in

La politique pro-israélienne de Biden a échoué envers les communautés arabes et musulmanes des États-Unis

Au cours des deux derniers mois, la communauté musulmane américaine, comme le reste du monde, a vu avec horreur la machine de guerre israélienne déclencher une des violences militaires les plus brutales de mémoire récente, tuant plus de 16 000 Palestiniens.

Les 3,45 millions de musulmans américains, qui ont tendance à pencher pour les démocrates selon le Pew Research Center, sont dans le chagrin et l’incrédulité et se sentent trahis par le soutien continu du président Joe Biden à Israël et son refus d’appeler à un cessez-le-feu humanitaire.

Cependant, la communauté a réagi en transformant ses sentiments de chagrin, d’indignation et d’impuissance en action en se mobilisant pour des manifestations, des sit-in et des veillées, selon Hussam Ayloush.

Ayloush est un leader communautaire dans la région du Grand Los Angeles et occupe le poste de directeur exécutif du Conseil des relations américano-islamiques (CAIR-LA) depuis 1998.

S’adressant exclusivement au Daily Sabah, Ayloush a expliqué comment les musulmans américains ont réagi à la brutalité israélienne en cours à Gaza et ce qu’ils font pour demander des comptes aux politiciens.

« Ils exigent une action de la part des élus locaux, étatiques et nationaux par téléphone, par courrier électronique et lors de réunions en personne, en participant aux mouvements de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) comme une forme de dissidence pacifique », a-t-il déclaré.

« Ils créent et partagent également des messages de plaidoyer sur les réseaux sociaux, signent des pétitions appelant à un cessez-le-feu permanent, assistent aux réunions du conseil municipal pour exprimer leur soutien à la Palestine et organisent des formations pour lutter contre la désinformation et éduquer le public sur l’histoire de la Palestine. la région », a ajouté Ayloush.

La communauté s’est constamment manifestée pour la Palestine et s’est prononcée contre l’occupation illégale et le système d’apartheid d’Israël depuis des décennies. Cependant, elle s’est fait plus entendre que jamais étant donné que le gouvernement et l’armée de droite israéliens ont clairement intensifié leur agression – non seulement à Gaza mais également en Cisjordanie.

« Avec l’aide des médias sociaux, nous observons un génocide se produire en temps réel alors qu’Israël bombarde les immeubles résidentiels, les mosquées, les églises, les écoles et les hôpitaux de Gaza, tuant plus de 16 000 civils palestiniens, dont au moins 6 150 enfants », a déclaré Ayloush.

« Nous entendons directement de la bouche des responsables israéliens leurs projets de ‘niveler Gaza’ et d’étendre leurs colonies, et nous observons avec incrédulité le gouvernement américain exprimer son soutien inconditionnel à Israël et devenir complice d’un génocide. »

Les partisans de la Palestine se rassemblent pour une marche à San Francisco, Californie, États-Unis, le 12 novembre 2023. (Photo AFP)

Chagrin, inspiration

Concernant le sentiment général parmi les membres et les dirigeants de la communauté, Ayloush a déclaré que c’était une période douloureuse pour beaucoup, et qu’ils pleuraient collectivement les innombrables civils assassinés, blessés, emprisonnés et déplacés sous l’occupation brutale de la Palestine par Israël – pas seulement au cours des deux dernières années. mois mais au cours des 75 dernières années.

« Bien sûr, il y a des sentiments de tristesse et d’indignation, mais beaucoup se sont également sentis inspirés par la résilience dont a fait preuve la population de Gaza. »

Il a ajouté que les membres et les dirigeants de la communauté se sont prononcés en faveur de la Palestine depuis des décennies et que se mobiliser et utiliser leurs voix n’était donc pas nouveau.

« Pour beaucoup, pouvoir assister à des manifestations, parler avec des élus et s’engager dans d’autres formes d’activisme a été un moyen de garder espoir », a déclaré Ayloush.

La communauté musulmane américaine a également exprimé sa frustration face aux préjugés et à la rhétorique unilatérale qui ont prédominé dans les médias occidentaux.

« Au début, les médias ont largement contribué à propager la désinformation – comme l’histoire largement diffusée mais aujourd’hui démentie de 40 bébés décapités – ainsi qu’une rhétorique islamophobe, raciste et déshumanisante, qui a eu des conséquences dévastatrices », a déclaré Ayloush.

Il a également imputé au discours biaisé des médias l’augmentation sans précédent des crimes haineux contre les Palestiniens, les musulmans et les Arabes depuis le 7 octobre.

Manifestation des partisans de la Palestine à San Francisco, Californie, États-Unis, le 14 novembre 2023. (Photo AFP)

Des manifestants du sommet commercial mondial de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) défilent vers le Moscone Center, à San Francisco, Californie, États-Unis, le 12 novembre 2023. (Photo AFP)

Un soutien croissant

Au-delà de la haine, la cause palestinienne a également bénéficié d’un soutien croissant de la part de personnes de tous horizons alors que les habitants de Gaza, qui vivent actuellement la violence et l’effusion de sang, partagent des vidéos et des images révélant les atrocités commises par Israël.

