in

Les perspectives du cinéma indépendant pour 2024

Une autre année de Sundance est maintenant dans les livres, et même s'il n'y a peut-être pas eu de films évidents dans le sens de celui de l'année dernière, Vies antérieures, l'étendue, la diversité et la qualité de la programmation 2024 sont le signe que le marché des films spécialisés est en plein essor. Plus tard ce mois-ci, nous en verrons plus de preuves lorsque les Independent Spirit Awards annonceront leurs gagnants, avec des nominés parmi lesquels Vies antérieures ainsi que Les restes, Fiction américaine, mai décembreet Nous tous, étrangers. Et puis mars amène la partie cinématographique de South by Southwest, où l'acteur oscarisé 2023 Tout partout en même temps a fait ses débuts. Nous garderons également un œil sur les lauréats de l'année prochaine.

Cette année, la convergence des événements et du calendrier ne pourrait pas être meilleure pour les cinéastes indépendants. Après un été de grèves qui a interrompu la production en 2023, les listes de studios sont minces et pleines de suites, de remakes et de saisies d’argent nostalgiques. Mais même si cela fonctionnait comme d'habitude, les conglomérats multimédias qui contrôlent les studios hésitent de plus en plus à prendre des risques financiers et créatifs avant la production. Pourtant, ils ont créé leurs propres branches de distribution, comme Searchlight et Sony Pictures Classics, pour profiter d'un segment non négligeable du public qui se sent mal desservi sur le marché de masse. Ils ne sont pas disposés à investir dans ces projets dès le départ, mais ils sont plus qu'heureux de prendre leur part et de se féliciter lorsqu'ils les livrent aux cinémas et aux plateformes de streaming avides de contenu.

Même des cinéastes adulés comme Martin Scorsese ont dû chercher du financement ailleurs lorsque les studios ont fait défaut. Paramount a retiré son financement depuis Tueurs de la lune fleurie avant le début de la production en raison du changement d'orientation du scénario de l'enquête du FBI aux tensions entre les communautés blanches et Osage. La même chose s'est produite avec le film précédent de Scorsese, L'Irlandais. Paramount devait initialement produire mais a abandonné pendant la pré-production. Il a ensuite été repris par Netflix. Dans le cas d Tueursaprès qu'Apple soit intervenu pour le financer, Paramount l'a récupéré pour la distribution.

Alors, quelle est la prochaine étape à l’horizon pour le cinéma indépendant et les coproductions indépendantes en 2024 ? Quels sont les films phares dont tout le monde parlera cette année ? Que nous réservent les mini-majors comme A24, Lionsgate, Focus Features et Neon ? Et qu’est-ce qui pourrait être dans le mix pour les récompenses à cette époque l’année prochaine ? Ce ne serait pas la première fois que nous recevions notre Prédictions des Oscars au début.

Les documentaires ont un moment

La croissance des services de streaming a été une énorme aubaine pour les cinéastes documentaires, qui disposent enfin d’une plate-forme autre que les salles de cinéma d’art et d’essai pour présenter leur travail au public. Netflix, en particulier, se lance à fond. Cinq des six films de Sundance sélectionnés cette année étaient des documentaires. L'un d'eux, La plus grande soirée popà propos de l’enregistrement historique de « We Are The World », est déjà disponible en streaming sur la plateforme.

Will et Harper
Image: Institut de Sundance

Netflix n'a pas annoncé de dates de sortie pour les documents restants, mais ils incluent :

  • Will et Harper — Un documentaire réconfortant qui suit Will Ferrell et son ami proche Harper Steel, un ancien écrivain de SNL récemment révélé comme femme trans, alors qu'ils font un road trip ensemble.
  • Filles — Environ quatre jeunes filles se préparent pour une danse papa-fille avec leurs pères incarcérés dans une prison de Washington, DC.
  • Ibelin — L'histoire vraie d'un joueur norvégien décédé d'une maladie musculaire dégénérative à l'âge de 25 ans et pleuré par la communauté en ligne qu'il y avait trouvée World of Warcraft.
  • Skywalkers : Une histoire d'amource qui n'a rien à voir avec Guerres des étoiles mais tout cela a à voir avec deux casse-cou russes qui se faufilent dans les gratte-ciel et se filment en train de réaliser des exploits défiant la mort.

Voici quelques-uns des autres documentaires à surveiller cette année, provenant d'autres distributeurs :

  • Super/Man : L'histoire de Christopher Reeve, qui a été repris par Warner Bros. Discovery
  • Frida, une biographie de l'artiste mexicaine Frida Kahlo, qui est allé à Prime Video
  • Lolla : L'histoire de Lollapaloozadirection Paramount+

Les projets retardés reviennent au calendrier

Mars verra la première des A24 Problèmeniste, la comédie surréaliste du scénariste, réalisateur et star Julio Torres. Il incarne un créateur de jouets du Salvador qui accepte un emploi chez une artiste capricieuse (Tilda Swinton) afin de conserver son visa de travail. Le film a été présenté en avant-première au SXSW il y a près d'un an et devait sortir l'été dernier, mais a été repoussé à cause des grèves. Cela a généré un buzz positif sur la scène du festival, et maintenant le public aura enfin la chance de voir de quoi il s'agit.

