La police israélienne a battu des porteurs lors des funérailles d’un journaliste tué

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
La police israélienne a battu des porteurs lors des funérailles d'un journaliste tué

Vendredi, la police anti-émeute israélienne a poussé et battu les porteurs lors des funérailles de la journaliste d’Al Jazeera tuée Shireen Abu Akleh, les obligeant à laisser tomber brièvement le cercueil dans un début choquant d’une procession qui s’est transformée en peut-être la plus grande manifestation de nationalisme palestinien à Jérusalem depuis une génération .

Les scènes de violence israéliennes étaient susceptibles d’ajouter au sentiment de chagrin et d’indignation à travers le monde arabe qui a suivi la mort d’Abu Akleh, qui, selon des témoins, a été tué par les troupes israéliennes mercredi lors d’un raid en Cisjordanie occupée. Ils ont également illustré les profondes sensibilités concernant Jérusalem-Est – qui est revendiquée à la fois par Israël et la Palestine et a déclenché des cycles répétés de violence.

Abu Akleh, 51 ans, était un nom familier à travers le monde arabe, synonyme de la couverture par Al Jazeera de la vie sous l’occupation israélienne, qui est bien dans sa sixième décennie sans fin en vue. Vétéran de la chaîne satellite depuis 25 ans, elle était vénérée par les Palestiniens comme une héroïne locale.

Des milliers de personnes, dont beaucoup brandissent des drapeaux palestiniens et scandent « Palestine ! Palestine! » assisté aux funérailles. On pensait qu’il s’agissait des plus grandes funérailles palestiniennes à Jérusalem depuis la mort de Faisal Husseini, dirigeant palestinien et descendant d’une famille éminente, en 2001.

Avant l’enterrement, une grande foule s’est rassemblée pour escorter son cercueil d’un hôpital de Jérusalem-Est à une église catholique de la vieille ville voisine. Beaucoup de personnes en deuil tenaient des drapeaux palestiniens, et la foule a commencé à crier : « Nous sacrifions notre âme et notre sang pour toi, Shireen.

Peu de temps après, la police israélienne a attaqué, bousculé et matraqué les personnes en deuil. À l’approche de la police anti-émeute casquée, ils ont frappé des porteurs, faisant perdre à un homme le contrôle du cercueil alors qu’il tombait vers le sol. La police a arraché les drapeaux palestiniens des mains des gens et a tiré des grenades assourdissantes pour disperser la foule.

Le frère d’Abou Akleh, Tony, a déclaré que les scènes « prouvaient que les rapports et les paroles honnêtes de Shireen… avaient un impact puissant ».

Le correspondant d’Al Jazeera, Givara Budeiri, a déclaré que la répression policière était comme tuer à nouveau Abu Akleh. « Il semble que sa voix ne soit pas silencieuse », a-t-elle déclaré lors d’un reportage du diffuseur.

Jérusalem-Est, qui abrite les lieux saints juifs, musulmans et chrétiens les plus importants de la ville, a été capturée par Israël lors de la guerre du Moyen-Orient de 1967. Il revendique toute la ville comme sa capitale éternelle et a annexé le secteur oriental dans un mouvement qui n’est pas internationalement reconnu.

La Palestine revendique Jérusalem-Est comme capitale d’un futur État indépendant. Israël réprime systématiquement toute manifestation de soutien à un État palestinien. Les revendications contradictoires sur Jérusalem-Est se transforment souvent en violence, contribuant à alimenter une guerre de 11 jours entre Israël et les militants de Gaza l’année dernière et, plus récemment, déclenchant des semaines de troubles sur le lieu saint le plus sensible de la ville.

En dehors des prières à la mosquée Al-Aqsa, Israël autorise rarement les grands rassemblements palestiniens à Jérusalem-Est et réprime systématiquement toute manifestation de soutien à un État palestinien.

La police a affirmé que la foule à l’hôpital scandait « l’incitation au nationalisme », a ignoré les appels à s’arrêter et leur a lancé des pierres. « Les policiers ont été contraints d’agir », a déclaré la police. Ils ont publié une vidéo dans laquelle un commandant à l’extérieur de l’hôpital avertit la foule que la police entrera s’ils n’arrêtent pas leur incitation et leurs « chants nationalistes ».

Un responsable israélien a déclaré que les détails des funérailles avaient été coordonnés avec la famille à l’avance pour s’assurer qu’ils se dérouleraient sans heurts, mais que « des masses ont commencé à se rassembler autour du corbillard de Shireen Abu Akleh et le chaos s’en est suivi », empêchant le cortège de suivre son chemin. itinéraire prévu. Le fonctionnaire s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Plus tôt cette semaine, le frère d’Abou Akleh a déclaré que l’arrangement initial était de déplacer le cercueil dans un corbillard de l’hôpital à l’église, et qu’après le service, il serait transporté dans les rues jusqu’au cimetière. On ne savait pas immédiatement pourquoi ces plans avaient changé et des porteurs sont sortis de l’hôpital portant le cercueil.

