l’OTAN est une menace sérieuse pour la stabilité et la sécurité des pays indépendants dans différentes régions. Selon l’agence semi-officielle ISNA, le président iranien a exprimé son espoir que ce qui se passe profitera aux pays de la région.

Alors que les médias ukrainiens montrent que de nombreux Ukrainiens ont exprimé leur volonté de défendre leur pays, le Guide suprême de la République islamique d’Iran a déclaré que le peuple ukrainien n’accepte pas son gouvernement et que « si le peuple descend dans la rue, la situation du peuple et du gouvernement en Ukraine changeraient. »

Au deuxième jour du conflit en Ukraine, le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale a tweeté : « Rien n’est plus dégoûtant que la guerre, mais lorsque l’Occident cherche à porter atteinte à la sécurité nationale de diverses manières, il est en fait directement responsable des guerres et des crises visant à s’opposer à la stratégie de l’Occident. »

Coopérer pour contourner les sanctions

Les ministres des affaires étrangères iraniens et russes, qui étaient en Chine pour une conférence, se sont rencontrés. Au cours de la réunion, M. Lavrov a déclaré que Moscou travaillait avec l’Iran pour contourner les sanctions occidentales.

« Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré mercredi que Pékin et Moscou évoluaient vers un ordre mondial juste et multilatéral », a rapporté le journal pro-iranien Al-Alam. « Nous traversons une étape très grave dans l’histoire des relations internationales », a déclaré Lavrov à son homologue chinois Wang Yi, selon Sputnik. « Je crois qu’en conséquence, la situation internationale deviendra sensiblement plus claire et que nous nous dirigerons, avec vous et d’autres nations partageant les mêmes idées, vers un ordre mondial multipolaire, juste et démocratique », a-t-il ajouté.

Des informations font état d’une coopération entre les deux pays pour contourner les sanctions. Il y a quelques jours, The Telegraph, citant certains responsables, a rapporté que l’Iran s’était secrètement engagé auprès de la Russie à l’aider à contourner les sanctions en échange du soutien de Moscou au nouvel accord sur le nucléaire.

Les négociations nucléaires

L’accord nucléaire entre l’Iran et le P5+1 est sur le point d’être signé. Bagheri, le négociateur en chef de l’Iran, est arrivé à Téhéran le 23 février pour retourner à Vienne le 26 février avec le ministre iranien des Affaires étrangères Abdullahian pour signer l’accord. À l’époque, le régime iranien n’avait pas encore exigé que la signature de l’accord soit conditionnée au retrait des Gardiens de la révolution de la liste du terrorisme de l’OTF. Mais le 24 février, la Russie envahit l’Ukraine, et en même temps, le régime iranien pose une forte demande sur la table américaine.

Le régime iranien exige que les Gardiens de la révolution (CGRI) soient retirés de la liste des terroristes de l’OTF. Si cette demande est acceptée, le régime ouvrira ses bras au lendemain de la guerre d’Ukraine pour provoquer une nouvelle guerre dans la région. Le CGRI exerce davantage de pression sur l’Occident par le biais de frappes de drones ou d’attaques de pétroliers afin que le régime iranien puisse satisfaire à ses plus hautes exigences. Et si l’Occident n’accepte pas cela – le Sénat et le Congrès américains ont montré qu’ils n’acceptent pas – un nouveau front contre l’Occident s’ouvrira.

Le négociateur russe Mikhail Ulyanov, qui avait précédemment déclaré que la Russie devait être exemptée de sanctions dans ses relations avec l’Iran et avait empêché les pourparlers d’avancer, a ensuite annoncé que la Russie respecterait les sanctions imposées à l’Iran afin de ne pas ternir l’image de la Russie. Au lieu de cela, les pourparlers ont échoué, les négociateurs iraniens faisant appel au Corps des gardiens de la révolution islamique.

Pression sur l’Europe avec le levier du gaz et du pétrole et début de l’invasion de l’Ukraine

Certes, l’attaque contre l’Ukraine ne s’est pas décidée du jour au lendemain. Par conséquent, la Russie, étant le seul exportateur de pétrole et de gaz au monde, voulait être en mesure de forcer l’Occident à garder le silence ou à ne pas réagir de manière appropriée sur son attaque de l’Ukraine. Comme nous l’avons vu, la Russie essayait de diverses manières d’empêcher un accord nucléaire, et donc d’empêcher l’afflux de pétrole et de gaz iraniens sur le marché. Le représentant russe, Ulyanov, était devenu un défenseur du régime iranien dans les pourparlers.

Le site d’information analytique Oil Price a déclaré plus tôt qu’en vertu d’un accord de 20 ans entre l’Iran et la Russie, le pays pourrait contrôler la vente du gaz iranien. En d’autres termes, selon l’une des dispositions de l’accord de 20 ans avec la Russie, l’Iran a accepté que la Russie encercle le marché du gaz et détermine à quel prix et à quels pays l’Iran vendra du gaz.

Au troisième jour de la guerre contre l’Ukraine, la Russie a menacé de couper l’approvisionnement en carburant de l’Europe. Dans le même temps, certains analystes ont fait valoir qu’un accord nucléaire avec l’Iran pourrait sauver l’Europe d’une crise du carburant et lui permettre ainsi de se remettre d’un déficit budgétaire et de redresser son économie défaillante. Cette déclaration a été faite à un moment où il semble extrêmement improbable que la Russie perde facilement son atout face à l’Europe.

