Alcaraz réussit une entrée solide

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Alcaraz réussit une entrée solide

Le jeune phénomène espagnol Carlos Alcaraz, aux portes du top 5 à 19 ans et déjà prétendant au titre, a réussi une entrée solide à Roland-Garros en ne laissant que six jeux à l’Argentin Juan Ignacio Londero, 141e mondial et lucky loser, dominé 6-4, 6-2, 6-0 au premier tour dimanche.

Pour le premier match de sa jeune carrière sur le court Central, et alors qu’il se sait forcément attendu, Alcaraz s’est imposé en 1h50 min en raflant les dix derniers jeux de la partie.

« C’est toujours spécial de jouer ici, ce tournoi est un des premiers que j’ai vu quand j’étais petit, c’est un plaisir de jouer ici », a-t-il apprécié au micro d’Alex Corretja.

Dans un premier set disputé, le jeune Espagnol a su faire la différence au moment opportun et sur sa seule occasion de break, à 5 jeux à 4, face à un adversaire qui ne s’est pas laissé impressionner par son statut de petit prodige.

Et à partir de 2 jeux partout dans la deuxième manche, le jeune Espagnol n’a plus laissé échapper le moindre jeu.

Parmi les satisfactions pour Alcaraz, sa gestion des points importants : il n’a eu à faire face à aucune balle de break, quand lui a affiché 100% de réussite sur ses occasions dans les deux premières manches (6 sur 12 au total).

L’état apparent de sa cheville aussi, tordue début mai à Madrid et qu’il avait préservée ensuite en renonçant à jouer à Rome la semaine suivante.

« C’est un grand combattant et il avait des matches derrière lui, a-t-il dit de son adversaire argentin. Ca tombait bien je crois en vue du prochain match : ça m’aide à trouver mon rythme et à m’adapter au court. »

Au deuxième tour, il affrontera Albert Ramos (42e) dans un duel 100% espagnol.

En un an, Alcaraz a complètement changé de dimension.

Il y a douze mois, l’enfant d’El Palmar avait gagné sa place dans le tableau principal de Roland-Garros en passant par les qualifications et venait d’entrer dans le top 100.

Il vit cette année un printemps ébouriffant, qui l’a propulsé aux portes du top 5 : il s’est offert ses deux premiers trophées en Masters 1000, à Miami début avril et à Madrid début mai. Entre-temps il s’est aussi imposé à Barcelone.

Dans la capitale espagnole, le protégé de Juan-Carlos Ferrero, ex-N.1 mondial et lauréat de Roland-Garros en 2003, a vécu une semaine rêvée en battant coup sur coup Rafael Nadal et Novak Djokovic. Une première dans un même tournoi sur ocre.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available