Mort d’un bébé dans une crèche : le profil psychologique de la suspecte étudié

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’auxiliaire a reconnu avoir forcé l’enfant à ingérer un produit ménager. L’enquête doit déterminer s’il s’agit d’un coup de folie ou d’un cas de violence volontaire.

À Lyon, une fillette de 11 mois a été tuée dans une crèche mercredi dernier, le 22 juin, par une auxiliaire puéricultrice. Celle-ci a reconnu, lors de sa garde à vue, avoir forcé le bébé à ingérer un produit caustique.

Une employée d’une crèche lyonnaise a été déférée par le parquet de Lyon vendredi 24 juin en vue de sa mise en examen pour « homicide volontaire sur mineure de 15 ans », après la mort, mercredi, d’un bébé, indique Nicolas Jacquet, procureur de la République de Lyon dans un communiqué.

Les pompiers sont intervenus aux alentours de 8 heures mercredi dans cette crèche du troisième arrondissement de la ville. La petite fille de 11 mois était inconsciente. L’enfant a été transportée à l’hôpital Femme Mère Enfant (HFME) de Bron (Rhône). Elle y est décédée « malgré les tentatives de réanimation engagées ».

D’homicide involontaire à volontaire
Le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour homicide involontaire. Les premiers éléments de l’enquête appuient « l’hypothèse d’une ingestion par l’enfant d’un produit toxique », précise Nicolas Jacquet. L’unique employée de crèche présente au moment des faits a été placé en garde à vue pour ce chef d’homicide involontaire.

Mais « les premières auditions de la mise en cause ne permettaient pas de corroborer la thèse accidentelle », indique le procureur de la République. La gardée à vue a finalement reconnue « qu’excédée par les pleurs de l’enfant, elle l’avait aspergée puis lui avait fait ingérer un produit caustique ».

Son placement en détention provisoire a été requis par le parquet. « Les investigations devront se poursuivre sur commission rogatoire afin de déterminer les circonstances exactes de ces faits et permettront d’approfondir les éléments relatifs à la personnalité de la mise en cause », explique le parquet de Lyon.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus