in

« ne tombez pas dans les pièges des hommes politiques mal intentionnés »

Selon le président de l’Assemblée nationale, les hommes politiques invitent régulièrement les enseignants à radicaliser leur position.

Lors de son discours de clôture de la troisième session ordinaire pour l’année législative 2023, Cavaye Yeguie Djibril, président de l’Assemblée nationale du Cameroun, s’est adressé aux enseignants de l’éducation de Base et du secondaire qui grèvent depuis quelque temps.

Tout comme il appelle les enseignants au calme des enseignants : «  Au regard de la sensibilité, de l’importance du secteur de l’enseignement et de son ancrage territorial, parfois jusque dans les coins les plus reculés du pays, je souhaite que le Gouvernement veille au traitement des dossiers dudit secteur avec célérité et dans des délais raisonnables. Par ailleurs, la Représentation Nationale restera attentive au déroulement du prochain Forum National de l’Education au Cameroun. », a déclaré l’homme politique.

Et d’ajouter : « Chers enseignants, je voudrais vous recommander beaucoup de vigilance afin que vous ne tombiez dans les pièges des hommes politiques mal intentionnés et d’autres fauteurs de troubles, tous champions de la récupération et de l’instrumentalisation. Ces derniers invitent régulièrement les enseignants à radicaliser leur position malgré les avancées notables issues des différentes négociations toujours en cours. Cela n’est pas acceptable ».

Ci-dessous l’intégralité de son discours :

DISCOURS DE CLOTURE DU TRES HONORABLE CAVAYE YEGUIE DJIBRIL, PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE DU CAMEROUN

– Excellences ;

– Honorables Députés et chers collègues ;

– Mesdames et messieurs ;

             Comme à l’ouverture, nos travaux s’achèvent sur une note triste, suite au récent attentat dans la Région de l’Ouest notamment dans le département des Bamboutos, Arrondissement de Galim, au village Bamenyam, attentat qui a entrainé la mort de 9 compatriotes. Les Députés à l’Assemblée Nationale adressent leurs sincères condoléances à toutes les familles éplorées. Ils souhaitent un prompt rétablissement aux blessés, victimes de ces attaques que je dénonce et condamne ici, avec la dernière énergie. Afin d’honorer la mémoire de nos compatriotes lâchement assassinés, je vous prie de bien vouloir vous lever pour observer une minute de silence.

​SILENCE

– Excellences ;

– Honorables Députés et chers collègues ;

– Mesdames et messieurs ;

​Ouverte le 10 novembre dernier, la troisième session ordinaire de notre chambre pour l’année législative 2023 s’achève ce jour. Le bilan des travaux affiche huit projets de lois examinés et votés par vos élus. En attendant la promulgation par le Président de la République, je voudrais citer ici l’importante Loi de Finances pour l’exercice 2024, avec des prévisions budgétaires de l’Etat équilibrées en recettes et en dépenses, à six mille sept cent quarante milliards un million de FCFA.

​Je tiens à féliciter vos élus avec tous les collaborateurs qui les entouraient, pour leur dévouement, leur esprit de sacrifice et leur sens de l’intérêt supérieur de la nation. En effet, malgré le caractère très contraignant de cet exercice, les Députés à l’Assemblée Nationale, soutenus en cela par des collaborateurs compétents, les Députés dis-je, ont pu, en peu de temps, examiner et voter le projet de Loi de Finances 2024.

​- Chers collègues ;

                  – Chers collaborateurs.

​Je le dis du fond du cœur, à toutes et à tous : félicitations !

             S’agissant tout particulièrement des personnels de l’Assemblée Nationale dans l’ensemble, je voudrais les rassurer. Toutes les gratifications habituelles auxquelles vous avez droit vous seront servies pour le compte des sessions de juin et de novembre. Je m’y engage personnellement.

​J’adresse également mes sincères félicitations aux différents membres du Gouvernement pour leur disponibilité. Je suis convaincu qu’ensemble, l’Assemblée Nationale et le Gouvernement, ont mis à la disposition de l’Etat, une Loi de Finances 2024 réaliste dans ses prévisions et convaincante par ses innovations.

​Mesdames et Messieurs,

​Il me plait aussi d’évoquer la Loi portant Code Minier au Cameroun, Loi votée par vos élus au cours de la session qui s’achève. Un instrument avant-gardiste, s’il en ait, au regard des multiples aspects pris en compte dans son dispositif. En attendant d’éventuelles améliorations dans l’avenir, cette nouvelle Loi vient consacrer le Renouveau que nous annoncions dans le secteur minier à l’ouverture de nos travaux. Elle est la réponse idoine à la volonté du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Paul BIYA, de faire du Cameroun, un pays de production et même d’exportation, non plus simplement un pays des potentialités minières.

​J’exhorte ainsi le Gouvernement, à veiller à la stricte application de cette Loi, tout comme j’entends réitérer mon double appel lancé au démarrage de nos délibérations. Appel aux différentes administrations concernées pour une collaboration sincère et agissante entre elles afin de maximiser les retombées du Renouveau minier.

