in

Les États-Unis exportent la haine anti-musulmane vers l’Europe et l’Asie (universitaire)

Les États-Unis jouent un rôle dans « l’exportation » de la haine anti-musulmane en Asie et en Europe, au milieu d’une recrudescence du problème dans ces régions, a déclaré mardi le professeur Khaled Beydoun, basé aux États-Unis, à l’Agence Anadolu (AA).

« Les États-Unis ont exporté l’islamophobie vers l’Asie, l’Afrique, l’Europe, le Moyen-Orient et au-delà, de manière destructrice », a déclaré Beydoun.

Le professeur de la Wayne State University School of Law a également déclaré que l’administration américaine avait défini un nouveau cadre pour l’identité musulmane avec la rhétorique de la « guerre contre le terrorisme » après les attentats du 11 septembre, en tant que Journée internationale du 15 mars pour l’élimination de l’islamophobie. se rapproche.

« Plus les musulmans apparaissaient comme des musulmans, plus ils étaient soupçonnés d’être impliqués dans le terrorisme », a-t-il déclaré.

« Les États-Unis ont fourni un nouveau langage de lutte contre le terrorisme. En plus de cela, il y a eu une nouvelle architecture juridique et policière qui est entrée en jeu que les États-Unis ont en quelque sorte conçue et que les gouvernements du monde entier ont adoptée. Plus précisément, les gouvernements qui avaient un intérêt direct à persécuter les musulmans a adopté cette nouvelle langue américaine et a adopté ce nouveau paradigme de la police américaine pour réprimer leurs propres populations musulmanes. »

Soulignant que la campagne de « guerre contre le terrorisme » des États-Unis est efficace dans une vaste zone allant de l’Asie à l’Europe, Beydoun a déclaré : « Avant le 11 septembre, les Ouïghours vivant en Chine n’étaient pas définis comme des terroristes, des extrémistes ou des personnes affiliées à des organisations transnationales. réseaux terroristes. »

« Les Ouïghours étaient plus souvent décrits comme » séparatistes, subversifs, voyous et criminels « , mais ce nouveau langage américain du terrorisme a doté le gouvernement chinois d’un pouvoir illimité pour neutraliser les Ouïghours comme s’ils étaient des terroristes. Il en va de même pour l’Inde, le Myanmar, la Suède, la France, le Royaume-Uni et le monde entier », a-t-il déclaré.

5 pays avec le plus d’islamophobie : Chine, Inde, France, États-Unis, Myanmar

Citant ses études, Beydoun a également déclaré : « Tout d’abord, je peux dire que la Chine est le pire parce que la Chine est un gouvernement autoritaire qui pratique les formes les plus horribles d’islamophobie, telles que les camps de concentration et le nettoyage ethnique. En se concentrant sur l’islam, il est une sorte de nettoyage ethnique visant à détruire le peuple ouïghour par le génocide. »

Notant que l’Inde se classe au deuxième rang des sentiments anti-musulmans, Beydoun a déclaré : « En Inde, qui compte la deuxième plus grande population musulmane au monde, le régime (du Premier ministre Narendra) de Modi et le parti Bharatiya Janata (BJP) utilisent la suprématie hindoue comme un outil pour détruire les musulmans dans le pays. Et il le fait de manière très horrible, en utilisant la loi sur la citoyenneté (qui exclut les musulmans), l’interdiction du foulard dans les États ou l’usurpation de la citoyenneté des musulmans.

Plaçant la France à la troisième place, a noté Beydoun, « Je dirais que la France est numéro trois parce que la France a en quelque sorte présenté le modèle du modèle occidental sur la façon de réprimer et de marginaliser les musulmans par la loi. Nous le voyons de manière plus frappante dans les politiques comme l’interdiction du foulard. La France s’oppose à la liberté de religion musulmane, s’érode avec des politiques élargies, y compris le voile.

Le professeur a également déclaré qu’après la France, le pays où le sentiment anti-musulman se fait le plus sentir est les États-Unis.

« Les États-Unis sont le catalyseur de la » guerre mondiale contre le terrorisme « qui propage et mondialise l’islamophobie avec un langage anti-musulman, peut-être même plus puissamment que tout autre gouvernement dans le monde. Parce que les États-Unis sont une superpuissance, n’est-ce pas? C’est le pays et le gouvernement les plus puissants du monde, prétendant être une démocratie. Les États-Unis ont exporté l’islamophobie en Asie, en Afrique, en Europe, au Moyen-Orient et au-delà d’une manière dévastatrice », a-t-il déclaré.

Se référant à la situation des musulmans rohingyas au Myanmar, Beydoun a déclaré : « Nous ne pouvons pas ignorer ce qui se passe au Myanmar. Des dizaines de milliers de Rohingyas ont été tués et des centaines de milliers d’entre eux ont été déplacés par le nettoyage ethnique dans le pays. Tous les villages musulmans , des villes et des communautés ont été détruites par un gouvernement bouddhiste militant. »

Les médias comme « facilitateurs de l’islamophobie »

S’exprimant sur le rôle du droit et des médias dans la montée des sentiments anti-musulmans ces dernières années, Beydoun a déclaré : « En tant que professeur de droit, j’observe que le droit est toujours le moyen le plus efficace de faire progresser et d’étendre l’islamophobie. Comme la loi sur le foulard en France et la loi sur la citoyenneté en Inde.

« Deuxièmement, les médias. Les médias immortalisent l’islamophobie en diffusant des idées négatives, des histoires négatives et des stéréotypes négatifs », a-t-il déclaré, ajoutant que les médias sont le catalyseur de l’islamophobie.

Soulignant que les musulmans qui sont discriminés, marginalisés ou tués en raison des lois anti-musulmanes ne sont pas suffisamment couverts par les médias, Beydoun a déclaré : « Dans mon premier livre, j’ai écrit que les musulmans ne sont dignes d’intérêt que lorsqu’ils sont les méchants, pas quand ils sont les victimes. Après tout, il y a un terroriste musulman dont tous les médias parlent. N’est-ce pas ? Peu de médias en parlent quand les musulmans sont les victimes de l’horrible terrorisme d’État en Chine.

« L’islamophobie est un mélange de peur et de haine »

Soulignant que la « peur de l’islam » est délibérément produite par les politiciens dans les sociétés, Beydoun a poursuivi : « L’islamophobie est une combinaison de peur et de haine. Les politiciens veulent faire avancer leurs propres intérêts politiques, économiques et géopolitiques en utilisant l’islamophobie comme un outil. Les gouvernements savent ce qu’ils font. Les politiciens savent ce qu’ils font lorsqu’ils utilisent l’islamophobie comme une arme pour les soutenir. Par exemple, l’ancien président américain Donald Trump a déclaré que l’islamophobie était une arme. Il savait que s’il l’utilisait comme tactique de campagne, cela mobiliserait sa base et obtiendrait plus de soutien pour sa campagne. »

Beydoun a également déclaré que la société occidentale a peur de l’islam, dont elle ne connaissait pas l’essence, et a ajouté : « Ils détestent l’islam parce qu’ils n’en savent rien. Il y a des idées selon lesquelles l’islam est associé au terrorisme, que les musulmans veulent conquérir et changer la culture européenne, que les musulmans oppriment les femmes, que les musulmans n’ont aucun désir de s’intégrer dans la société dans laquelle ils entrent. Je pense que c’est pourquoi les citoyens ordinaires, c’est la France, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie et d’autres pays, détestent et craignent les musulmans qu’ils connaissent peu de chose. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

21 morts, bilan définitif de l’explosion dans une mine de charbon

YouTube TV va coûter 8 $ de plus à partir du mois prochain