in

les milices présentent dans la capitale Tripoli acceptent de partir après de longues négociations

Les milices armées qui contrôlent la capitale de la Libye, Tripoli, depuis des années suite à l’invasion des forces de l’OTAN et l’assassinat de Mouammar Kadhafi, ont accepté de quitter la capitale libyenne à la suite d’un accord conclut avec les autorités.

Le ministre de l’Intérieur Imad Trabelsi a déclaré mercredi aux journalistes qu’un accord avait été conclu pour que les groupes confient la police de la capitale libyenne aux forces régulières. Trabelsi, membre du gouvernement libyen internationalement reconnu, a déclaré qu’après de longues négociations, il avait été convenu de remplacer les milices par des policiers d’urgence, des agents municipaux et des enquêteurs criminels.

Des milices armées contrôlent de grandes parties de la Libye après le renversement, en 2011, du colonel Mouammar Kadhafi, le leader de longue date du pays, par des insurgés soutenus par l’OTAN. cela a détruit complètement le pays qui semble devenir une zone de non droit. 

La Libye est actuellement divisée entre le gouvernement internationalement reconnu à l’ouest, dirigé par le Premier ministre par intérim Abdul Hamid Dbeibah à Tripoli, et une administration à l’est dirigée par le chef de l’armée Khalifa Haftar.

Trabelsi a déclaré que désormais « la place des milices est dans leur quartier général », ajoutant que le gouvernement libyen « ne les utilisera que dans des circonstances exceptionnelles pour des missions spécifiques ».

L’accord prévoit qu’au moins cinq groupes armés quitteront Tripoli d’ici la fin du mois sacré musulman du Ramadan, le 9 avril. Cela inclut une milice qui dirigeait une zone de la capitale libyenne où 10 personnes ont été tuées au cours du week-end.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

A Genève, une jeune femme décède dans une cellule d’un poste de police

des perturbations signalées sur le réseau fixe et mobile