in

Le gros déballage de Lautaro Martinez sur le Mondial 2022

En cette première moitié de saison, Lautaro Martinez brille de mille feux sous les couleurs de l’Inter Milan, marquant 13 buts en 14 journées de Serie A. Cependant, il n’en a pas toujours été ainsi, comme en témoigne sa difficile expérience lors du Mondial 2022 au Qatar.

Il y a un an, l’attaquant argentin se retrouvait dans le doute, handicapé par une blessure à la cheville survenue bien avant le coup d’envoi du tournoi mondial. Malgré ses performances étincelantes en club, Lautaro Martinez s’est vite trouvé hors-jeu, laissant la place au jeune Alvarez qui deviendra finalement un maillon essentiel du triomphe de l’Albiceleste.

Le paradoxe est palpable : bien qu’ayant fait partie de l’aventure, Lautaro Martinez n’a jamais complètement accepté de ne pas pouvoir contribuer sur le terrain pendant que son équipe gravissait les échelons. Durant le Mondial au Qatar, il n’a pas inscrit le moindre but, ce qui a laissé un goût amer dans sa bouche.

Lautaro Martinez et la grosse souffrance durant le Mondial

Dans le documentaire « Champions, un an après », diffusé par Star+, Lautaro Martinez révèle que sa blessure à la cheville avait été contractée bien avant la compétition, alors qu’il évoluait avec l’Inter. « Je n’ai pas voulu m’arrêter car Correa et Lukaku étaient déjà blessés. J’étais le seul attaquant. J’ai joué sous infiltrations », admet-il, «je ne voulais pas rater le Mondial ». Ses efforts pour continuer à jouer malgré la douleur témoignent de son dévouement envers son équipe nationale.

Lautaro Martinez

Malheureusement, la douleur a eu le dernier mot, et c’est Julian Alvarez qui a pris sa place sur le terrain. « J’ai essayé de revenir mais c’était impossible. Je me suis enfermé et j’ai pleuré. J’ai passé un mauvais moment. Je devais être le buteur de l’ère Scaloni », confie-t-il, révélant le poids émotionnel de cette période difficile, à la fois sur le plan physique et mental.

Malgré tout, Martinez a pu fouler le terrain pendant 17 minutes lors de la finale contre l’équipe de France, contribuant ainsi à la victoire de l’Argentine et remportant le Graal tant convoité. Un trophée qui, bien que gagné avec une participation limitée, a une signification toute particulière pour un joueur qui a surmonté des obstacles majeurs pour atteindre le sommet du football mondial.

Comme Lautaro Martinez, Rodrigo De Paul a également souffert

Les révélations de Lautaro Martinez rappellent les dernières confidences de Rodrigo De Paul. En effet, le milieu de terrain de l’Atletico Madrid aurait pu ne pas disputer le quart de finale de la dernière Coupe du Monde.

Lautaro MartinezLautaro Martinez

L’Argentine devait alors jouer les Pays-Bas. Rodrigo De Paul était gravement blessé et devait se reposer une semaine. Malgré les demandes de Lionel Messi de se reposer, il a tenu à jouer cette rencontre face aux Hollandais.

« Je me suis blessé à l’entraînement (avant d’affronter les Pays-Bas au Qatar). J’ai passé une IRM et le médecin m’a dit que j’avais une déchirure musculaire de grade 1. Il m’a dit que je devais manquer le match, et que dans 5-6 jours, je serais rétabli. Mais je ne voulais pas manquer le match », a révélé Rodrigo De Paul.

« Je ne savais pas si nous allions éliminer les Pays-Bas. Je me disais que j’aurais pu jouer mon dernier match de Coupe du monde. Je ne savais pas ce qui se passerait dans quatre ans. Et puis Messi m’a dit : -Ne joue pas, je t’emmènerai en demi-finale. Ne prends pas de risque, tu vas jouer la demi-finale- », a-t-il révélé.

Lautaro MartinezLautaro Martinez

Rodrigo De Paul n’a pas joué l’intégralité de cette rencontre. Remplacé, il a pu tout de même voir Lionel Messi tenir sa promesse. Les Argentins repris au score en fin de match, ont pu gagner après la séance de tirs au but. Le match était plus qu’haché.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.afriquesports.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

l’Ukraine outrée par la présence possible de Russes et de Biélorusses

Des ONG exigent une politique des droits humains "forte" en Suisse