Laminute.info: site d'actualité générale

John Leguizamo sur Violent Night et ses traditions de Noël

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
John Leguizamo sur Violent Night et ses traditions de Noël

Jean Leguizamo

Jean Leguizamo
Photo: Gilbert Flores/Variété via Getty Images (Getty Images)

Certains artistes ont fait irruption sur scène. D’autres, comme John Leguizamo, perfectionnent leur art pendant plusieurs années dans une grande variété de projets, jusqu’à ce que le public s’éveille un jour à leur vitalité et à la gamme complète de leurs talents. Alors que la première filmographie de l’acteur né à New York n’est pas sans quelques rôles principaux (le tristement célèbre Super Mario Bros., pour sa part), Leguizamo s’est largement fait un nom brique par brique, grâce à des performances co-vedettes pour des réalisateurs de haut niveau comme Brian De Palma, Baz Luhrmann, Spike Lee et Tony Scott. En 1995, il a créé et joué dans l’émission humoristique de courte durée mais mémorable Maison de Buggin ‘et a remporté une nomination aux Golden Globes pour son travail dans À Wong Foo, merci pour tout ! Julie Newmar.

Fraîchement sorti d’un autre film de grande envergure, Le menuLeguizamo joue maintenant dans le film du réalisateur Tommy Wirkola Nuit violente comme Jimmy Martinez, alias « Scrooge », le chef d’un groupe de mercenaires dont le vol à domicile la veille de Noël d’une famille très riche et dysfonctionnelle se heurte à un hic inhabituel. Le problème : le Père Noël (David Harbour), déprimé mais possédant un ensemble de compétences très particulières, puise dans son passé de guerrier viking pour contrecarrer Jimmy et son équipage.

Le club audiovisuel a parlé avec Leguizamo de tout, de son travail sur le film («tournage à 35 degrés sous zéro»!) Et ses propres traditions de Noël familiales à, oui, l’idée de Mourir dur comme un film de Noël.

Violent Night – Clip officiel « Le Père Noël arrive en ville » (2022) David Harbour, John Leguizamo


Le club audiovisuel: Tommy Wirkola a les deux pieds bien ancrés dans le monde de la comédie d’action gore. Aviez-vous vu son Neige morte films avant de se lancer dans Nuit violente?

Jean Leguizamo : Ouais, j’ai vu le dernier qu’il a fait, et c’était incroyable, mec. C’était si violent et un peu comme à l’ancienne le néoréalisme, vous connaissez ? Je veux dire, des comédies italiennes ou étrangères qui mélangent un peu plus de violence que nous.

AVC : Il y a des meurtres imaginatifs et sanglants dans ce film. Après tant d’années dans l’entreprise, allez-vous voir comment ils font ou préférez-vous l’excitation d’attendre de voir le produit fini ?

JL : Oh, non, j’adore la mécanique. J’adore le regarder. J’aime la façon dont c’est préparé, la façon dont ils élaborent des stratégies. Ils le font beaucoup en vidéo, tu sais ? Ils vous montrent une vidéo où ils le jouent d’abord dans un espace de répétition. Ils vont le filmer et le couper avec juste les doubles cascadeurs avant même de nous mettre dedans. Et donc vous avez une idée où ça va, et puis vous le faites réellement et vous donnez tout. Et puis vous voyez le produit final avec le sang et le feu, c’est incroyable. J’aime tout le processus. Je suis encore un enfant en ce qui concerne les séquences d’action.

AVC : Il y a une séquence de combat avec un pic à glace et une masse qui se déroule sur la glace. Était-ce la partie la plus difficile ou la plus amusante de la production pour vous ?

JL : Ouais, c’était dur. Je veux dire, c’était incroyablement difficile pour moi physiquement et au niveau de la mémoire aussi, parce que c’est environ 50 mouvements, donc c’était difficile de le garder à l’esprit quand vous tirez à 35 degrés en dessous de zéro, ce qui est inhumain, et à mon âge et à 3 heures du matin tous les soirs. C’était rude, mais c’était aussi amusant pendant les répétitions. Parce que j’ai beaucoup répété pour que ça ait l’air réel. Je voulais qu’il soit crédible que je puisse vraiment botter le cul de David Harbour. Et David Harbour a visiblement l’air de pouvoir me botter le cul parce qu’il a 6-5 ans et qu’il a pris du poids pour le Père Noël. C’est un acteur de méthode, alors il a pris environ 300 livres ou quelque chose comme ça. Donc, vous savez, quand j’ai dû le pousser, ce n’était pas facile. Je luttais.

AVC : Votre personnage a une relation assez sombre avec Noël. Quelles étaient les grandes traditions de Noël quand vous étiez enfant ?

JL : En ce qui concerne les traditions, quand je grandissais, nous étions latins, donc nous fêtions le réveillon de Noël à minuit. C’est à ce moment-là que vous êtes censé recevoir les cadeaux. Mais, vous savez, la plupart d’entre nous étions si petits que nous n’avons pas pu arriver jusqu’à minuit. On fait une grosse sieste et puis ils nous réveillent quand bébé Jésus est né, tu sais ? Et c’est là que les cadeaux sont offerts. C’était donc un gros problème. Et puis nous aurions toujours de la nourriture latine des Caraïbes. Et j’ai une grande famille, donc nous nous réunissons et j’adore ça.

AVC : Quel type de traditions cherchiez-vous à changer ou à perpétuer lorsque vos propres enfants étaient plus jeunes ?

JL : Alors, j’ai voulu en garder la tradition culinaire, et la tradition des rencontres. Et la danse – nous dansons toujours, mais à Thanksgiving. Nous aimons danser, cela fait partie de notre culture. Donc mes enfants ont toujours dansé, et je les ai fait. La chose qui ne s’est pas reportée, c’est que mes parents me faisaient toujours gagner mon cadeau de Noël. Ils estimaient qu’il était indulgent d’offrir à un enfant un cadeau qu’il n’avait pas mérité. J’ai donc dû lire l’encyclopédie ou lire tout un roman classique en espagnol ou quelque chose comme ça, sinon je n’aurais pas de cadeau ! Mais je ne voulais pas reporter ça. J’avais l’impression que les enfants pouvaient recevoir des cadeaux inconditionnels.

AVC : Attendez, vous ont-ils donné cette tâche au préalable ? Ou vous ont-ils dit la veille de Noël : « C’est votre tâche ? »

JL : [Laughs] Ce serait vraiment cruel. Oh, ce serait vraiment foutu. Non, non, ils m’ont donné des mois. Ils disaient : « Pour avoir ce vélo pour Noël, il faut lire l’encyclopédie de A à B. » Il y avait toute une liste de contrôle. Parents immigrés, ils vous font tout gagner.

David Harbour et John Leguizamo dans Violent Night, réalisé par Tommy Wirkola

(LR 🙂 David Harbour et John Leguizamo dans Nuit violente
Image: Allen Fraser / Images universelles

AVC : dans Nuit violente, l’équipe de Jimmy utilise des surnoms sur le thème de Noël et celui de votre personnage est Scrooge. Au sein de votre propre famille, cependant, quel serait selon vous le surnom qu’ils vous attribueraient pour les vacances ?

JL : Mal au cul ? Ouais, je pense qu’en fait c’est mon surnom. Ma mère dit toujours : « Oh, tu es tellement emmerdante. Je la taquine toujours.

CVA : Nuit violente semble destiné à entrer dans le canon des films de Noël alternatifs, en particulier auprès des fans de genre. Chaque année, il y a des arguments hilarants en ligne sur ce qui est considéré comme un film de Noël…

JL : Sont là? Je n’étais pas au courant.

AVC : Oh, ouais. Beaucoup de gens semblent redécouvrir et plaider agressivement l’argument concernant qu’il s’agisse Mourir dur est un film de Noël.

JL : Je veux dire, c’est un peu bizarre. J’adore le film. C’est l’un des grands films d’action que nous devrions tous emprunter et copier. Mais un film de Noël ? D’accord, bien sûr. Pourquoi pas? Tu sais, j’ai regardé Chasseur de cerf une fois avec mes enfants pour Noël. C’est peut-être le nouveau film de Noël !

AVC : Vraiment ? Chasseur de cerf avec les enfants?

JL : [Laughs] Oui je l’ai fait. Je suis cinéphile. Donc, vous savez, je voulais que mes enfants soient également cinéphiles. Un peu plus relevé, peut-être.

AVC : Enfin, y a-t-il des films de vacances particuliers auxquels vous revenez et que vous revisitez avec votre famille, ou s’agit-il plutôt d’une rotation ?

JL : Certainement mes préférés sont Une histoire de Noël et Rudolph le renne au nez rouge, celui de l’argile. Ce sont mes préférés, et ils tiennent toujours le coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus