Laminute.info: site d'actualité générale

Le mafieux le plus recherché d’Italie arrêté à Palerme

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
L'Italie arrête le mafieux le plus recherché, Matteo Messina Denaro

Coup dur pour la « Pieuvre » sicilienne: le parrain mafieux le plus recherché d’Italie, Matteo Messina Denaro, un tueur impitoyable, a été arrêté lundi à Palerme au bout de 30 ans de cavale.

La légende de Matteo Messina Denaro, 60 ans, égale celle des grands dirigeants historiques de Cosa Nostra, Toto Riina et Bernardo Provenzano, morts en prison respectivement en 2017 et 2016.

La cheffe du gouvernement Giorgia Meloni a immédiatement salué « une grande victoire de l’Etat qui démontre qu’il ne se rend pas face à la mafia ».

« Nous n’avons pas gagné la guerre, nous n’avons pas battu la mafia mais cette bataille était une bataille qu’il était essentiel de gagner. Et c’est un coup dur pour le crime organisé », a-t-elle dit ensuite à Palerme, où elle s’est rendue dans la foulée de l’arrestation.

Matteo Messina Denaro a été arrêté en marge d’une visite médicale à la clinique La Maddalena à Palerme, un établissement renommé où il était soigné, sous un nom d’emprunt, pour un cancer du côlon.

Il était très bien habillé et portait une montre de luxe valant entre 30 et 35.000 euros, ont précisé les enquêteurs lors d’une conférence de presse en fin de journée à Palerme.

Le chef du parquet de Palerme, Maurizio De Lucia, a décrit à cette occasion le boss comme « un chef opérationnel disposant d’une série de contacts et de ressources économiques », même si « la direction de Cosa Nostra n’a jamais été le patrimoine exclusif de Messina Denaro ».

Interpelé par le père d’une victime de la mafia présent à la conférence et voulant savoir si cette arrestation permettrait d’élucider certains crimes, il a répondu: « Nous ne nous arrêterons pas, nous ferons tout pour arriver à la vérité ».

Sur la liste dressée par le ministère de l’Intérieur des six criminels les plus recherchés en Italie, Matteo Messina Denaro, né en avril 1962 près de Trapani en Sicile, occupait la première place.

Héritier de l’époque révolue du « grand pouvoir historique de Cosa Nostra », c’est « le dernier, le plus résilient, le +plus pur+ mafieux sicilien qui restait », a rappelé à l’AFP la criminologue Anna Sergi, spécialiste des mafias.

Federico Varese, professeur de criminologie à l’université d’Oxford, a jugé « extraordinaire qu’il se trouvait encore à Palerme ».

– Amateur de luxe –

Ancienne gâchette de Cosa Nostra, il avait été condamné par contumace en 2000 à la réclusion criminelle à perpétuité pour meurtres, et en 2020 pour celui du juge anti-mafia Giovanni Falcone. La seule photo connue de lui remonte au début des années 1990.

Il était décrit comme grand amateur de vêtements et voitures de luxe. Des centaines de policiers et carabiniers participaient depuis de longues années à la traque du fugitif le plus connu d’Italie, qui s’est accélérée ces derniers jours grâce à la découverte qu’il avait « réservé un examen médical très spécifique ».

Depuis les années 2000, la police italienne a multiplié les arrestations et les saisies de biens dans son entourage, une stratégie d’isolement qui a mis près de 20 ans à porter ses fruits tellement son réseau de soutiens était important.

Son arrestation survient symboliquement au lendemain du 30e anniversaire de l’arrestation de Toto Riina, surnommé « la belva » (le fauve) et qui avait fait régner pendant 20 ans la terreur au sein de Cosa Nostra, dont il avait pris le contrôle à partir des années 1970.

Matteo Messina Denaro est l’une des dernières grandes figures de Cosa Nostra, largement décimée par les opérations incessantes de l’Etat après l’assassinat en 1992 des juges Giovanni Falcone et Paolo Borsellino.

« Pour moi, la journée d’aujourd’hui représente la fin, la fin de Cosa Nostra. Finalement une page est tournée. La mafia est finie. La vieille mafia des meurtres à la chaîne qui a mis à genou ce pays » est finie, a déclaré à l’AFP Giovanni Guarino, un habitant de Palerme.

Le chef du parquet de Palerme est lui d’un avis diamétralement opposé, estimant « évident que la mafia n’est pas vaincue ». « L’erreur la plus grave serait de penser que le match est fini, parce qu’il n’est pas fini », a-t-il mis en garde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus