in

Environ 1 926 pangolins abattus au Cameroun en un an

D’après The Last Great Ape Organization (Laga), une ONG qui accompagne le gouvernement camerounais dans l’application de la loi faunique depuis 2013, et qui rend publics ces statistiques, près de 1 271 kg d’écailles de pangolins ont également été saisis entre 2022 et 2023.

Selon l’ONG, 29 trafiquants présumés d’espèces sauvages ont été arrêtés au cours des opérations menées pendant cette période. Parmi les suspects arrêtés, un trafiquant a été condamné à 6 mois de prison et les dommages-intérêts accordés au ministère des Forêts et de la Faune ont été évalués à plus de 105 millions de FCFA. Ce dernier avait été arrêté en avril 2023 avec 55 kg d’écailles de pangolins.

Le pangolin est le mammifère le plus braconné au monde et le Cameroun est en passe de devenir un point névralgique de son trafic. D’après les experts, abrite trois espèces de pangolin : le pangolin géant, le pangolin à ventre blanc et le pangolin à ventre noir. Bien que protégés par des lois nationales et internationales, ces mammifères sont aujourd’hui considérés comme menacés d’extinction. 

La demande transnationale de produits dérivés du pangolin est à l’origine de la poursuite du braconnage et du commerce illicite. La viande de cet animal est un mets recherché en Asie. On attribue à ses écailles des propriétés magiques et curatives qui alimentent la demande en médication traditionnelle en Afrique et en Asie. La porosité des frontières, la mauvaise application de la loi et la corruption du côté de l’offre favorisent cette criminalité croissante.

« La forte demande d’écailles et de viande en Asie pour la médecine traditionnelle et la gastronomie, et la demande de peaux en Amérique pour la fabrication de produits en cuir tels que les bottes, les sacs et les ceintures, ont entraîné un déclin considérable de leurs populations. Les trois espèces de pangolins du pays sont classées comme espèces menacées et en danger critique d’extinction par l’UICN », indique Laga.

Ces dernières années, le gouvernement, avec l’appui de partenaires, a intensifié les opérations ayant conduit à des saisies et des arrestations. Ce, dans le but d’assurer la survie de l’espèce, mais aussi de dissuader les trafiquants de cette activité. 

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Fribourg soutiendra ses médias régionaux

le PC tout-en-un autonome, qui vous suit partout, mais sans se presser