in

Les Casques bleus lancent un avertissement au milieu des tirs transfrontaliers entre le Hezbollah et Israël

Les soldats de la paix des Nations Unies au Liban ont alarmé mardi le fait que les hostilités croissantes entre le Hezbollah et Israël pourraient compromettre une solution politique.

Cet avertissement intervient après que le Hezbollah et Israël ont échangé des tirs transfrontaliers à la suite de frappes israéliennes meurtrières sur l’est du Liban la veille.

Le Hezbollah libanais, allié du Hamas, a échangé des tirs quasi quotidiens avec l'armée israélienne depuis que Tel-Aviv a lancé une guerre brutale contre Gaza le 7 octobre.

Les raids israéliens près de Baalbek, au Liban-Est, lundi, ont été les premiers dans la région depuis le début des hostilités, et ont touché bien au-delà des régions frontalières habituelles.

L'armée israélienne a déclaré que les frappes visaient les défenses aériennes du Hezbollah après que le groupe ait abattu un drone israélien.

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) a mis en garde mardi contre « un changement préoccupant dans les échanges de tirs » ces derniers jours et « une expansion et une intensification des frappes ».

« Les événements récents peuvent potentiellement mettre en péril une solution politique à ce conflit », a déclaré la force dans un communiqué, appelant « toutes les parties impliquées à mettre un terme aux hostilités (…) et à laisser de la place à une solution politique et diplomatique ».

Le Hezbollah a déclaré avoir ciblé mardi « la base de contrôle aérien de Meron (…) avec une grande salve de roquettes provenant de plusieurs lanceurs », en réponse aux frappes de Baalbek.

Le porte-parole militaire israélien, Avichay Adraee, a déclaré que les roquettes n'avaient fait aucune victime ni dommage à la base, tandis que des avions de combat israéliens avaient attaqué et détruit « un site militaire » et « une infrastructure militaire » appartenant au Hezbollah en représailles.

L'une des frappes a visé Baisariyeh, à près de 30 kilomètres (18 miles) de la frontière israélienne la plus proche.

Deux combattants du Hezbollah ont été tués lundi lors de frappes dans l'est du Liban. Plus tard dans la journée, le groupe soutenu par l’Iran a tiré 60 roquettes sur une base israélienne sur le plateau du Golan annexé.

Les échanges transfrontaliers depuis octobre ont fait au moins 284 morts côté libanais, pour la plupart des combattants du Hezbollah mais aussi 44 civils, selon un bilan de l'AFP.

Côté israélien, 10 soldats et six civils ont été tués, selon l'armée israélienne.

Le bulletin d'information quotidien de Sabah

Tenez-vous au courant de ce qui se passe en Turquie, dans sa région et dans le monde.


Vous pouvez vous désabonner à tout moment. En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre politique de confidentialité. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

ChatGPT accuse le New York Times de malhonnêteté

Voici la bande-annonce de The Watchers d'Ishana Night Shyamalan