Laminute.info: site d'actualité générale

Cassandro, mauvais comportement, Michael J. Fox

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Cassandro, mauvais comportement, Michael J. Fox

(Dans le sens des aiguilles d’une montre à partir de la gauche 🙂 Cassandro, tu as blessé mes sentiments, encore: un film de Michael J. Fox, parfois je pense à mourir, mauvais comportement (Avec l’aimable autorisation du Festival du film de Sundance)
Graphique: Le club audiovisuel

Les températures restent glaciales ici à l’ombre des montagnes de Park City, mais le festival du film de Sundance 2023 ne fait que chauffer. Le premier week-end a vu le lancement de plusieurs longs métrages qui devraient faire parler le public tout au long de l’année, et beaucoup se disputent les prix du jury dans les différentes catégories de compétition du festival. Dans l’actualité des acquisitions, Fair-playavec Phoebe Dynevor et Alden Ehrenreich, vendu à Netflix pour 20 millions de dollars après une guerre d’enchères passionnée. Le thriller Chloe Domont remportera-t-il le prix de la US Dramatic Competition ? Netflix aussi acquis la fonction Sarah Snook Courir Lapin Courirtandis que Molly Gordon et Nick Lieberman Camp de théâtre s’est retrouvé chez Searchlight Pictures.

Cynthia Erivo (Dérive), Joseph Gordon-Levitt (flore et fils), premier réalisateur Parc Randall (Lacunes), Sanaa Lathan (Jeune. Sauvage. Libérer.), et Teyana Taylor et la productrice Lena Waithe (Mille et un) faisaient partie des stars qui se sont présentées pour les premières du week-end. Lors de la séance de questions/réponses post-projection pour Tu blesses mes sentimentsscénariste-réalisateur Nicole Holofcenerpour la cinquième fois à Sundance, Michael J. Fox s’est levé du public pour faire l’éloge du film, qui met en vedette Julia Louis-Dreyfus et Tobias Menzies.

Vous trouverez ci-dessous des critiques de capsule pour cinq des titres les plus parlés du festival jusqu’à présent: Parfois je pense à mourir; Cassandre; Mauvais comportement; Encore: Un film de Michael J. Fox; et Tu blesses mes sentiments.

Parfois je pense à mourir

Parfois je pense à mourir

Parfois je pense à mourir
Image: Avec l’aimable autorisation du festival du film de Sundance

Directeur: Rachel Lambert

Jeter: Daisy Ridley, Dave Merheje, Parvesh Cheena, Marcia Debonis, Meg Stalter, Brittany O’Grady

Fran (Daisy Ridley) est une employée de bureau de l’Oregon qui vit dans un cocon séparé de ses collègues et est sujette à des rêveries très dissociatives. Lorsque la nouvelle recrue Robert (Dave Merheje) semble se brancher sur sa longueur d’onde, cela force Fran dans un territoire inexploré et très inconfortable. Comme scénarisé, Parfois je pense à mourir est vraiment un film d’interprétation qui semble délibérément vague. Travaillant en collaboration avec son équipe en dessous de la ligne, cependant, la réalisatrice Rachel Lambert (Dans la ville radieuse) apporte une vision unificatrice et une cohérence tonale à cette boule d’art et d’essai intensément chaussure-gazing, même si sa lignée (le film est adapté d’un court métrage de 2019 à son tour basé sur une pièce de théâtre) en fait parfois l’impression d’un exercice d’allongement infructueux.

Le public a vu de nombreux films sur l’auto-isolement social racontés d’un point de vue masculin, et donc une grande partie de ce qui donne Parfois je pense à mourir un sens de l’intrigue est sa perspective sexospécifique. Fran est-elle sur le spectre de l’autisme, victime d’un traumatisme ou d’abus, d’une combinaison de ce qui précède, ou d’aucune de ces réponses ? La performance retenue, engageante et en retrait de Ridley invite les téléspectateurs à réfléchir à cela, et plus encore. [Brent Simon]

Cassandre

Cassandre

Cassandre
Image: Avec l’aimable autorisation du festival du film de Sundance

Directeur: Roger Ross Williams

Jeter: Gael García Bernal, Roberta Colindrez, Perla De La Rosa, Joaquín Cosío, Raúl Castillo

La Lucha libre mexicaine, avec ses costumes flashy et ses visions performatives de la masculinité, est depuis longtemps mûre pour le genre de tendre narration queer derrière le premier long métrage de fiction de Roger Ross Williams, Cassandre. Le film suit le luchador éponyme (joué avec une vulnérabilité blessée et un physique souple par Gael García Bernal), qui rêve de telenovelas et est entièrement dévoué à sa mère, alors qu’il se construit une carrière comme l’un des plus (in) célèbres « exoticos ». ” pour jamais honorer la scène de Lucha libre.