« Des millions de personnes partagent leurs histoires. Ce ne sont pas seulement les musulmans, les Palestiniens et les Arabes qui parlent de Palestine aujourd’hui : ce sont des gens de tous horizons et de toutes confessions qui s’efforcent de partager la réalité de ce qui se passe à Gaza et en Cisjordanie occupée », a-t-il déclaré.

« Même si bon nombre de ces images, vidéos et témoignages ne parviennent pas aux chaînes d’information grand public, cela ne signifie pas que les gens restent les bras croisés et ne font rien. La communauté n’a pas permis et ne permettra pas que ce qui se passe réellement en Palestine soit réduit au silence. Les membres de la communauté partagent des vidéos et des images en ligne, et donnent également des interviews, font des commentaires publics, organisent des sit-in et participent à des manifestations », a déclaré Ayloush.

Ils travaillent également avec diligence pour lutter contre la politique pro-israélienne du gouvernement américain en contrecarrant les faux récits en sensibilisant le public sur les 75 ans d’histoire d’apartheid et d’occupation militaire d’Israël et en plaidant pour une solution politique qui mette fin à l’occupation et au système d’apartheid qui refuse aux Palestiniens droits égaux.

La communauté musulmane américaine fait également pression sur les organisations qui soutiennent financièrement l’oppression des Palestiniens par Israël, à travers le mouvement BDS, contestant le « récit du terrorisme » et d’autres représentations négatives des Palestiniens, des Arabes et des musulmans dans les médias, selon le comité exécutif du CAIR-LA. directeur.

« Nous plaidons pour une réévaluation de l’aide militaire américaine à Israël et de la nécessité de respecter le droit international, ainsi que pour garantir que le droit à la liberté d’expression soit respecté et protéger les gens contre les représailles pour avoir exprimé leur solidarité avec la Palestine. »

« De nombreux militants musulmans s’engagent désormais davantage dans l’activisme politique pour garantir que leur voix soit entendue et que leurs problèmes soient résolus », a déclaré Ayloush.

Une personne passe devant des pancartes et des notes laissées devant le bureau de la représentante américaine Rashida Tlaib, démocrate du Michigan, sur la colline du Capitole à Washington, DC, le 8 novembre 2023. (Photo AFP)

Une personne passe devant des pancartes et des notes laissées devant le bureau de la représentante américaine Rashida Tlaib, démocrate du Michigan, sur la colline du Capitole à Washington, DC, le 8 novembre 2023. (Photo AFP)

Profondément concerné

Concernant la tentative du gouvernement américain de faire taire les voix pro-palestiniennes comme la députée Rashida Tlaib, Ayloush a critiqué la censure du Congrès américain à l’encontre de son seul membre palestinien américain.

Il l’a décrit comme une tentative de la part des membres du Congrès qui soutiennent le régime d’apartheid en Israël de pénaliser et de faire taire ceux qui osent dénoncer et contester les violations israéliennes des droits de l’homme.

« Les voix pro-palestiniennes, comme celle de la députée Tlaib, représentent les millions d’Américains à travers le pays qui sont horrifiés par les atrocités qu’Israël commet contre la population de Gaza. Il est profondément préoccupant qu’il y ait une telle pression pour censurer et faire taire ceux qui adoptent une position de principe et courageuse contre le génocide et le nettoyage ethnique de la population de Gaza », a déclaré Ayloush.

Il a également critiqué certains membres du Congrès pour avoir tenu « des commentaires racistes, sectaires et désobligeants contre les musulmans et les Palestiniens, sans conséquences apparentes ».

« Le Congrès devrait avoir profondément honte de son double standard et de ses tentatives de supprimer une voix aussi précieuse à un moment où elle est si nécessaire », a-t-il déclaré.

Faire entendre les voix des musulmans

Cependant, à l’approche de l’année électorale, Ayloush pense que la communauté musulmane américaine fera entendre sa voix lors des élections.

Il a déclaré que de nombreux membres de la communauté ont exprimé un niveau élevé de mécontentement et de frustration à l’égard du président Biden, allant même jusqu’à promettre de ne pas voter pour lui lors des prochaines élections.

« Biden a laissé tomber les électeurs arabes et musulmans, il a laissé tomber les intérêts de l’Amérique et il a laissé tomber sa propre humanité, et les électeurs le voient et le reconnaissent », a déclaré Ayloush.

« Je m’attends à une forte démonstration de l’influence politique croissante de la communauté, en particulier dans les courses où les votes musulmans et arabes peuvent faire basculer les élections, comme dans les États et les districts en conflit. »

« Le jour du scrutin, ceux qui ont soutenu le génocide en cours à Gaza entendront de nombreux Américains qui se sentent trahis par ces politiciens », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

les confessions glaçantes d’une ancienne codétenue sur la disparition d’Estelle Mouzin

Laisse le monde derrière toi, moine