in

Report de la présidentielle: le vice-président du parlement explique le bien fondé de la mesure

Alors que le président du Sénégal Macky Sall a reporté l’élection présidentielle dans le pays et que l’Assemblée nationale a entériné cela tout en prolongeant le mandat de Sall, le vice-président du parlement sénégalais a justifié cela en soulignant que ce report a eu lieu suite aux dysfonctionnements dans le processus électoral. 

Dans une déclaration citée par Sputnik, Abdou Mbow, vice-président de l’Assemblée nationale du Sénégal, a indiqué que le président Sall est le gardien de la Constitution, évoquant la question du report de la présidentielle sénégalaise. Le Président a constaté des « dysfonctionnements graves dans la pratique électorale », notamment la double nationalité de certains candidats et des contestations sur le parrainage, a indiqué Mbow.

Le parlementaire estime que suite à ces constats, « il y a eu des soupçons de corruption au niveau du Conseil constitutionnel, des accusations graves sans précédent qui ont abouti à la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire sur la demande d’un groupe parlementaire de l’opposition ».

« Tous ces faits n’ont pas laissé insensible le Président de la république, qui n’a pas le pouvoir de reporter une élection présidentielle, mais il a fait un décret pour d’abord abroger le décret qui a convoqué le collège électoral pour que d’abord les choses s’arrêtent et qu’on puisse aller vers des vérifications sérieuses », a poursuivi Mbow.

Après la proposition de loi par un parti de l’opposition, « l’Assemblée nationale souveraine a décidé de reporter l’élection présidentielle pour fin décembre », a-t-il indiqué. Il soutient que « le Président de la république a rappelé que lui ne se présente pas à autre mandat. Donc cette personne n’est pas là pour chercher un autre mandat, ou bien s’éterniser au pouvoir ».

De plus, l’Assemblée nationale est un pouvoir législatif qui peut modifier la loi constitutionnelle, a souligné Abdou Mbow à Sputnik. La loi constitutionnelle peut apporter une dérogation à l’application d’un article sur une séquence temporaire. C’est ce qui s’est passé avec l’article qui décale la date de la présidentielle, explique donc le responsable sénégalais. Il va sans dire, selon lui, que tout s’est passé au Sénégal, dans les rèbles de la légalité. 

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Lyon : Le jeune talent argentin Cristian Medina dans le viseur

chez Lyca Mobile, profitez de 20 Go d’Internet pour seulement 5,99 €