Al Jazeera a déclaré dans un communiqué que l’action de la police « viole toutes les normes et tous les droits internationaux ».

« Les forces d’occupation israéliennes ont attaqué les personnes en deuil de feu Shireen Abu Akhleh après avoir pris d’assaut l’hôpital français de Jérusalem, où elles ont sévèrement battu les porteurs », a-t-il déclaré. Le réseau a ajouté qu’il restait déterminé à couvrir l’actualité et ne se laisserait pas décourager.

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a qualifié les images de « profondément troublantes ».

L’accent devrait être « marqué à la mémoire d’une journaliste remarquable qui a perdu la vie », a déclaré Psaki. « Nous regrettons l’intrusion dans ce qui aurait dû être une procession pacifique », a-t-elle ajouté.

Lors d’un événement au Rose Garden, on a demandé au président américain Joe Biden s’il condamnait les actions de la police israélienne lors des funérailles, et il a répondu : « Je ne connais pas tous les détails, mais je sais que cela doit faire l’objet d’une enquête.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, « a été profondément troublé par les affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et les Palestiniens rassemblés à l’hôpital Saint-Joseph, et par le comportement de certains policiers présents sur les lieux », selon un communiqué de son porte-parole adjoint, Farhan Haq.

La police israélienne a ensuite escorté le cercueil dans une camionnette noire, arrachant les drapeaux palestiniens du véhicule alors qu’il se dirigeait vers l’église.

« Nous mourons pour que la Palestine vive ! » les foules scandaient. « Notre maison bien-aimée ! »

Plus tard, ils ont chanté l’hymne national palestinien et scandé « Palestine, Palestine! » avant que son corps ne soit enterré dans un cimetière à l’extérieur de la vieille ville.

Sa tombe était décorée d’un drapeau palestinien et de fleurs. L’ambassadeur palestinien au Royaume-Uni Husam Zomlot et le chef du bureau d’Al Jazeera, Walid Al-Omari, ont déposé des fleurs sur la tombe.

Salah Zuheika, une Palestinienne de 70 ans, a appelé Abu Akleh « la fille de Jérusalem », et a déclaré que l’immense foule était une « récompense » pour son amour de la ville.

« Elle nous manque déjà, mais ce qui s’est passé aujourd’hui dans la ville ne sera pas oublié », a-t-il déclaré.

Abu Akleh était membre de la petite communauté chrétienne palestinienne de Terre Sainte. Chrétiens et musulmans palestiniens ont marché côte à côte vendredi dans une démonstration d’unité.

Elle a reçu une balle dans la tête lors d’un raid militaire israélien dans la ville cisjordanienne de Jénine. Mais les circonstances de la fusillade restent controversées.

Les Palestiniens disent que des tirs de l’armée l’ont tuée, tandis que l’armée israélienne a déclaré vendredi qu’elle avait été tuée lors d’un échange de tirs avec des militants palestiniens. Il a déclaré qu’il ne pouvait pas déterminer qui était responsable de sa mort sans une analyse balistique.

« La conclusion de l’enquête provisoire est qu’il n’est pas possible de déterminer la source de l’incendie qui a touché et tué le journaliste », a déclaré l’armée.

Israël a appelé à une enquête conjointe avec l’Autorité palestinienne (AP) et à ce qu’elle remette la balle pour une analyse médico-légale afin de déterminer qui a tiré la balle mortelle. L’AP a refusé, affirmant qu’elle mènerait sa propre enquête et enverrait les résultats à la Cour pénale internationale (CPI), qui enquête déjà sur d’éventuels crimes de guerre israéliens.

Les journalistes qui étaient avec Abu Akleh, dont un qui a été blessé par balle, ont déclaré qu’il n’y avait pas d’affrontements ou de militants dans les environs immédiats. Tous portaient un équipement de protection qui les identifiait clairement en tant que reporters.

L’AP et Al Jazeera, qui entretiennent depuis longtemps des relations tendues avec Israël, ont accusé Israël d’avoir délibérément tué Abu Akleh. Israël nie les accusations.

Les groupes de défense des droits disent qu’Israël donne rarement suite aux enquêtes sur le meurtre de Palestiniens par ses forces de sécurité et prononce des peines clémentes dans les rares occasions où il le fait. Cette affaire, cependant, a fait l’objet d’un examen approfondi car Abu Akleh était bien connu et également citoyen américain.

Des Palestiniens de Jénine et des environs ont mené des attaques meurtrières en Israël ces dernières semaines, et Israël a lancé des raids d’arrestation quasi quotidiens dans la région, déclenchant souvent des fusillades avec des militants.

Les troupes israéliennes ont de nouveau poussé à Jénine tôt vendredi, déclenchant de nouveaux combats.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que 13 Palestiniens avaient été blessés. L’armée israélienne a déclaré que les Palestiniens avaient ouvert le feu lorsque ses forces sont intervenues pour arrêter des militants présumés. La police a déclaré qu’un membre de 47 ans d’une unité spéciale de commando israélien avait été tué.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available