in

L’accumulation de décombres et de déchets aggrave les risques sanitaires à Gaza assiégée par Israël

L’amas croissant de décombres et d’ordures aggrave la situation sanitaire déjà désastreuse dans la bande de Gaza assiégée par Israël, alors que les Palestiniens luttent pour survivre au milieu des bombardements incessants.

En raison de l'incapacité de fournir des services municipaux, les crises de pollution causées par les ordures et divers déchets se sont aggravées à Gaza, qui était déjà sous blocus israélien depuis un an et soumise à des attaques aériennes, terrestres et maritimes depuis le 7 octobre.

Bilal Abdullatif, un jeune habitant d'Al-Shati, ou camp de plage, où vivent des réfugiés dans l'ouest de la ville de Gaza, a déclaré : « Les attaques impitoyables continues ont perturbé le travail municipal et les rues et les quartiers débordent d'ordures ».

Abdullatif a exprimé son inquiétude face à la détérioration des conditions humanitaires et de vie avec l'expansion du désastre environnemental et sanitaire dans la ville. « Les déchets se sont répandus partout, l'odeur emplissant l'air. Cela a également conduit à la propagation d'insectes, de rongeurs et de maladies infectieuses », a-t-il déclaré à l'Agence Anadolu (AA).

Siham al-Kita, 45 ans, déplacée du quartier d'al-Shujaya, dans l'est de Gaza, a déclaré que la situation actuelle pourrait provoquer un désastre sanitaire et environnemental majeur.

« Les déchets qui étaient collectés, transportés et triés avant les attaques ne font plus que s'accumuler, menaçant la santé des Palestiniens avec diverses maladies », a déclaré al-Kita. « Les déchets provoquent des problèmes de santé physique et psychologique et de nombreuses maladies. »

Al-Kita a souligné qu'en raison du manque de médicaments et de l'accumulation de déchets autour des écoles, les jeunes enfants ont contracté des maladies intestinales et cutanées, et a appelé à une solution urgente à la crise des déchets.

80 000 tonnes de déchets

Le porte-parole de la municipalité, Husni Muhenna, a qualifié la ville de Gaza de « désastre ».

Muhenna a noté que depuis le début des attaques israéliennes, près de 80 000 tonnes d'ordures et de déchets se sont accumulées en raison de l'arrêt du transfert des ordures vers la principale zone de stockage des déchets située à la frontière est de la ville.

Il a ajouté que l'épuisement du carburant nécessaire aux véhicules et camions utilisés pour collecter les déchets, ainsi que la destruction des véhicules lors des récentes attaques israéliennes, ont provoqué la crise des déchets dans la région.

Ahmet a souligné que depuis le début des attaques destructrices le 7 octobre, l'armée israélienne a détruit 90 véhicules appartenant à la municipalité, interrompant presque complètement les services essentiels.

Muhenna a exhorté les institutions et organisations internationales à fournir des machines, des équipements et du carburant pour continuer à fournir des services essentiels aux résidents en mettant fin aux attaques destructrices.

Israël a pilonné la bande de Gaza depuis une incursion du groupe de résistance palestinienne. Hamas. L’attaque israélienne qui a suivi a tué au moins 29 600 Palestiniens et blessé près de 70 000 personnes. Moins de 1 200 Israéliens auraient été tués lors de l’incursion du Hamas.

Selon l'ONU, la guerre israélienne contre Gaza a poussé 85 % de la population du territoire au déplacement interne en raison de graves pénuries de nourriture, d'eau potable et de médicaments, tandis que 60 % des infrastructures de l'enclave ont été endommagées ou détruites.

Depuis sa création en 1948, Israël a été accusé pour la première fois de génocide devant la Cour internationale de Justice, la plus haute instance judiciaire des Nations Unies, pour sa guerre contre Gaza.

Une décision provisoire rendue en janvier a ordonné à Tel-Aviv de mettre fin aux actes de génocide et de prendre des mesures pour fournir et garantir une aide humanitaire aux civils de Gaza.

Le bulletin d'information quotidien de Sabah

Tenez-vous au courant de ce qui se passe en Turquie, dans sa région et dans le monde.


Vous pouvez vous désabonner à tout moment. En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre politique de confidentialité. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    les violences en hausse dans les collèges et lycées l’an dernier, selon le ministère

    «Pour les paysans, le changement climatique n’est pas mauvais»