in

Célestin Djamen fait la leçon à Jean-Michel Nintcheu après sa visite en prison à Ayuk Tabe

L’on pourrait dire que Célestin Djamen est d’ailleurs en phase avec le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji dans la partie de son communiqué consacre à cette visite de Jean-Michel Nintcheu à Ayuk Tabe.

En effet, dans un communiqué dans lequel il jugeait illégales les actions des plateformes ATP et APC, le ministre Paul Atanga Nji avait évoqué des rencontre en prison avec des terroristes définitivement condamnés pour des crimes graves planifiés et orchestrés dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest dans le but de nouer une alliance politique.

Un argument que reprend Célestin Djamen pour incriminer Jean-Michel Nintcheu qui avait annoncé dans un communiqué avoir rencontre Ayuk Tabe

« Je trouve inadmissible qu’un Député s’autoproclame « Monsieur bons offices » dans un conflit armé dans lequel son pays est engagé et de surcroît victime d’assauts terroristes. Se comporter ainsi c’est ignorer que l’État du Cameroun a des institutions et des représentants institutionnels. Seul l’État du Cameroun peut engager des discussions avec des Sécessionnistes pour les ramener à la raison s’il le juge utile », a écrit Célestin Djamen dans une publication.

Pour l’homme politique, cette initiative revient exclusivement à l’État du Cameroun qui peut désigner un médiateur pour rapprocher les positions en vue de ramener la paix.

« De son propre chef un Représentant du peuple n’est pas habilité à aller s’enquérir auprès d’un leader sécessionniste des conditions de décrispation d’une crise aussi dramatique au point de s’en vanter dans un Communiqué », rappelle Célestin Djamen.

Pour le président de l’Alliance patriotique républicaine (APAR), ce que Jean-Michel Nintcheu a fait ne fait pas partie des rôles et missions assignés aux parlementaires. Les missions constitutionnelles du député, rappelle-t-il, sont de contrôler l’action du gouvernement et de voter des lois.

« Il est donc choquant et INADMISSIBLE de voir qu’un élu se lance dans des actions irresponsables de promotion subtile du séparatisme et de la partition du pays. C’est une faute lourde. On est républicain ou on ne l’est pas. Le Cameroun doit rester UN et INDIVISIBLE. Espérons que tout le monde reviendra à la raison », juge le président national de APAR.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    L’autoroute A1 entre Estavayer-le-Lac et Yverdon-Sud est fermée après un accident mortel

    28 paysages du Mexique à découvrir en photos !