Bruce Willis vend les droits de son image à une société de deepfake

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Et s’il pouvait y avoir du bon dans le deepfake ? C’est en tout cas ce que pense Bruce Willis, ayant vendu les droits de son image à Deepcake, une société spécialisée dans cette technologie. Si vous n’êtes pas familier avec le logiciel, il vous permet par exemple de superposer le visage d’une personne sur une autre. Grâce au système de synthèse avancé et à l’intelligence artificielle, vous pouvez prendre un autre aspect et leur faire dire ce que vous voulez, car la voix est également transférable.

Cette technique a été régulièrement dénoncée car il n’y a aucun doute sur le bluff. Nous pouvons donc faire dire au chef de l’État ce que nous voulons en tant que citoyens ordinaires et le faire évoluer dans n’importe quel contexte ou situation. Certains l’ont donc utilisé pour prétendre que le président Zelensky demandait aux Ukrainiens de déposer les armes contre les Russes.

L’usurpation d’identité la plus profonde à ce jour a été utilisée à des fins pornographiques, en particulier en utilisant des profils de célébrités à leur insu. Combien ça coûte Dans le cas de Bruce Willis, ce logiciel lui permet de poursuivre partiellement sa carrière quand son corps ne peut plus y résister.

L’acteur souffre d’aphasie, un trouble du langage et de la compréhension causé par des lésions cérébrales. Dans une déclaration publiée sur le site Web de Deepcake, la star de Sixth Sense a déclaré qu’il « adorait » la fidélité de son double CGI, créé alors qu’il travaillait sur deux de ses films les plus emblématiques : Crystal Trap et The Fifth. élément.

« Avec la technologie moderne avancée, j’ai pu communiquer, travailler et participer au tournage, même en étant sur un autre continent. C’est une expérience aussi nouvelle qu’intéressante pour moi et je suis reconnaissant envers notre équipe », a-t-il ajouté, à propos d’un premier « projet de publicité en Europe ».

Sur son site Internet, la société promet aux producteurs et à l’industrie du divertissement en général que son logiciel réduira considérablement les coûts, mais pas seulement. « Vous ne dépendez d’aucun dessein, menace ou revendication particulière d’une célébrité », explique le Pourquoi n’est-il pas confus ? « . Attention cependant, le dicton « trop ​​beau pour être vrai » s’applique à chaque fois, surtout lorsqu’il s’agit d’améliorer les dépenses. Il y a toujours un prix à payer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus