in

Marine Tondelier souhaite que « les gens se lèvent » pour le climat et les retraites

La nouvelle cheffe d’EELV Marine Tondelier espère que « 2023 (sera) enfin l’année du climat », et que « les gens se lèvent » à la fois pour les questions écologiques mais aussi les droits sociaux, avec la mobilisation contre la réforme des retraites.

Elue en décembre à la tête du parti écologiste, la nouvelle secrétaire nationale a souligné jeudi lors de ses voeux à la presse, que 2023 était « une année clé ».

« On voit que le dérèglement climatique va beaucoup plus vite que prévu. C’est quelque chose qui est assez angoissant », a-t-elle ajouté.

« Ce que l’on souhaite dans les semaines qui viennent, c’est que les gens se lèvent, pour leurs retraites et pour le climat », a poursuivi Marine Tondelier.

« Chacun est à sa place dans ce mouvement, les syndicats sont à leur place, les partis politiques sont à leur place et la famille écologiste (…) est en train de travailler au fait que se rejoignent ces deux mouvements : le mouvement pour les droits sociaux, les retraites, et le mouvement pour le climat ».

Elle a répété qu’EELV n’appelait pas à la marche du 21 janvier contre la réforme des retraites, soutenue par La France insoumise, mais « uniquement aux dates organisées par les syndicats », expliquant qu’elle leur faisait « confiance pour mobiliser les forces vives ».

Elle a aussi indiqué que son parti soutenait les prochains appels à la grève de la CGT-Pétrole. « Les Français sont pénalisés chaque jour, et ce n’est pas par la CGT-Pétrole ».

Marine Tondelier a par ailleurs expliqué, qu’au-delà des combats sociaux, son parti lancerait fin janvier des « états généraux », avec « des mois de travail sur le terrain, des mois de débats », avec les Français et notamment les classes populaires qu' »on n’a pas réussi à convaincre à la présidentielle ».

« Il faut qu’ils nous expliquent pourquoi ça leur parle pas » l’écologie, pour « construire avec eux le « futur mouvement de l’écologie politique ».

Enfin, elle s’est interrogé sur les propos de Brigitte Macron, qui « hier, a fait une sortie sur l’uniforme pour dire que c’est une très bonne politique publique, la veille du jour où le Rassemblement national pose ce texte dans sa +niche+ ».

« Je trouve que les digues sont en train de céder une à une, c’est extrêmement inquiétant », a-t-elle souligné. « Je ne sais pas à quoi ils jouent, mais je sais ce qu’ils peuvent perdre et surtout ce que nous pouvons tous perdre ».

[the_ad id= »275219″]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    La justice espagnole abandonne le principal chef d’inculpation visant Puigdemont

    Sochaux-Caen finalement décalé, la LFP clôt la polémique