in

IRCC délivre toujours des visas canadiens aux Indiens malgré des relations effilochées

Aussi fragile que puisse être la relation indo-canadienne à la suite de l’accusation du premier ministre Justin Trudeau selon laquelle l’Inde était probablement impliquée dans le meurtre d’un éminent dirigeant sikh ici, Ottawa accueille toujours les Indiens pour étudier, travailler et immigrer au Canada.

Plus tôt en septembre, Trudeau a suscité la colère du gouvernement indien lorsqu’il a allégué qu’il était impliqué dans le meurtre d’un citoyen canadien, Hardeep Singh Nijjar, devant un temple sikh à Surrey, en Colombie-Britannique, le 18 juin.

La victime était un partisan d’un État indépendant du Khalistan, une patrie sikh, et avait été qualifiée de terroriste et de chef d’un groupe séparatiste militant par l’Inde.

« Les agences de sécurité canadiennes ont activement recherché des allégations crédibles concernant un lien potentiel entre des agents du gouvernement indien et le meurtre d’un citoyen canadien, Hardeep Singh Nijjar », aurait déclaré Trudeau à la Chambre des communes.

« Toute implication d’un gouvernement étranger dans le meurtre d’un citoyen canadien sur le sol canadien constitue une violation inacceptable de notre souveraineté. Cela est contraire aux règles fondamentales qui régissent les sociétés libres, ouvertes et démocratiques.


En savoir plus

Les immigrants au Québec sont plus susceptibles d’être diplômés universitaires, selon une analyse
Les arrivées au programme des parents et des grands-parents ont chuté en juillet
Le marché du travail canadien s’adoucit mais reste plus serré qu’avant la pandémie de COVID-19


« Comme on peut s’y attendre, nous avons travaillé en étroite collaboration et en coordination avec nos alliés sur cette question très grave. »

L’Inde a rejeté ces allégations, les qualifiant d’absurdes.

« De telles allégations non fondées visent à détourner l’attention des terroristes et extrémistes du Khalistan, qui ont trouvé refuge au Canada et continuent de menacer la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Inde », aurait répondu le ministère indien des Affaires étrangères.

« L’inaction du gouvernement canadien dans ce dossier est une préoccupation de longue date et constante. »

Malgré la tension palpable dans les cercles diplomatiques entre les deux pays, le Canada reste optimiste quant à l’immigration en provenance d’Inde et Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada continue de publier des travaux et permis d’études aux Indiens et les encourageant à immigrer ici.

L’Inde en tête de la liste des sources les plus importantes de nouveaux résidents permanents au Canada

En fait, l’Inde est la plus importante source de nouveaux résidents permanents au Canada, dépassant de loin la contribution de la Chine, deuxième au classement des dix principales sources de nouveaux résidents permanents.

Les dernières données d’IRCC révèlent que l’Inde a fourni 118 245 nouveaux résidents permanents au Canada l’année dernière, soit plus de 27 % du total de 437 610 nouveaux résidents permanents l’année dernière.

Et l’importance de l’Inde pour le Canada en tant que source de nouveaux résidents permanents n’a fait que croître depuis. Au cours des sept premiers mois de cette année, l’Inde a fourni 96 085 nouveaux résidents permanents au Canada, soit plus de 31,6 pour cent du total de 303 955 au cours de cette période.


Vidéo


Au rythme actuel de l’immigration en provenance de l’Inde, ce pays pourrait terminer cette année après avoir accueilli 164 717 nouveaux résidents permanents au Canada, soit 39,3 pour cent de plus que l’année dernière.

En 2022 et encore cette année, la grande majorité des Indiens ayant obtenu la résidence permanente au Canada ont immigré ici grâce à des programmes économiques, notamment le Programmes des candidats des provinces (PNP), Travailleur Qualifié Fédéral (FSW), et Catégorie de l’expérience canadienne (CCE).

La popularité du CEC auprès des Indiens cherchant la résidence permanente au Canada est une conséquence naturelle du nombre élevé d’étudiants internationaux indiens dans les collèges et universités canadiens et des Indiens travaillant au Canada sous titre temporaire. permis de travail.

IRCC a délivré 225 940 permis d’études à des Indiens l’année dernière

L’année dernière, plus de 41,1 pour cent de tous les permis d’études délivrés aux étudiants internationaux au Canada sont allés à des Indiens. L’IRCC a délivré 225 940 permis d’études aux Indiens en 2022 sur un total de 549 260 pour l’année.

Au cours des sept premiers mois de cette année, les données d’IRCC montrent que le Canada a délivré 107 855 permis d’études à des Indiens sur un total de 289 875 permis d’études délivrés au cours de cette période.

L’IRCC permet aux étudiants de travailler pendant leurs études au Canada.

Un étudiant peut être en mesure de travailler au Canada pendant ses études dans les catégories suivantes :

Les conjoints ou conjoints de fait d’étudiants étrangers sont également admissibles à un permis de travail pour la durée du permis d’études.

Après avoir obtenu son diplôme, un étudiant étranger peut demander un permis de travail en vertu du Programme de permis de travail postdiplôme. Dans le cadre de ce programme, le permis de travail peut être délivré pour la durée du programme d’études, jusqu’à un maximum de trois ans.

La précieuse expérience de travail acquise alors qu’un diplômé international travaille au Canada dans le cadre d’un PTPD peut compter pour une demande de résidence permanente via le système Entrée express du Canada.

Sous le Système de classement complet (CRS) utilisé par les programmes du système Entrée express, les candidats à l’immigration se voient attribuer des points en fonction de :

  • compétences;
  • l’expérience professionnelle;
  • la capacité de la langue;
  • la capacité linguistique et le niveau de scolarité de l’époux ou du conjoint de fait du demandeur ;
  • possession d’une offre d’emploi appuyée par un avis positif Évaluation de l’impact sur le marché du travail (EIMT);
  • possession d’une nomination du gouvernement provincial pour la résidence permanente, et ;
  • certaines combinaisons de compétences linguistiques, d’éducation et d’expérience professionnelle qui augmentent les chances du candidat d’obtenir un emploi (transférabilité des compétences).

Les Indiens ont obtenu 201 090 permis de travail temporaires au Canada au cours des sept premiers mois de cette année

Les Indiens constituent également une source précieuse de travailleurs étrangers temporaires pour les entreprises canadiennes. L’année dernière, 18 980 Indiens ont reçu un permis de travail dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) et 142 315 autres Indiens ont obtenu un permis de travail grâce au Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET). Programme de mobilité internationale (LUTIN).

Cela représente un total de 161 295 travailleurs étrangers temporaires en provenance de l’Inde qui ont obtenu leur permis de travail l’année dernière.

L’importance de l’Inde en tant que source de travailleurs étrangers temporaires n’a fait que croître depuis, puisque 183 740 Indiens ont reçu un permis de travail dans le cadre du PMI au cours des sept premiers mois de cette année et 17 350 autres grâce au PTET.

Cela représente un total de 201 090 permis de travail dans le cadre de ces programmes pour des ressortissants étrangers en provenance d’Inde au cours de cette période jusqu’à présent cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Agression sexuelle sur mineur : le violoncelliste Jérôme Pernoo condamné à un an de prison avec sursis

Tirage au sort des travailleurs qualifiés francophones de l’Ontario : la province émet 63 invitations à l’immigration au Canada