in

Le Canada prévoit une voie de résidence permanente pour les personnes sans papiers

Le Canada prévoit un « programme vaste et complet » pour permettre aux personnes sans papiers de demander le statut de résident permanent, a révélé le ministre de l’Immigration, Marc Miller.

Cette annonce s’aligne sur les objectifs historiques d’Ottawa en matière de niveaux d’immigration, qui devraient accueillir environ 465 000 immigrants en 2023, 485 000 en 2024 et 500 000 en 2025, après quoi il n’y aura plus d’augmentation du nombre d’immigration.

Miller a déclaré au Globe and Mail qu’environ 300 000 à 600 000 personnes vivent actuellement au Canada sans posséder de documents valides et que bon nombre d’entre elles risquent donc d’être expulsées.

Le programme nouvellement proposé s’étendrait également aux personnes entrées légalement au Canada, mais qui y sont restées même après l’expiration de leur visa. Cependant, tous ceux qui ne disposent pas de documents valides ne seront pas autorisés à demander un PR.

Le plan de ce changement de politique sera soumis au cabinet au printemps, a ajouté le Globe and Mail dans son rapport sur ce sujet.


Lire la suite des nouvelles sur l’immigration au Canada

L’Ontario cible les professions technologiques avec un tirage au sort gigantesque d’Entrée express
Le Manitoba émet 283 invitations à l’immigration au Canada dans le cadre d’un nouveau tirage du PNP
Étudiants internationaux au Canada : Top 10 des pays sources les plus importants


Un migrant sans papiers est décrit comme une personne qui n’a aucune autorisation de résider et/ou de travailler au Canada. La plupart deviennent sans papiers en perdant leur statut lorsqu’ils sont incapables de répondre aux critères d’éligibilité aux programmes d’immigration existants après être entrés légalement dans le pays et en dépassant la période de séjour autorisée.

Seule une très petite partie des migrants sans papiers sont entrés illégalement ou ont fait l’objet d’un trafic ou d’un passage clandestin au Canada.

Ce n’est pas la première fois qu’Ottawa aborde cette question. Le 18 novembre de l’année dernière, IRCC avait publié un avis disant qu’il était « déterminé à mettre en œuvre une initiative qui régularisera les personnes sans statut d’immigration qui ont contribué aux communautés canadiennes ».


Regarder la vidéo:


« Pour respecter cet engagement de la lettre de mandat, nous examinons les programmes de régularisation antérieurs au Canada, les parcours mis en place dans d’autres pays et la recherche universitaire. Nous rencontrons également les parties prenantes pour connaître leurs points de vue. Sur la base de ce travail, nous élaborerons des options, consulterons les provinces et les territoires et présenterons des plans pour éclairer une future initiative.

Plusieurs programmes destinés aux travailleurs sans statut ont été introduits dans le passé. La Politique publique temporaire pour les travailleurs de la construction sans statut dans la région du Grand Toronto et de Hamilton (RGT), par exemple, a été lancée en reconnaissance de la contribution économique des travailleurs de la construction et pour remédier aux vulnérabilités qui accompagnent la perte de leur statut.

En 2023, le Congrès du travail du Canada (CTC) aurait travaillé avec IRCC pour traiter au moins 500 demandes supplémentaires de RP pour les travailleurs de la construction sans statut dans la région du Grand Toronto, dans le cadre du nouveauPolitique publique temporaire ultérieure visant à continuer de faciliter l’accès au statut de résident permanent pour les travailleurs de la construction sans statut dans la région du Grand Toronto en 2023.

Un autre programme était la politique publique temporaire des Guardian Angels, introduite pendant la pandémie. Son objectif était d’offrir une voie de RP aux demandeurs d’asile en instance ou déboutés travaillant dans le domaine des soins directs aux patients et à leurs familles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Les provinces déçues par la baisse du nombre de programmes d’immigration de l’Atlantique et le plafonnement des PCP

    Formations de l’AI: six personnes sur dix en emploi après un an