in

« l’honorable Cabral Libii est un mauvais négociateur »

Pour le communicant RDPC, les dissensions entre Robert Kona du PCRN et Cabral Libii n’est guère une surprise.

Luther André Meka n’est pas surpris de voir Robert Kona, cofondateur du PCRN, tenter de récupérer la présidence du parti : « Mon jeune frère l’honorable Cabral Libii est un mauvais négociateur. Les dissensions avec le Pr Nkou Mvondo du parti Univers et Papa Kona du PCRN le prouvent. Rien à voir avec un éventuel complot du Rdpc. Un proverbe bantou dit que si tu te retrouves sur le même chemin deux fois, cela veut dire que tu es perdu. Pour parodier Joseph Ki- Zerbo, ceux qui ne maîtrisent pas leur histoire, sont prêts à la revivre. », écrit le communicant du RDPC sur sa page Facebook.

Robert Kona a déposé une plainte à Kaélé. L’homme politique veut faire annuler le congrès de Guidiguis du 11 mai 2019 lors duquel il a cédé la présidence de son parti à Cabral Libii. Son statut de président national d’honneur ne lui suffit plus, Robert Kona dit vouloir récupérer la présidence de son parti, parce que Cabral Libii n’a pas respecté les termes de leur accord. « Il ne me consulte pas dans toutes les décisions importantes, on ne s’appelle pas. »

Accusations

« Il n’y a aucune communication entre Cabral Libii et moi. Il prend des décisions sans me consulter. Et pourtant, les textes disent que je suis membre d’honneur et premier membre du Bureau politique avec voix consultative. Depuis 2020 jusqu’à ce jour, aucun des cinq députés et aucun des maires du parti ne soit jamais venu voir où le père fondateur habite. C’est bien la preuve qu’il y a un problème à la tête de ce parti », a déploré Robert Kona.

Pour se défendre, Cabral Libii dit n’avoir pas été notifié et bien plus que la comparution au tribunal initialement prévue pour le 4 janvier 2023 n’est pas le cas. « Bien que n’ayant pas été notifié, j’ai néanmoins pris sur moi de comparaître le 4 janvier 2024 au TPI de Kaélé dans l’expectative que le droit soit dit,  et que l’œuvre de Réconciliation qui nous est si chère au PCRN, puisse commencer. Mais après toutes vérifications, l’affaire en question n’est pas enrôlée pour le 4 janvier. Il y a lieu de se demander sur la base de quoi la hiérarchie du Sous-préfet de Kribi II s’est fondée pour instruire l’interdiction du Congrès. Nous attendons d’être informés de la date d’enrôlement », écrit le député PCRN.

Cette affaire a fait réagir le président du MRC dans un tweet sur X (anciennement Twitter). « Le Sous-Préfet aurait pu requérir la présence des forces de maintien de l’ordre sur les lieux de ladite manifestation pour intervenir en cas de besoin au lieu d’anticiper des troubles graves à l’ordre public sur une base spéculative. Il y a près de 400 partis politiques  au Cameroun, mais un seul et ses alliés peuvent mener leurs activités normalement. », écrit Maurice Kamto.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LA SUITE SUR actucameroun.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

La France signe un appel pour tripler le nucléaire d’ici 2050, Emmanuel Macron accusé de jouer au « VRP »

le tirage du samedi 2 décembre 2023, 3 millions d’euros en jeu