in

Oppenheimer bat Flower Moon, et plus de la semaine dans les films

Ariana DeBose dans SSI
Image: Rue Bleecker

Depuis que Georges Méliès a fait sortir le public de son orbite en 1902 avec Un voyage sur la Lune, les cinéastes se sont efforcés de créer des histoires sur le thème de l'espace aux textures distinctes, allant du tendre au terrifiant. C'est un cadre qui crée une tension claustrophobe et un émerveillement impressionnant, tout en donnant de l'espace (jeu de mots) pour que le drame et les personnages s'épanouissent. Il est donc regrettable que le film de la réalisatrice Gabriela Cowperthwaite SSI ne parvient pas à tirer pleinement parti non seulement du lieu, mais également de sa fonction narrative lors de la construction de ses enjeux, de son intelligence et de ses frayeurs. Situé à bord d'une station spatiale internationale où six passagers s'engagent dans une guerre pour le contrôle, le film néglige d'inclure des idées nouvelles et enivrantes après que son principe intéressant se soit posé, nous privant de toute attraction gravitationnelle satisfaisante. En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    le Premier ministre Gabriel Attal va échanger avec 150 Français ce samedi

    Démystification des rumeurs du film Rey, Crazy Kong Rides et bien d'autres actualités de la semaine