in

L'extrémisme d'extrême droite menace la croissance allemande, selon le président

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a mis en garde contre la montée de l'extrémisme d'extrême droite qui constitue une menace pour l'essor économique du pays et ses entreprises orientées vers l'exportation.

« La lutte contre l'extrémisme est également une exigence de la raison économique », a déclaré Steinmeier lors d'un événement organisé par des groupes industriels à Stuttgart, dans le sud-ouest du pays.

« Quelles seraient les conséquences si ceux qui réclament une sortie de l'UE gagnaient ? Ce ne serait rien de moins qu'une catastrophe économique », a-t-il déclaré, faisant référence au projet du parti d'extrême droite AfD d'organiser un référendum sur l'adhésion à l'UE. .

Steinmeier a souligné que la montée de l'extrémisme de droite portait également atteinte à la réputation internationale de l'Allemagne et aux projets du gouvernement visant à attirer des professionnels hautement qualifiés de l'étranger.

« Nous aurons besoin de travailleurs qualifiés étrangers si nous voulons réussir économiquement », a-t-il déclaré, soulignant que l'Allemagne pourrait perdre la concurrence, car les étrangers hautement qualifiés n'iront jamais dans des endroits où ils seront confrontés au racisme et à la haine.

« Ceux qui utilisent la xénophobie pour gagner des voix doivent également le comprendre », a déclaré Steinmeier et a appelé les groupes industriels à continuer de soutenir les initiatives sociales visant à lutter contre le racisme et l'extrémisme de droite.

« Nous ne permettrons pas que ce pays soit ruiné par des idéologues d'extrême droite », a-t-il souligné.

L'Allemagne a été témoin d'un racisme croissant ces dernières années, alimenté par des partis et des mouvements d'extrême droite, qui ont exploité les craintes d'une crise des réfugiés.

À l'approche des élections européennes de juin, le soutien à l'AfD d'extrême droite augmente en Allemagne, de nombreux électeurs ayant exprimé leur frustration à l'égard du gouvernement en raison de la crise du coût de la vie et de la hausse des prix de l'énergie.

Un sondage publié la semaine dernière par l'institut Forsa révèle que 17 % des électeurs donneraient leur vote à l'AfD, un parti d'extrême droite, ce qui en fait le deuxième parti derrière le bloc conservateur CDU/CSU (30 %).

Le parti social-démocrate (SPD) du chancelier Scholz était à 15 % dans le dernier sondage, tandis que son partenaire de coalition, les Verts, était évalué à 14 %. Le partenaire junior de la coalition, les libéraux Démocrates Libres (FDP), était à 5 %.

Le bulletin d'information quotidien de Sabah

Tenez-vous au courant de ce qui se passe en Turquie, dans sa région et dans le monde.


Vous pouvez vous désabonner à tout moment. En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre politique de confidentialité. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Trois militants écologistes condamnés pour avoir perturbé le tournoi de Wimbledon

Ryan Gosling interprètera « I'm Just Ken » aux Oscars