En revanche, certains analystes occidentaux ont avancé de nouvelles spéculations sur l’Iran, affirmant que ce pays avait délibérément quitté le marché européen du gaz il y a quelques années afin d’ouvrir la voie à la Russie pour faire pression sur l’Europe dans le domaine de l’énergie. Comme si nous étions en quelque sorte témoins de cette pression sur l’Europe lors de l’invasion de l’Ukraine.

Selon Mehran Emadi, le conseiller officiel de l’Iran pour l’économie de l’UE, avant et en 2016, l’Europe prévoyait d’investir dans des projets gaziers iraniens pour acheter du gaz au pays et réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie. Les États-Unis avaient également reconnu qu’il était dans l’intérêt de l’Europe de délivrer des licences pour exporter du gaz depuis l’Iran, mais soudain, la situation s’est aggravée au point où l’Occident a déclaré que l’Iran ne voulait pas coopérer et a poursuivi les politiques énergétiques de la Russie.

L’Iran, dont l’économie s’effondre, est le deuxième plus grand détenteur de gaz naturel au monde. Mais il n’extrait pas sa part de gaz et ne le vend pas. La théocratie iranienne ne poursuit pas non plus ses propres intérêts nationaux, mais ses propres intérêts islamistes et fondamentalistes. Selon l’expert gouvernemental Mehrdad Emadi, le peuple iranien, dont au moins la moitié vit dans l’extrême pauvreté, a été privé de 23 milliards de dollars pour ne pas avoir extrait de pétrole.

Oil Price affirme également qu’avec la découverte d’un nouveau champ gazier, l’Iran est en mesure de fournir 20% du gaz européen. Le champ gazier de Tchalus (dans le nord de l’Iran) pourrait constituer une grave menace géopolitique pour le rôle dominant de la Russie sur le marché gazier européen. En d’autres termes, la Russie a toujours essayé d’empêcher le gaz iranien d’atteindre l’Europe. La Russie ne veut en aucun cas que l’Iran entre sur le marché européen de l’énergie. Parce que si l’Iran entre sur le marché européen de l’énergie, la puissance de la Russie en Europe sera sapée.

Au troisième jour de l’invasion russe de l’Ukraine, la Russie a officiellement menacé de couper ses exportations de gaz vers l’Europe. La menace russe a alors incité l’Allemagne à suspendre de nouvelles sanctions contre la Russie. C’est alors que de sérieuses spéculations ont surgi parmi les Européens. C’est peut-être il y a quelques années que l’Iran s’était « consciemment » retiré du marché européen du gaz afin d’augmenter la capacité de Moscou à accroître la pression sur l’Europe. Par ces spéculations, l’Iran a certainement aidé Moscou à paralyser l’Europe par des moyens énergétiques et l’Europe ne pouvait manquer de réagir à la campagne d’occupation de l’Ukraine. Dans cette optique, l’Iran, avec l’aide de la Russie, a pratiquement transformé l’hiver européen en un purgatoire glacial.

Le regard de l’Europe sur la question iranienne a radicalement changé ces derniers jours. Aujourd’hui, l’Europe est confrontée à une question majeure dans l’affaire iranienne. Premièrement, l’Iran était-il un allié secret de la Russie dans l’affaire ukrainienne ? Si la réponse à cette question est oui, une autre question se pose. Quels sont les objectifs du principal décideur de Téhéran, qui est le Guide suprême, qui voulait avoir les mains libres dans l’adoption de n’importe quelle politique en faisant venir Ibrahim Raisi et en unifiant son régime ?

Auparavant, l’Europe considérait l’Iran comme un pays qui non seulement déstabilisait la région, mais constituait également une menace par son influence régionale en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen, par ses plans de développement de missiles et de bombardements, et par le développement de l’islamisme et de l’intégrisme. Mais maintenant, l’idée que l’Iran serait l’épée de Moscou dans la région est confirmée.

La coopération politique Iran-Russie et ses effets sur la géopolitique de la région

La coopération entre les régimes iranien et russe a conduit les pays arabes à conclure des accords majeurs avec la Russie pour éloigner la Russie de l’Iran, et lors de l’agression contre l’Ukraine, ils n’ont pas soutenu l’Ukraine comme l’ont fait d’autres pays du monde, en condamnant publiquement cette agression, qui est contraire à la Charte des Nations Unies.

Les intérêts du Guide suprême dans cette coopération meurtrière

Khamenei est dans un état d’isolement interne et international, et puisque la société iranienne est devenue un baril explosif et incapable de résoudre ses problèmes internes, il détourne « le regard vers l’Est » et adopte l’hostilité et l’opposition aux États-Unis et à l’Occident ; il ne veut pas seulement piller du pétrole en traitant avec la Chine, ou piller d’autres mines, ou créer une faille dans le P5+1 avec l’aide de la Russie pour que, par exemple, la question iranienne ne soit pas soumise au Conseil de sécurité ou pour que le mécanisme de déclenchement ne soit pas utilisé contre l’Iran.

Khamenei a toujours compté non sur les intérêts de l’Iran, mais sur les intérêts de l’islamisme ou de ses fondamentalistes. Et tant que ce n’est pas dans l’intérêt du peuple iranien, parvenir à un accord atomique dans lequel l’abandon régional ou la construction d’une bombe atomique est abandonnée à jamais est un mirage, sinon une pensée enfantine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Types de machines à sous en ligne

    Le Royaume-Uni devient le premier pays au monde à considérer le CBD comme un « aliment »