in

Les États-Unis accusent le chef des Yakuza de complot présumé visant à envoyer des matières nucléaires en Iran

Takeshi Ebisawa, un dirigeant présumé du syndicat du crime japonais Yakuza, a été accusé mercredi d'avoir tenté de vendre à des agents infiltrés de la DEA des matières nucléaires qui, selon lui, finiraient par parvenir en Iran. Pourquoi est-ce la DEA qui a arrêté Ebisawa ? Le leader Yakuza a d’abord tenté de leur vendre de la drogue et des missiles sol-air.

La nouvelle vient du procureur américain du district sud de New York, qui affirme qu'Ebisawa a commencé à envoyer des photos de « substances rocheuses » ainsi que des compteurs Geiger qui mesurent les radiations aux agents infiltrés en 2020. Ebisawa, 60 ans, a même montré des échantillons. de matières nucléaires à un agent qui se faisait passer pour un important trafiquant d'armes et de drogue en Thaïlande, selon les procureurs américains.

Des agents infiltrés ont fait croire à Ebisawa qu'ils agissaient comme intermédiaires pour un général iranien destiné à un programme d'armes nucléaires. L’Iran travaille depuis longtemps sur l’arme nucléaire, même si ce programme a été brièvement interrompu en 2015 et 2016 grâce aux négociations menées par l’ancien président Barack Obama. Mais Trump s’est retiré de la scène internationale accord en 2018permettant à l'Iran de poursuivre le développement d'armes nucléaires.

Ebisawa a été arrêté pour la première fois en New York en avril 2022 et accusé d'avoir tenté d'acheter des missiles sol-air en échange d'héroïne. Ebisawa est inculpé aux côtés d'un coaccusé, identifié par les autorités américaines comme étant Somphop Singhasiri, 61 ans, originaire de Thaïlande, qui fait également face à des accusations en matière de drogue.

Les procureurs allèguent qu'Ebisawa a organisé une vidéoconférence avec des agents infiltrés le 4 février 2022, qui ont expliqué qu'il détenait « plus de 2 000 kilogrammes de thorium-232 » et « plus de 100 kilogrammes d'uranium » sous forme d'U3O8. Le composé U3O8 est communément appelé U3O8. connu sous le nom de « gâteau jaune », un nom familier à tous ceux qui ont vécu la période précédant la guerre en Irak en 2003. Le dirigeant irakien Saddam Hussein aurait tenté d'acheter du gâteau jaune au Niger pour son propre programme de développement d'armes nucléaires, une affirmation selon laquelle s'est avéré plus tard être basé sur faux documents.

L'acte d'accusation déposé mercredi explique que la police thaïlandaise a aidé les autorités américaines à saisir les matières nucléaires, notamment l'uranium et le plutonium de qualité militaire, qui, selon elles, auraient pu être utilisées pour fabriquer des armes nucléaires. Les matières nucléaires qu'Ebisawa a tenté de vendre provenaient apparemment de Birmanie, également connu sous le nom de Birmanie.

« Comme cela a été allégué, les accusés dans cette affaire ont fait le trafic de drogues, d’armes et de matières nucléaires, allant jusqu’à proposer de l’uranium et du plutonium de qualité militaire en s’attendant pleinement à ce que l’Iran les utilise pour des armes nucléaires. « C'est un exemple extraordinaire de la dépravation des trafiquants de drogue qui opèrent au mépris total de la vie humaine », a déclaré l'administratrice de la DEA, Anne Milgram, dans un communiqué public. mis en ligne.

« Je félicite les hommes et les femmes de la DEA et cette équipe de poursuites pour leur travail inlassable visant à nous protéger d'un tel mal », a poursuivi Milgram.

La DEA enquête sur Ebisawa sur son trafic de drogue présumé depuis au moins 2019. Mais l'annonce de mercredi selon laquelle il aurait tenté de vendre des matériaux qui aideraient l'Iran à fabriquer une arme nucléaire fait certainement monter les enjeux.

Ebisawa doit comparaître devant la juge de district américaine Colleen McMahon jeudi à midi HE. Le chef présumé des Yakuza fait face à sept chefs d'accusation, dont le trafic international de matières nucléaires, l'importation de stupéfiants et le blanchiment d'argent. Ebisawa fait également face à une accusation de complot en vue de posséder des armes à feu, notamment des mitrailleuses et des engins destructeurs, passible d'une peine potentielle de prison à vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

RIP Ewen MacIntosh, star de The Office (Royaume-Uni)

Belaili, sanctionné en Algérie, surprend avec un geste de grande classe (Vidéo) !