​Enfin, appel à certains actionnaires à dépasser les quelques divergences qui les opposeraient encore, l’objectif commun étant de parvenir à une saine exploitation de nos ressources minières. A cet effet, je salue l’embellie qui se dessine dans les rapports entre le Port Autonome de Kribi et la Société SAÏINO-STIL. Je souhaite que cet exemple fasse tache d’huile.

​J’exhorte aussi le Gouvernement à  continuer les chantiers déjà commencés et à les finir. Nos entreprises doivent être responsables.

​Toujours au bilan de notre session, la diplomatie parlementaire s’est exprimée, avec la visite de deux importantes délégations d’élus français.

​La première délégation, constituée des parlementaires, se trouve au Cameroun pour une visite de travail d’une semaine, dans le cadre du Groupe d’Amitié France-Cameroun , dont le Président de la partie camerounaise est notre collègue l’Honorable ZAM Jean Jacques. La partie française est conduite par Monsieur Marc LE FUR, Député des Côtes d’ARMOR en Bretagne Française. Cette délégation a été reçue en audience par votre humble serviteur mardi dernier. Dans l’ensemble, les échanges entre les deux parties ont porté sur le renforcement des capacités de l’Assemblée Nationale du Cameroun s’agissant des ressources humaines et matérielles, la coopération décentralisée, la contribution des membres du Groupe d’Amitié dans les débats portant sur la coopération économique entre la France et le Cameroun ainsi que les relations consulaires.

​La deuxième délégation est constituée des membres de l’Association d’élus locaux d’origine ou de nationalité camerounaise (EFRACAM). Forte de 21 membres, elle est conduite par Monsieur Blaise NKAKE ETHOTET, Premier Adjoint au Maire de la commune de FOSSE en région parisienne. Hôtes du Réseau des Parlementaires pour la Diaspora, la Coopération Décentralisée et Transfrontalière (REP-COD), cette délégation a également été reçue par votre humble serviteur. Sa visite dans notre pays a été déjà marquée par le lancement des activités d’EFRACAM au Cameroun, la signature d’abord d’une convention de Partenariat avec le REP-COD, ensuite la convention de parrainage avec 52 communes du Cameroun réunies sous la bannière des Communes et Villes Unies du Cameroun (CVUC). Pour l’essentiel, il s’agit pour EFRACAM, de rechercher des partenariats dans son pays d’accueil, à l’effet de soutenir le développement de nos Collectivités Territoriales Décentralisées.

​Au regard du succès de cette visite, je voudrais ici, et solennellement, engager le REP-COD, à renforcer son lobbying auprès de la diaspora camerounaise dans le monde. J’invite le Réseau à réfléchir sur l’organisation éventuelle au Cameroun, dans un proche avenir, d’un forum rassemblant les élus d’origine ou de nationalité camerounaise disséminées à travers le globe.

​Mesdames et Messieurs,

​Pour terminer, les revendications des enseignants de l’éducation de Base et du secondaire défraient la chronique depuis quelque temps. Fort des instructions du Chef de l’Etat, le Gouvernement a pris la situation à bras le corps. Des solutions adaptées sont en train d’être implémentées de manière progressive. J’en appelle donc au calme des enseignants, nos seigneurs de la craie. Les pouvoirs publics ne sauraient rester insensibles à leur cause.

​Tout comme j’en appelle à la perspicacité du Gouvernement et à son sens du service public. Il est bon qu’il sache anticiper sur les évènements. Ne dit-on pas que : Gouverner c’est prévoir ?

​Au regard de la sensibilité, de l’importance du secteur de l’enseignement et de son ancrage territorial, parfois jusque dans les coins les plus reculés du pays, je souhaite que le Gouvernement veille au traitement des dossiers dudit secteur avec célérité et dans des délais raisonnables. Par ailleurs, la Représentation Nationale restera attentive au déroulement du prochain Forum National de l’Education au Cameroun.

​Chers enseignants,

​Je voudrais vous recommander beaucoup de vigilance afin que vous ne tombiez dans les pièges des hommes politiques mal intentionnés et d’autres fauteurs de troubles, tous champions de la récupération et de l’instrumentalisation. Ces derniers invitent régulièrement les enseignants à radicaliser leur position malgré les avancées notables issues des différentes négociations toujours en cours. Cela n’est pas acceptable.

                Sur ce, je déclare clos les travaux de la troisième session ordinaire de notre Chambre pour l’année législative 2023.

​Je vous souhaite d’avance de joyeuses fêtes de fin d’année.

– Vive l’Assemblée Nationale ;

– Vive Son Excellence Monsieur PAUL BIYA, Président de la République, Chef de l’Etat ;

– Afin que vive le Cameroun notre cher et beau Pays.

​​​​Je vous remercie.

NB : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position éditoriale d’Actu Cameroun.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

La dernière chance pour le SLO ?

Clara dévoile le nom de l’élève qu’elle sauvera lors du prime