in

Saison 49, Épisode 15, Ramy Youssef

Les vacances de printemps sont terminées, du moins là où Saturday Night Live est concerné – après deux semaines de rediffusions (le dernier épisode live était le édition joyeusement étrange de Josh Brolin le 9 mars), l'émission de sketchs de NBC est revenue cette semaine avec du tout nouveau matériel et un nouvel animateur brillant : l'acteur-comédien Ramy Youssef, avec le rappeur Travis Scott le rejoignant en tant qu'invité musical.

Bien qu'il soit récemment apparu face à Emma Stone dans Pauvres choses, Youssef est surtout connu pour avoir remporté un Golden Globe dans le rôle de Ramy Hassan dans Ramy, la série comique Hulu qui suit une famille égypto-américaine traversant les différences religieuses et les divisions politiques dans le New Jersey. Étant donné que le comique a abordé des sujets tout aussi provocateurs dans son dernier stand-up spécial Ramy Youssef : Plus de sentiments– dont la première a eu lieu sur HBO le samedi 23 mars – il n'est pas surprenant que les débuts de Youssef en tant qu'animateur aient touché à la spiritualité et à Gaza aussi facilement qu'aux podcasts et à Ozempic.

Hélas, malgré les efforts de Ramy, cette interruption de plusieurs semaines n’a pas beaucoup contribué à dynamiser une nuit d’écriture plate.

Ouverture à froid : La seconde venue de Donald

Ouverture froide de Pâques – SNL

Mère Marie, Marie-Madeleine et, euh, une autre Marie (l'école catholique était il y a longtemps, les amis) sont au tombeau de Jésus pour oindre le défunt prophète. Quand ils arrivent, cependant, ils découvrent que le messie ressuscité est du genre MAGA, avec James Austin Johnson de retour dans le rôle du colporteur de la Bible Donald Trump.

L'imitation de Don par JAJ est excellente (peut-être la meilleure de la série ?) et il y a quelques lignes percutantes sur le faux culte de l'ancien président (« Lisez-le certainement. Ma partie préférée est probablement la fin, comment tout ça se termine ! ») mais après quelques semaines de congé, commencer par un Trump à froid, c'est fatigué. De plus, la publicité originale de Don pour la Trump Bible était tellement conneries que le riff de la série ne peut tout simplement pas rivaliser avec la réalité.

Monologue d'ouverture : Chapeaux rouges et Ramadan

Ramy Youssef Monologue – SNL

Les vibrations sacrées se sont poursuivies dans le monologue de Ramy Youssef : « C'est un week-end incroyablement spirituel. Nous sommes dans le mois sacré du Ramadan. Demain c'est Pâques. Et hier, Beyoncé a sorti un nouvel album. Il y a tellement de religions qui célèbrent en même temps. Il est rapidement passé de la piété à la politique, discutant de la campagne Biden (d'autres vieilles blagues de Joe) et de son souhait que le prochain président américain ne soit pas seulement une femme, mais spécifiquement une femme. trans femme. (Parmi les applaudissements plus discrets du public en studio : « New York dit : « Nous sommes libéraux… mais nous sommes italiens. »)

Mais, de manière émouvante, il a terminé par un appel à la prière et à la paix : « S'il vous plaît, arrêtez la souffrance. Arrêter la violence. S'il vous plaît, libérez le peuple palestinien. Et s'il vous plaît, libérez les otages, tous les otages. Comme une grande partie du travail de Youssef, c'est dans l'ensemble un excellent exemple d'humour mêlé d'humanité.

Le genre de sketch dont nous avons besoin de rompre :

Objectifs de couple – SNL

En plus de marquer le 500e croquis d'Heidi Gardener sur SNL, il n'y avait pas grand chose à se réjouir avec ce début de soirée ennuyé. Le concept « Couples Goals » de cette semaine était drôle : représailles d'un sketch d'avril 2023, il présentait Youssef en mari révélant que sa pire peur n'est-ce pas en fait, mais que sa femme mourra dans un accident bizarre et le laissera affronter les enquêteurs et les textes incriminants – mais ennuyé par cette révélation précoce et cette répétition épuisante. (Ce budget de carte aide-mémoire met L'amour en fait dommage.) La parodie de jeu télévisé est l'une des préférées de la série, mais elle est basée sur une formule, et même avec le récent congé, nous pouvons nous en passer quelques semaines de plus.

Le sketch le plus « Ramy Youssef » de la soirée :

Discussion avec un père immigrant – SNL

Ramy éblouit régulièrement son vrai père égyptien lors de ses émissions spéciales de stand-up, donc ce talk-show sur les pères immigrés avait Youssef partout. Assis dans des chaises de jardin assorties avec des ceintures assorties, Joaquin Antonio de Marcello Hernández et Hahmed Ahmed Mahmoud de notre hôte sont occupés à déplorer les choix de vie de leurs fils (« Thèse ? Thèse une perte de temps ! »), jusqu'à ce qu'ils rencontrent le fils de leur voisin Kevin (Mikey Day), qui a un penchant pour le parkour et qui picote son père sur les lèvres. (Entre ceci et le « Maman protectrice » élément récurrent, Hernández a officiellement accaparé le marché de la série sur l'humour des parents immigrants.)

Le meilleur twist d'actualité de la soirée :

Ozempic pour le Ramadan – SNL

Une décision intelligente de sauter une parodie d'Ozempic et de se moquer du médicament contre le diabète – qui a été coopté comme coupe-faim et aide à la perte de poids – à travers le prisme de l'éducation musulmane de Youssef. « J'avais l'habitude de me précipiter pour manger un repas complet avant l'aube », annonce Ramy dans le faux-publicité, qui présente également Kenan Thompson dans le rôle d'un vendeur de viande de rue. «Maintenant, je prends juste mon chapelet et mon aiguille Ozempic. Tant que je shoote avant le lever du soleil, c'est halal !

Observations errantes

  • La « mise à jour du week-end » peut s'en tirer avec des commentaires mordants – l'édition de cette semaine tournait en grande partie autour du récent diagnostic tragique de la princesse de Galles – mais cette blague sur l'effondrement de Key Bridge était carrément brutale, en particulier avec plusieurs personnes toujours portées disparues.
  • Qui d'autre avait besoin de faire éclater une Dramamine (ou deux) lors de la performance vertigineuse de « Fe!n » de Travis Scott avec Playboi Carti ?
  • Pour l'amour de Dieu, pouvons-nous demander à Chloé Troast autre chose que de frapper une note aiguë et de secouer un carton de lait en un clin d'œil et vous l'avez manqué ? C'est une joueuse vedette – laissez la femme jouer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    La force de maintien de la paix à Gaza avec d'autres pays sur la table, selon le Pentagone

    Chance Perdomo, acteur de la génération V et de Sabrina, est décédé à 27 ans