in

Les forces somaliennes reprennent la sécurité du palais présidentielle et du bâtiment du parlement fédéral

La sécurité du palais présidentielle de la Somalie et du bâtiment du parlement fédéral de la capitale Mogadiscio, a été reprise par les forces somaliennes 16 ans après que cette mission a été prise en main par la mission de l’Union africaine dans le pays (Atmis). 

Le président somalien Hassan Sheikh Mohamud a félicité l’armée nationale pour avoir assumé la responsabilité de la sécurité des dirigeants du pays, affirmant que cette décision montrait la « récupération de la capacité et du pouvoir » de l’armée du pays, a rapporté l’agence de presse publique Sonna.

Cette prise de pouvoir intervient alors que les forces somaliennes commencent à assumer la responsabilité de la sécurité du pays et que les troupes d’Atmis, qui combattent al-Shabab et protègent les principales installations gouvernementales depuis 2007, se retirent progressivement du pays.

Après 18 ans et trois missions de paix multinationales, la Somalie se prépare à saisir pleinement le contrôle de sa propre sécurité. Au moins 17 000 soldats de la paix de l’UA devraient quitter ce pays de la Corne de l’Afrique d’ici la fin de l’année prochaine.

L’Union africaine s’est engagée à retirer ses troupes de façon graduelle et stratégique, secteur par secteur, avec le but de mettre fin à l’Atmis au plus tard le 31 décembre 2024. Le Burundi, Djibouti, l’Éthiopie, le Kenya et l’Ouganda contribuent des soldats pour la mission.

La Somalie et les pays qui contribuent à l’Atmis ont un but commun : remettre la sécurité entre les mains des forces somaliennes tout en consolidant et préservant les gains enregistrés contre l’insurrection des shebabs par l’Atmis et la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) entre 2007 et 2022.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Figure de la gauche genevoise, Christian Grobet n’est plus

    performances extrêmes pour le premier smartphone gamer doté du Qualcomm Snapdragon 8 Gen 3