in

la détention prolongée suscite des questions

L’arrestation d’Hervé Bouopda, survenue le 30 janvier 2024 à Douala, continue de susciter des interrogations alors que trois semaines se sont écoulées et que le principal concerné est toujours en garde à vue à la direction de la police judiciaire de la ville.

L’affaire Hervé Bopda s’enlise à Douala. Les magistrats ne parvenant pas encore à rassembler des éléments pour son inculpation. Trois semaines après son arrestation (le 30 janvier 2024), Hervé Bopda est toujours gardé à vue à la direction de la police judiciaire de Douala.

Après le tribunal militaire qui n’a pas trouvé d’éléments permettant d’exercer sa compétence, le dossier a été transmis au tribunal de grande instance. Après un bref passage, Hervé Bopda avait été renvoyé à la DRPJ pour complément d’enquête.

Selon le journaliste Boris Bertolt, les rares plaignants (moins d’une dizaine) sur les 200 témoignages annoncés refusent de se présenter pour la plupart. Une situation qui met mal les avocats de défense qui pourtant se sont engagés bénévolement sur le dossier.

Accusé d’avoir contaminé le SIDA à des jeunes, Hervé Bopda a déjà fait trois tests qui se sont révélés négatifs. Un quatrième test cette fois ci à l’institut pasteur a été demandé. Me Tamfu, l’avocat de Herve Bopda dénonce Les délais de garde à vue qui selon lui sont « largement dépassés ». Et appelle à sa libération.

L’affaire Hervé Bopda continue de susciter l’attention, et les avocats impliqués restent déterminés à assurer que la procédure judiciaire soit menée de manière rigoureuse et équitable. 

Dans un communiqué publié le mardi 30 janvier 2024, la famille biologique du sieur Hervé Bopda, soulignait que l’infortuné avait nié d’une manière catégorique les faits qui sont divulgués dans les réseaux sociaux. Elle disait par ailleurs qu’elle a entamé des poursuites judiciaires pour diffamation et cybercriminalité contre les auteurs des témoignages anonymes. Dans la foulée, cette famille exprimait sa confiance dans le processus judiciaire pour faire la lumière sur cette affaire délicate.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    A Genève, la justice estime que l’Etat n’a pas à payer les frais d’avocat de son employé Simon Brandt

    voici les 10 smartphones les plus vendus en 2023