Un autre film indépendant très attendu qui sort enfin est Les motards, dont la première était initialement prévue pour décembre. Le film a eu un peu de chaleur avant la saison des récompenses, mais sa société de production, New Regency, a finalement repoussé la date de sortie au mois de juin prochain. Situé dans la culture moto du Midwest de la fin des années 60, il met en vedette Austin Butler, Tom Hardy et Jodie Comer. Comer a particulièrement été distinguée pour sa performance dans le film en tant qu'épouse d'un membre imprudent d'un club de vélo, joué par Butler.

Les espoirs sont également grands pour la sortie de Challengers, dont l'ouverture est désormais prévue pour avril. Lorsque la bande-annonce du film de Luca Guadagnino sur un triangle amoureux compliqué entre trois stars du tennis, joué par Zendaya, Josh O'Connor et Mike Faist, est sortie en juin dernier, elle a attiré l'attention des gens. Mais ensuite, il a également été retiré du programme afin que les acteurs puissent en faire la promotion après la fin de la grève du SAG-AFTRA. Comme si cette taquinerie ne suffisait pas, les citations de quelques-uns entretiens avant la grève a commencé à émerger et a alimenté encore plus le battage médiatique.

DÉFIS | bande annonce officielle

Les favoris du festival à surveiller

Sundance est plus qu'un simple festival : c'est un marché. Des guerres d'enchères peuvent se produire et se produisent effectivement, et sont souvent un bon indicateur du succès futur d'un film. De nombreux films qui ont illuminé le festival cette année seront très prochainement projetés sur les écrans, petits ou grands, près de chez vous. Voici quelques-uns de ceux que nous surveillons de près.

  • J'ai vu la télévision briller — A24 diffusera le troisième film de Jane Schoenbrun, la réalisatrice de Nous allons tous à l'Exposition universelle. Il s'agit d'un film d'horreur sur deux amis adolescents qui commencent à vivre des choses étranges qui les amènent à remettre en question la réalité après l'annulation de leur série télévisée préférée. Le casting comprend le juge Smith, Brigette Lundy-Paine, Danielle Deadwyler, Phoebe Bridgers, Helena Howard, Fred Durst, Amber Benson et Conner O'Malley.
  • C'est ce qu'il y a à l'intérieur — Seule acquisition de Netflix qui n'était pas un documentaire, c'était aussi la plus grosse vente du festival, avec un prix final de 17 millions de dollars. La ligne de connexion officielle décrit ainsi la prémisse énigmatique : « Une fête avant le mariage sombre dans un cauchemar existentiel lorsqu’un ancien ami se présente avec une mystérieuse valise. »
  • Rotule — Michael Fassbender joue dans ce biopic musical fictif sur un groupe de rap nord-irlandais. Il s'agit du premier film en langue irlandaise présenté en avant-première dans la section NEXT à Sundance, et il s'agit de la première vente importante cette année. Il a également remporté un prix du public au festival.
  • Aime-moi – La prémisse de Aime-moi cela semble fou, mais il faut apprécier l’originalité de cette romance non conventionnelle se déroulant dans un monde post-humain. Kristen Stewart et Steven Yeun incarnent les incarnations humaines d'une bouée océanique (Stewart) et d'un satellite en orbite (Yeun) qui commencent à communiquer entre eux et finissent par tomber amoureux.

Aime-moi

Aime-moi
Image: Justine Yeung/Institut Sundance

  • Présence – 35 ans après ses débuts marquants à Sundance Sexe, mensonges et bande vidéo, Steven Soderbergh revient avec ce thriller psychologique sur une maison hantée racontée du point de vue du fantôme. Lucy Liu et Chris Sullivan incarnent des parents qui emménagent avec leur famille dans la maison, ignorant qu'ils sont observés (par la « présence » dans le titre, ainsi que par la caméra, et donc par le public lui-même).
  • Vraie douleur – Fraîchement sorti des Golden Globes et des Emmy remportent des victoires pour sa performance dans le rôle de Roman Roy lors de la dernière saison de Succession, Kieran Culkin est de retour sur grand écran dans ce film sur deux cousins ​​qui visitent les sites historiques de la Seconde Guerre mondiale en Pologne pour honorer leur grand-mère. Jesse Eisenberg, qui a écrit et réalisé le film, joue l'autre cousin.
  • Thelma — Préparez-vous pour la Squibb-aissance de juin. Dans cette comédie d'action, l'actrice de 94 ans incarne une femme qui tombe dans le piège d'une arnaque téléphonique et entreprend ensuite de récupérer son argent auprès des escrocs, accompagnée de son ami pilote de scooter (Richard Roundtree, dans son dernier performance). Elle fait même ses propres cascades. Le scénariste-réalisateur Josh Margolin a déclaré que l'idée avait été inspirée par sa propre grand-mère fougueuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

L'Irak qualifie la coalition dirigée par les États-Unis de « facteur d'instabilité » après une nouvelle frappe

Il semble bien que Pedro Pascal jouera Reed Richards dans les Quatre Fantastiques du MCU