in

L'Irak qualifie la coalition dirigée par les États-Unis de « facteur d'instabilité » après une nouvelle frappe

L'Irak a qualifié jeudi la coalition dirigée par les États-Unis de « facteur d'instabilité », au lendemain de la nouvelle frappe aérienne américaine qui a tué un haut commandant d'un groupe armé pro-iranien.

L'attaque américaine de mercredi fait suite à une vague de frappes contre des cibles liées à l'Iran en Irak et en Syrie la semaine dernière, suite à la mort de trois soldats américains en Jordanie voisine le 28 janvier.

Le Commandement central américain (CENTCOM) a déclaré que le commandant tué mercredi avait été pris pour cible « en réponse aux attaques contre des militaires américains ».

La frappe a tué « un commandant du Kataeb Hezbollah responsable de la planification directe et de la participation aux attaques contre les forces américaines dans la région », selon le CENTCOM.

« Les Etats-Unis continueront à prendre les mesures nécessaires pour protéger notre peuple. Nous n'hésiterons pas à tenir pour responsables tous ceux qui menacent la sécurité de nos forces », ajoute le communiqué.

Les autorités irakiennes ont qualifié cette frappe d'« assassinat flagrant » dans un quartier résidentiel de Bagdad.

« La coalition internationale outrepasse complètement les raisons et les objectifs pour lesquels elle est présente sur notre territoire », a déclaré Yehia Rasool, porte-parole militaire du Premier ministre irakien.

« Cette voie pousse plus que jamais le gouvernement irakien à mettre fin à la mission de la coalition qui est devenue un facteur d'instabilité pour l'Irak », a-t-il ajouté.

Il faisait référence à l'alliance militaire internationale dirigée par les États-Unis et formée en 2014 pour lutter contre Daesh – l'année où le groupe terroriste a envahi près d'un tiers du territoire irakien.

Le Kataeb Hezbollah – qui a annoncé qu'il suspendait ses attaques contre les forces américaines après l'attaque meurtrière en Jordanie – a déclaré qu'un de ses commandants avait été tué, l'identifiant comme étant Abou Baqr al-Saadi. Il était responsable des « affaires militaires » en Syrie, a indiqué à l'AFP un responsable du groupe.

Le Hashed al-Shaabi, une coalition de paramilitaires majoritairement pro-iraniens – dont fait partie le Kataeb Hezbollah – désormais intégrée aux forces de sécurité régulières irakiennes, a également confirmé la mort de Saadi.

Un responsable du ministère de l'Intérieur a déclaré qu'au total trois personnes – deux dirigeants du Kataeb Hezbollah et leur chauffeur – étaient mortes dans cette frappe menée par un drone dans le quartier d'Al Mashtal, à l'est de Bagdad.

Le bulletin d'information quotidien de Sabah

Tenez-vous au courant de ce qui se passe en Turquie, dans sa région et dans le monde.


Vous pouvez vous désabonner à tout moment. En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre politique de confidentialité. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

l’armement létal de la police municipale revient sur le devant de la scène

Les perspectives du cinéma indépendant pour 2024