En montrant comment Cassandro – né Saul Armendariz – a transformé sa propre effémination et son penchant pour le dramatique en atouts au milieu d’une industrie qui s’attendait à ce que leurs combattants soient des méchants et des perdants, le film suit les tropes familiers du «drame sportif» (bien que, au moins ici, des montages sont mis à des goûts de Celia Cruz et Juan Gabriel). Mais les performances incandescentes (rejoindre García Bernal sont les plus fiables Roberta Colindrez et Raúl Castillo, ainsi qu’une lumineuse Perla De La Rosa), des costumes fabuleux et des séquences captivantes de Lucha libre, en font un film passionnant sur l’apprentissage de la vérité à son avantage scintillant. [Manuel Betancourt]

Mauvais comportement

Mauvais comportement

Mauvais comportement
Image: Avec l’aimable autorisation du festival du film de Sundance

Directeur: Alice Engert

Jeter: Jennifer Connelly, Ben Wishaw, Alice Englert

Aucun grand film n’a besoin de protagonistes sympathiques. Mais vous devriez au moins espérer des personnalités absolument antipathiques. Faisant ses débuts en tant que scénariste-réalisatrice, Alice Englert verse beaucoup de personnalité décalée dans Mauvais comportement, un conte de réconciliation mère-fille lâche. Mais les personnages épineux qu’elle esquisse ici sont si vagues et informes que vous aurez du mal à trouver une raison de vous soucier de l’un d’eux, ce qui donne un film aussi informe et recherché que les individus qui le conduisent.

L’un d’eux est heureusement une superbe Jennifer Connelly, donnant tout à Lucy, une ancienne enfant actrice à la poursuite d’un but en tant qu’adulte aisée alors qu’elle se rend dans une retraite dirigée par un mauvais gourou des manuels Elon Bello (Ben Whishaw , faisant de son mieux pour ne pas faire d’Elon une caricature new-age). Pendant ce temps, Englert joue un cascadeur à l’entraînement, livrant une performance de plus en plus grinçante. Le film est parsemé d’humour grossier et de personnages caricaturaux – comme un influenceur joué par Dasha Nekrasova – alors que l’histoire les suit déchaînant leur colère. Dans la foulée, le souvenir le plus charmant avec lequel vous pourriez repartir est une brève apparition de Jane Campion, la mère d’Englert. Le reste ne dépasse pas le privilège de ses personnages. [Tomris Laffly]

Encore: Un film de Michael J. Fox

Encore: Un film de Michael J. Fox

Encore: Un film de Michael J. Fox
Image: Avec l’aimable autorisation du festival du film de Sundance

Directeur: David Guggenheim

Quel Gen-Xer n’a pas eu une jeunesse en partie définie par Michael J. Fox comme une présence rêveuse ? Dans le joyeux et convenablement émotionnel Encore: Un film de Michael J. Foxl’habile documentariste Davis Guggenheim comprend cette nostalgie à un niveau profond et livre l’histoire de la vie de l’acteur à la fois de manière inventive et avec le la plus grande sensibilité. Le plus grand succès de Guggenheim ici est de laisser Fox être en charge de son propre récit en racontant lui-même son histoire, une décision qui élimine intelligemment toutes les avenues potentiellement problématiques pour s’engager avec l’incurable maladie de Parkinson dune maladie avec laquelle vit la star, après avoir été diagnostiquée à 29 ans.

À cet égard, Toujours est une œuvre d’autonomisation et d’empathie, une célébration de la vie de Fox en tant qu’acteur et philanthrope devenu célèbre grâce à la sitcom Liens familiaux et le Retour vers le futur trilogie, après des années de lutte à Los Angeles, enfermé dans un petit appartement sans perspectives. Parallèlement au travail magistral de l’éditeur Michael Harte, Guggenheim reconstitue l’histoire de l’acteur bien-aimé, en utilisant principalement des scènes des propres émissions et films de Fox. La nature romantique du film est également exquise – en effet, la relation et le mariage de Fox avec sa femme Tracy Pollan sont une constante tout au long du film. Toujours. C’est beau. [Tomris Laffly]

Tu blesses mes sentiments

Tu blesses mes sentiments

Tu blesses mes sentiments
Image: Avec l’aimable autorisation du festival du film de Sundance

Réalisation : Nicole Holofcener

Avec : Julia Louis-Dreyfus, Tobias Menzies, Michaela Watkins, Arian Moayed, Owen Teague

La scénariste-réalisatrice Nicole Holofcener a un sens particulier de l’élégance sur la page et derrière la caméra. À travers ses personnages curieux de privilège urbain, elle fait en sorte que l’on se sente compris à un niveau humain, articulant nos pensées secrètes avec une honnêteté astucieuse de manière à la fois éclairante et incroyablement drôle. À l’occasion de ses retrouvailles avec Julia Louis-Dreyfus après son chef-d’œuvre de comédie romantique discrète Assez ditd’Holocener Tu blesses mes sentiments ne fait pas exception.

Le dernier livre d’Holofcener tourne autour d’une auteure new-yorkaise à succès (Dreyfus) qui peine à susciter l’intérêt pour son prochain livre. Les personnages secondaires incluent un mari thérapeute (Tobias Menzies) avec une finesse douteuse dans son travail, et les amis et parents qui entourent le monde coloré du couple. Tout au long, Holofcener propose des observations pointues sur le mariage, la réussite professionnelle et les insécurités qui deviennent parfois des prophéties auto-réalisatrices, le faisant à la fois avec un sens de l’humour sérieux (parfois rire à haute voix) et un œil très observateur. Quiconque a déjà dit un pieux mensonge pour élever un être cher ou a gardé un secret apparemment innocent plus longtemps que nécessaire au nom du soutien se sentira un peu moins seul au monde grâce à l’habileté d’Holofcener à articuler les coins les plus calmes de l’esprit humain. [Tomris Laffly]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus