in

Le Hamas attend une nouvelle proposition de trêve alors que les médiateurs accueillent Israël

Le Hamas espérait une nouvelle proposition de trêve à Gaza pour conclure les négociations de cessez-le-feu au Caire vendredi.

Le groupe de résistance palestinienne attend maintenant de voir ce que les médiateurs rapporteront des négociations du week-end avec Israël, a déclaré un responsable, dans ce qui semble être la tentative la plus sérieuse depuis des semaines pour mettre un terme aux combats.

Les médiateurs ont intensifié leurs efforts pour obtenir un cessez-le-feu à Gaza, dans l'espoir de parer à une attaque israélienne contre la ville de Rafah, à Gaza, où plus d'un million de personnes déplacées se sont abritées à la limite sud de l'enclave.

Israël affirme qu'il attaquera la ville si aucun accord de trêve n'est conclu prochainement. Washington a appelé son proche allié à ne pas le faire, mettant en garde contre d'importantes pertes civiles si un assaut contre la ville se poursuivait.

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, a rencontré les médiateurs égyptiens au Caire pour discuter d'une trêve la semaine dernière, lors de sa première visite depuis décembre. Israël devrait désormais participer aux pourparlers ce week-end à Paris avec les médiateurs américains, égyptiens et qatariens.

Deux sources de sécurité égyptiennes ont confirmé que le chef des renseignements égyptiens, Abbas Kamel, se rendrait vendredi à Paris pour des négociations avec les Israéliens, après avoir conclu jeudi des discussions avec le chef du Hamas, Haniyeh. Israël n'a pas commenté publiquement les pourparlers de Paris.

Le responsable du Hamas, qui a demandé à rester anonyme, a déclaré que le groupe de résistance n'avait proposé aucune nouvelle proposition lors des pourparlers avec les Egyptiens mais attendait de voir ce que les médiateurs rapporteraient de leurs prochains pourparlers avec les Israéliens.

« Nous avons discuté de notre proposition avec eux (les Egyptiens) et nous allons attendre leur retour de Paris », a déclaré le responsable du Hamas.

La dernière fois que des pourparlers similaires ont eu lieu à Paris, début février, ils ont débouché sur les grandes lignes du premier cessez-le-feu prolongé de la guerre, approuvé par Israël et les États-Unis. Le Hamas a répondu par une contre-proposition, que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ensuite rejetée, la qualifiant de « délirante ».

Le Hamas, qui détient toujours plus de 100 otages capturés lors de l'incursion du 7 octobre en Israël qui a précipité la guerre, affirme qu'il ne les libérera que dans le cadre d'une trêve qui se terminera par le retrait israélien de Gaza. Israël affirme qu’il ne se retirera pas tant que le Hamas ne sera pas éradiqué.

Jeudi soir, Netanyahu a présenté à son cabinet de sécurité un plan officiel pour Gaza une fois les combats terminés. Il a souligné qu'Israël espère maintenir un contrôle sécuritaire sur l'enclave après la destruction du Hamas, et ne voit pas non plus de rôle pour l'Autorité palestinienne (AP) basée en Cisjordanie.

Washington est favorable au rôle d’une Autorité palestinienne réformée.

Deux responsables palestiniens familiers avec les négociations ont déclaré que le Hamas n'avait pas changé de position lors des dernières tentatives pour parvenir à un accord et exigeait toujours qu'une trêve se termine par un retrait israélien.

Rafah sous le feu des critiques

Des avions et des chars israéliens ont pilonné des zones à travers la bande de Gaza pendant la nuit, ont indiqué des habitants et des responsables de la santé. Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que 104 personnes avaient été tuées et 160 autres blessées lors des frappes militaires israéliennes au cours des dernières 24 heures.

À Rafah, où se cachent plus de la moitié des 2,3 millions d'habitants de Gaza, une frappe aérienne israélienne sur une maison a tué 10 personnes. Plusieurs autres frappes aériennes ont touché toute la ville, aggravant les craintes des personnes déplacées quant à l’expansion des opérations terrestres israéliennes.

Dans une morgue de Rafah, une famille s'est agenouillée près du corps de leur enfant, tué par les frappes israéliennes nocturnes. Ils touchèrent et caressèrent tendrement le petit corps à travers un linceul.

Les frappes aériennes ont également tué des civils pendant la nuit à Deir al-Balah, dans le centre de Gaza, l'une des rares autres zones à n'avoir pas encore été prise d'assaut par les Israéliens. Dans une vidéo obtenue par Reuters, des familles endeuillées se sont rassemblées dans un hôpital, où Ahmed Azzam a brandi le corps de son bébé mort, enveloppé dans un linceul, en criant : « Vous les avez tués, Netanyahu. Vous avez tué cet enfant innocent ! »

Au moins 29 514 Palestiniens ont été tués et 69 616 blessés lors des frappes israéliennes sur Gaza depuis le 7 octobre, a déclaré vendredi le ministère de la Santé de Gaza dans un communiqué.

Le bulletin d'information quotidien de Sabah

Tenez-vous au courant de ce qui se passe en Turquie, dans sa région et dans le monde.


Vous pouvez vous désabonner à tout moment. En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre politique de confidentialité. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

«Trio», «Mon Puzzle Aventure»… Découvrez les meilleurs jeux de société en 2024

La franchise Walking Dead doit prendre fin