Cameroun : Le gouvernement se moque-t-il de l’environnement ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Yaoundé le 2 juin 2022 / Le Cameroun, de concert avec la communauté internationale, commémore le 5 juin 2022 la Journée mondiale de l’Environnement. À cet effet, Greenpeace Afrique va diffuser le 2 juin 2022 dès 21h sur Canal 2 International un documentaire intitulé “Camvert, impacts environnementaux et sociaux.”

Cette année encore, le gouvernement camerounais va célébrer ses “prouesses” en matière de protection de l’environnement. Pourtant, il continue à accroître la pression sur la biodiversité, tout en méprisant les populations autochtones et locales. Dans le cadre de cette célébration, Greenpeace Afrique tire une fois de plus la sonnette d’alarme sur ces dégâts environnementaux, et diffuse ce jeudi soir dès 21 h 00 min  sur la chaîne de télévision Canal 2 International un documentaire de 15 minutes sur  les effets environnementaux et sociaux des activités de Camvert SA. Cette société agro-industrielle s’est installée dans la région du Sud, plus précisément à Campo et Niete, il y a presque  trois ans avec pour but de raser 60 000 hectares de forêt pour implanter une palmeraie. “Alors que le Cameroun se joindra au reste du monde pour célébrer l’environnement, nous voulons continuer à attirer l’attention des Camerounais sur des actions que le gouvernement appuie en violation de ses engagements en matière de protection dudit environnement et de protection des droits des communautés », affirme Ranèce Jovial Ndjeudja, responsable de la campagne Forêt chez Greenpeace Afrique.

Les dégâts causés par l’entreprise sur le terrain vont grandissant, et impactent tant la vie des communautés autochtones et locales que la biodiversité du Parc national de Campo Ma’an et des forêts environnantes , ainsi que la biodiversité marine. Le 07 mars 2022, le président de la République a signé un décret attribuant une concession provisoire à la société, opérant jusqu’alors dans l’illégalité la plus totale. Elle dispose désormais de près de 40 000 ha – et les 19 000 restants de la parcelle illégalement déclassée lui seront affectés “en priorité” à sa demande… Quelques mois plus tôt, c’était au tour de L’Agence de Promotion des Investissements (API) d’accorder des exonérations fiscales à l’entreprise d’Aboubakar Al Fatih. Un ensemble de mesures qui engendrent la destruction des forêts et de la biodiversité que le Cameroun s’est pourtant engagé à protéger dans les textes et au cours de grands rendez-vous internationaux.

“Nos plantations sont dévastées par les éléphants. Nous sommes envahis. Tous nos efforts au champ sont anéantis par les éléphants. L’arrivée de Camvert empire la situation. Autrefois les éléphants détruisaient les plantations qui étaient très éloignées, mais avec Camvert, ils sont désormais là, derrière le village.”

Evelyne Mba, Habitante de Nkoelon

“Nous n’avons plus d’espace pour vivre”

“Au cours d’une réunion à Kribi avec le préfet, nous avons fait une doléance, demandant à Camvert de repousser ses limites, cela n’a pas été fait. Or nous avons vraiment besoin de cet espace vital. Il nous sert au moins à faire les champs. Camvert ne fait pas les réunions dans les villages. Mon village Ndoum est riverain de la plantation de Camvert, mais Camvert n’est pas au courant de nos pleurs et cris. Il n’y a pas de collaboration avec nous.”

Sa Majeste Albert Mvondo,

Chef Ndoumesamebenga

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus